Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 07:00








Eddy L. HARRIS
Paris en noir et black

traduit de l’américain
par Jean Guiloineau
Liana Levi, 2009







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eddy L. Harris est né noir et américain à Indianapolis (Indiana), États-Unis. Après quelques recherches, il découvre qu’il est le descendant d'une famille d'esclaves en Virginie, et porte donc en lui le gène du vagabondage mais aussi celui d’être condamné à ne jamais être considéré comme un Homme à part entière.

Le titre original de l'ouvrage est
Paris reflected in black and white mais la traduction française occulte complètement cette idée des deux couleurs en ne distinguant qu'une seule et même couleur : le noir. Pourquoi ce choix éditorial fort ? Peut-être parce qu'il reflète exactement ce que tente de nous expliquer Eddy Harris au fil des chapitres du livre : un fossé ethnique sépare la France des États-Unis. Être noir et être Black ne signifie pas tout à fait la même chose.

Lorsque le jeune Eddy Harris découvre la France a douze ans à travers son professeur, le postillonnant Mr Cook, il ne s'imagine pas à quel point cette rencontre sera déterminante pour lui ; sans oublier les récits de son grand oncle et les nombreuses anecdotes qu'il récolte au fil de ses rencontres.


« Quand on regarde en arrière qui peut dire à quel moment une influence est devenue une inspiration [...] »


L'enthousiasme, l'envie de voir le monde et certainement une âme et un cœur de nomade déjà ancrés en lui, Eddy Harris décide qu'un jour il vivra à Paris, la ville Lumière, fleuron du vieux continent et terre d'accueil exceptionnelle. Car c'est comme cela qu'il imaginait Paris. C‘est ainsi qu’à l’âge de 24 ans, le Noiraméricain qu’est Eddy L. Harris s’installe à Paris. Pourquoi a-t-il choisi Paris ? Ou est-ce Paris qui l'a choisi ? Ces questions qui restèrent longtemps sans réponse ont inspiré son auteur qui nous livre une vision épique, romantique, et tout à la fois réaliste de Paris, et de sa « douce France ». Grâce aux multiples portraits et anecdotes précieuses, Eddy Harris ne tarit pas d'éloges sur la vie en France, sans pour autant refuser d'en dénoncer les travers les plus dérangeants.


Précédé par de nombreux autres Américains avant lui, et inspiré par leurs parcours, Eddy Harris s'identifie à tous ces Noiraméricains qui ont réussi à s'installer et à prospérer en terre française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Persuadé d'avoir en lui une mémoire génétique symbolisée par ses ancêtres immigrés, Eddy Harris ne s'est jamais réellement senti chez lui, là-bas aux États-Unis, un pays ségrégationniste, sectaire et  raciste. Mais alors pourquoi Paris ? A cause du mythe qui entoure cette ville depuis des décennies car depuis très longtemps le mythe parisien se veut accueillant pour les Noiraméricains, et pour les Noirs en particulier. Inconsciemment il se sent attiré par ce pays. On espère tous que l'herbe sera plus verte ailleurs. Cependant, son statut et son histoire font d'Eddy Harris un éternel immigré,  d'où qu'il vienne, où qu'il aille et à n'importe quel moment de sa vie. A  Paris, capitale de la France, il se sent chez lui car c'est une nation d'immigration; même si  c'en est une différente qui connaît elle aussi ses problèmes d’intégration et d’assimilation de ses peuples à travers le monde. C’est là que le regard de l’auteur est pertinent et empli d’une justesse que nous Français nous n’arrivons pas à poser sur notre propre pays.



La question, ou plus précisément le fait d'être Noir, est pour Eddy Harris une ritournelle incessante. À chaque geste, chaque parole, chaque acte dont il est victime, ou pas, se pose la question de savoir si cela lui arrive parce qu'il est Noir ou si c'est-ce simplement le signe de la bêtise humaine. Cependant, et là est le plus important, à Paris, il est délivré de cette ritournelle. Cette sensation de liberté qui l'envahit est en partie due au fait qu'à Paris il devient tout simplement invisible. Une des raisons premières est que les Noirs européens ne se reconnaissent pas entre eux comme les Noiraméricains qui se saluent dignement lorsqu'ils se croisent, en reconnaissance d'un patrimoine historique tacite et commun. Porter le poids d'un fardeau racial et ethnique est de loin la chose la plus difficile lorsque l'on est noiraméricain. Cependant la vie que notre auteur découvre à Paris le libère de ce fardeau qu'il n'est désormais plus obligé de (sup)porter. Les joies simples d'être un Noir parmi d'autres, ou pas, est un plaisir qu'il apprend. Les possibilités sont, pour la première fois de sa vie, réelles et infinies.


« A Paris, je suis ce que je ne suis pas dans le pays qui aurait dû être le mien.

A Paris, je suis américain – noir, mais américain.
A Paris, je suis écrivain – noir, mais écrivain.
A Paris, je suis, tout simplement.
Aux États-Unis je reste avant tout et pour toujours un Noir. »

C’est ainsi que son livre s’est construit. Une quête identitaire autour du racisme, de la question des Noirs, et des différences notables en la France et les Etats-Unis. Une recherche de soi, une introspection qui finalement trouve ses réponses aux confins de l’Histoire mais aussi dans le quotidien de l’auteur et de ses rencontres rythmées par les battements de l’horloge parisienne qui façonne sa (nouvelle) vie de Noiraméricain en France. 


Le livre d'Eddy Harris est selon ses propres mots « une carte postale écrite par un touriste permanent ». Aujourd’hui nous n’attendons qu’une seule chose : qu’il reparte et nous raconte encore et encore ce qu’il voit, ce qu’il vit, ce qu’il ressent. Pour être honnête, en tant que lectrice je souhaiterais qu’il nous donne sa vision des Etats-Unis d’aujourd’hui, sa vision d’une Amérique qui a enfin un président noir pour représentant de la plus grande nation du monde, mais cela voudrait dire retourner là-bas... Là où il ne se sent pas chez lui car finalement Eddy Harris n’est ni noir ni américain ; quoi que son passeport en dise, Eddy Harris est bel et bien français.

 
Un livre à mettre en toutes les mains donc, noires ou non. 

      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
Maeva SAIDALI BACAR L. P.. Bibliothécaire  

 

 

Lire ci-dessous un entretien avec l'auteur.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Maëva - dans Altérité.
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives