Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:00

 Albert-Lemant-Atelier-de-la-trouille.gif
Selon un élève de CM1 qui lui a fait cette remarque très pertinente, Albert Lemant est « un vieil enfant qui continue à jouer avec ses rêves et ses cauchemars ». Ses œuvres comme L’ABC de la trouille (Atelier du poisson soluble, 2011), 123 l’effroi (Atelier du poisson soluble, 2012), Les ogres sont des cons (Atelier du poisson soluble, 2009), Histoires pas très naturelles (Seuil jeunesse, 2001 et 2005) qu’Albert Lemant a écrites et illustrées, affichent un monde enfantin, terrifiant, amusant et qui, lorsque l’on y regarde de plus près, peut très aisément convenir aux adultes. Seulement, lorsqu’on lui demande à qui, finalement, il destine ses œuvres, l’artiste, pas très politiquement correct, nous répond :

 

« Mes livres sont avant tout destinés…à moi ! Je suis extrêmement égoïste ! J’adore me faire peur et j’adore me faire rire, c’est un plaisir solitaire comme un autre, non ? »

 

Il avoue tout de même qu’il aime faire profiter de son imaginaire ceux « qui veulent bien jouer avec lui, petits ou grands ».

 Albert-Lemant-Lettrres-des-Isles-Girafines.gifEn effet, les « grands » peuvent alors comprendre et déceler des morales dans les œuvres d’Albert Lemant. Par exemple, on peut voir dans Les ogres sont des cons une critique du pouvoir qui fait tourner la tête des hommes et les rend toujours plus gourmands. Dans Les lettres des Isles Girafines (Seuil jeunesse, 2003), à travers des paysages exotiques et des aventures dignes du XIXe siècle, l’auteur traite avec légèreté et humour du colonialisme. De plus, ce monde de monstres et d’aventure dans lequel vit l’auteur est tellement ancré en lui que, lorsqu’on lui demande s’il y a des messages cachés, s’il faut lire entre les lignes de ses textes, il affirme :

 

« Les messages, je me souviens bien d’un truc comme ça que j’avais écrit dans une bouteille, mais c’était il y a bien longtemps, alors que mon équipage de forbans m’avait abandonné sur l’Ile des quatre pirates, au large de la Barbade, en l’an de grâce 1746. Comme je n’ai jamais eu de nouvelles depuis, j’ai arrêté d’envoyer des messages inutiles… »

 

Ainsi, Albert Lemant veut simplement ouvrir son univers à qui souhaite y entrer.

 Albert-Lemant-Le-Bobby-Lapointe.gif

 

 

Les illustrations et gravures d’Albert Lemant  peuvent nous rappeler celles de Maurice Senbak (Max et les maximonstres) par exemple. Et pour cause, il s’en inspire. Il en est de même pour Edward Gorey, Mervyn Peak, Tomi Ungerer (Les trois brigands) ou bien Robert Crumb. Par ailleurs, on retrouve également dans ses textes des calembours qui font directement écho à ceux de Boby Lapointe. Boby Lapointe, à qui il rend hommage dans Le Boby Lapointe (Album Dada, textes Boby Lapointe, Mango jeunesse, 1998), album qui illustre les textes du chanteur.

Albert-Lemant-1-2-3-L-Effroi.gif

 

 

 

Pour L’ABC de la trouille ou 123 l’effroi, l’artiste a utilisé la technique de la gravure, et le noir et blanc rendent ces comptines magnifiquement effrayantes. De plus, Albert Lemant ne triche pas ; il a dessiné chacun des « Vingt-deux keufs à la rescousse », tous les visages des « quarante voleurs babas », s’est penché sur les « cent une taches de sang du damné dalmachien », a créé, sans que deux soient identiques, les « six cent soixante-six lucifer » et ouvert chacune des « mille et une fenêtres pour digérer ce mille-feuilles inouï » (123 l’effroi).

 

Artiste authentique et original, Albert Lemant et son univers nous transportent vers un pays où les monstres et les pirates existent toujours et nous font rêver, loin de notre quotidien parfois trop gris et trop réel.


Clémence, AS édition-librairie

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Clémence - dans jeunesse
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives