Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 07:00

illustratrice et blogueuse.

 Margaux-Motin-Illustration.jpg

 

 

Née en 1978, elle expose avec humour sur son blog ses anecdotes quotidiennes. Elle a publié trois bandes dessinées, dont deux issues de son blog :

 

  • J'aurais adoré être ethnologue (Marabout) 
  • La théorie de la contorsion (Marabout) 
  • Very Bad Twinz, tome 1 (Fluide G), avec Pacco

 

On peut retrouver ses illustrations en couvertures d'ouvrages, sur des publicités ou encore dans des magazines.

À l'occasion de Noël, vient de sortir un coffret des deux tomes : Ze Coffret Margaux Motin.

Margaux-Motin-ze-coffret.jpg

 

Très accessible, elle a accepté de répondre à mes questions :
 


D'où t'est venue cette envie de dessiner ?
 
Je l'ai toujours eue, ma mère nous a élevées en nous sensibilisant ma soeur et moi à l'art dès notre plus jeune âge ; j'ai toujours aimé dessiner, comme tous les gosses, mais j'ai aussi toujours voulu en faire mon métier.
 


Quand as-tu commencé à crayonner ?

J'ai toujours crayonné. Je dessinais beaucoup quand j'étais enfant, dès que je sortais de l'école, j'ai continué ado, en marge de mes classeurs de cours, et j'ai logiquement intégré une école d'art à la sortie du lycée pour continuer encore !
 


Tes études :
   quel a été ton parcours ?

Bac littéraire classique, option arts plastiques, puis directement une mise à niveau et deux ans de BTS en communication visuelle à Olivier de Serres (École nationale supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d'Art) à Paris.
 


Est-ce que la mise à niveau était dure ou plutôt accessible ?

Les deux. Le niveau était très exigeant, mais d'un autre côté, c'était la première fois que j'avais si facilement accès à de nombreuses formes d'arts plastiques comme le modelage, le nu, etc.
 


Quand tu as fait ton BTS en communication visuelle, avais-tu déjà le projet de devenir illustratrice ?

Non, je ne savais pas ce que j'en ferais, je ne savais même pas que le métier d'illustratrice existait ! Je pensais faire des livres pour enfants.
 
Margaux-Motin-J-aurais-adore-etre-ethnologue.gif

À propos de ton blog :
   pourquoi avoir ouvert un blog ? En quelle année précisément ?

Je ne me souviens plus de l'année, 2008 je crois. Et parce que le site internet qui me servait de book en ligne pour mes clients en tant qu'illustratrice de pub et dans l'édition et la presse avait planté et que je voulais un nouvel espace où exposer mes dessins pour les pros.
 


Pensais-tu à tes débuts connaître un tel succès ? Comment l'expliques-tu ?

Non pas du tout. J'ai commencé avec deux lectrices, puis vingt quand les copines sont venues, puis 200 après un article paru dans Muteen, un magazine pour lequel je travaillais. Puis 2000 après un dessin offert à une autre blogueuse et petit à petit, le blog s'est baladé, tout seul, comme un grand et il a grandi.
 


Je crois qu'il n'y a aucune pub sur ton blog, touches-tu néanmoins quelque chose grâce à lui ?

Depuis peu il y a de la pub. Elle est assez discrète parce que je ne voulais pas dénaturer l'allure du blog mais cela fait quelques mois que je touche effectivement une rémunération proportionnelle au nombre de clics et donc à la fréquence de mes notes. Quand je ne blogue pas, je ne touche pas !
 


As-tu participé au Festiblog (Festival de blog BD et de webcomics) ? En quelle(s) année(s) ? Cela t'a-t-il permis de rencontrer d'autres blogueurs ?

Oui j'ai fait deux Festiblog. Non ça ne m'a pas permis de rencontrer d'autres blogueurs. Ça m'a surtout permis de rencontrer beaucoup de lecteurs. Mais c'est un Festival où tu es assignée à ta place pour un temps limité, tu dois faire un maximum de dédicaces en assez peu de temps, c'est très fatigant, et je suis sauvage, donc quand c'est fini, je vais au bar avec mes potes!
 


Quel lien entretiens-tu avec les blogueur(se)s BD ?

Pénélope (Bagieu) [http://www.penelope-jolicoeur.com/] et moi avons le même agent et nous nous connaissons ; il nous arrive donc d'échanger mais plutôt de façon privée que professionnelle. Je suis très proche de Pacco [http://pacco.fr/], mais nous ne sommes pas des collègues, c'est quelqu'un qui fait partie de ma vie privée avant d'être un auteur de blog bd. Du moins aujourd'hui puisque nous nous sommes rencontrés grâce au blog. Pour les autres, j'en connais quelques-uns, comme Diglee [http://diglee.com/], son amie Yrgane [http://yrgane.com/blog/], Isacile [http://isacile.blogspot.fr/], ce sont des auteurs que je rencontre lors des événements et avec qui il m'arrive d'avoir un échange amical. Sinon je ne connais pas les autres personnellement.
 


Tes fans :
   entretiens-tu un rapport particulier avec tes fans ?

Oui. Il y en a qui sont là depuis les premiers jours et dont je connais des bouts de vie, le nom des enfants, les copines, etc. Et globalement je fais attention à répondre aux courriers, aux mails, à être généreuse en dédicace, parce que je suis très reconnaissante à chaque lecteur et lectrice du temps qu'il m'accorde en me lisant, de la possibilité qu'il m'offre d'être éditée, et reconnue en tant qu'auteur.
 


Est-ce qu'on te reconnaît dans la rue ?

Ça arrive ! Mais souvent au pire moment, le matin où j'ai encore de la confiture de mûre dans les dents !
 


Sais-tu si des garçons/hommes lisent ton blog et ce qu'ils en pensent ?

Je sais qu'il y a beaucoup d'hommes qui me lisent, sans doute plus les livres que le blog, parce que les bouquins de leurs copines traînent chez eux et qu'ils finissent par y jeter un oeil. Le retour que j'en ai le plus souvent est que ça les aide à comprendre leur nana !
 


Les commandes pros :
   depuis que tu as ouvert ton blog, as-tu reçu beaucoup plus de commandes pros ?

Oui bien sûr. La visibilité que m'offre le blog permet de toucher plus de clients potentiels.
 


Ne te sens-tu pas frustrée par les commandes que les éditeurs te passent ? Est-ce que ça t'ennuie quand on te demande de retravailler un dessin pour la millième fois ?

Ça n'arrive plus aujourd'hui. J'ai beaucoup progressé grâce au blog. Faire des dessins si souvent m'a appris à perfectionner mon trait, et à traduire plus facilement une pensée en dessin. Aujourd'hui je saisis beaucoup mieux l'attente d'un client, j'y réponds de façon plus satisfaisante, je sais ce qu'il attend, même quand il a du mal à l'expliquer, du coup, il y a beaucoup moins de retouches qu'avant. En général on tombe très vite d'accord.
 


Ton boulot d'illustratrice indépendante :
   comment se sont passés tes débuts en free-lance ? As-tu eu du mal à recevoir des commandes ?

Les débuts ont été désastreux ! Je gagnais 200 euros par mois, je ne comprenais pas ce qu'on me demandait, je n'arrivais pas à réaliser le dessin que le client attendait, c'était très difficile, frustrant.
 


As-tu désormais un nom dans le métier grâce justement à ton blog ?

Oui aujourd'hui j'ai la très grande chance d'être consultée pour mon nom et mon univers. Les clients viennent me chercher pour mon savoir faire et mon ton. Si bien que la plupart du temps les collaborations sont très satisfaisantes.
 
Margaux-Motin-Very-Bad-Twinz.gif

Pour tes deux BD (Very Bad Twinz à part) comment s'est passé le travail avec ton éditeur ? Il s'agissait de quelle maison d'édition ?

Pour les deux premières il s'agissait de Marabout. Le travail avec l'éditeur a été simple : j'ai demandé le total contrôle sur mon oeuvre. Donc j'ai fait exactement les livres dont j'avais envie.
 


Combien de séances de dédicaces as-tu fait pour le tome 1 et pour le tome 2 ?

Je ne me souviens plus, mais beaucoup ! Trop même parfois. Je me souviens d’être rentrée chez moi en larmes tellement ça m'avait épuisée !
 


Quelles ont été les stratégies pour mettre en place la promotion de tes BD ?

Je ne m'en suis jamais occupée. C'est la part de l'éditeur. Ça n'est pas mon travail, je compte sur l'équipe marketing pour me proposer des choses. Mais je ne mets pas mon énergie là-dedans. Moi mon plaisir c'est de faire le livre, pas de le vendre.
 


As-tu négocié des droits d'auteurs pour que tes BD soient reprises en format poche (comme celles de Pénélope Bagieu) ?

Non, je trouvais que ça n'avait aucun intérêt pour mes BD. Je passe un temps fou à peaufiner les images, il y a des détails, elles sont belles en grand. Je n'avais pas envie de les voir en format poche, je trouve que ça ne leur convient pas.
 


Travailler avec Pacco sur Very Bad Twinz n'était-ce pas plus difficile que de travailler seule ? Les demandes des éditeurs pour un travail à quatre mains sont-elles plus exigeantes ?

Les demandes des éditeurs ne sont pas plus exigeantes. Par contre bosser en équipe, c'est à la fois plus difficile, parce que tu dois accepter la vision de l'autre et adapter ton travail à cette vision. Et à la fois plus simple parce que tu te soutiens, que l'autre te réconforte quand tu doutes, et que tu es deux à porter le bébé.
 


Ton avenir :
   penses-tu que ton coup de crayon va changer ou évoluer ?

Oui toujours, toute ma vie, tant que je serai capable de tenir un crayon.
 


Comptes-tu (avec ta maison d'édition) sortir un troisième tome de tes aventures ?

Oui en 2013, mais avec une autre maison d'édition, j'avais envie d'essayer une autre forme de collaboration.
 


As-tu d'autres projets importants avec Pacco ?

À part pique-niquer sur la plage et manger des tapas en bord de mer entre St Jean de Luz et Biarritz ? Pas pour l'instant.
 
  

Margaux P., AS éd-Lib.

 


Site de Margaux Motin : http://www.margauxmotin.typepad.fr/

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Margaux - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives