Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 07:00

Eric-Emmanuel-Schmitt-La-nuit-de-Valognes.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Éric-Emmanuel SCHMITT
La Nuit de Valognes
Actes-Sud Papiers, 1991 et 2011
Magnard, Classiques et contemporains, 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Éric-Emmanuel Schmitt est né à Lyon en 1960 de parents d'origine alsacienne. Il a intégré l'école normale supérieure puis obtenu une agrégation et un professorat de philosophie. Adolescent, Éric-Emmanuel Schmitt était rebelle, avait des accès de violence et ne supportait pas les idées reçues. La philosophie, selon lui, lui a appris à être lui-même et à se sentir libre.

Après avoir vu Cyrano de Bergerac avec sa mère à l'âge de huit ans, Éric-Emmanuel Schmitt devient un passionné de théâtre.

 « À seize ans, j'avais compris – ou décidé – que j'étais écrivain, et j'ai composé, mis en scène et joué mes premières pièces au lycée. »

La Nuit de Valognes est sa première œuvre, écrite à l'âge de vingt-neuf ans. Sa carrière d'auteur dramaturge commence avec la mise en scène de cette pièce à la Comédie des Champs-Élysées en 1991.

Il a également écrit, entre autres :
Le visiteur, en 1993,
Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, en 1999.    
Diderot ou la philosophie de la séduction en 1997. Il s'agit d'un essai né de son goût de la philosophie et de sa thèse sur Diderot.



Personnages de l’œuvre

Don Juan : séducteur ici jugé.
La duchesse de Vaubricourt : belle femme âgée qui convoque les anciennes victimes de Don Juan.
Angélique de Chiffreville : victime de Don Juan qu'il doit épouser.
Le chevalier de Chiffreville : frère d'Angélique.
la comtesse de la Roche-Piquet : victime de Don juan.
Mademoiselle de la Tringle : victime de Don Juan.
Hortense de Hauteclaire : victime de Don Juan.
Madame Cassin : victime de Don Juan.
Sganarelle : valet de Don Juan.
Marion : jeune et jolie servante de la duchesse.


La Nuit de Valognes raconte l'histoire du procès de Don Juan. La duchesse de Vaubricourt convoque toutes les victimes de Don Juan, qui ont un jour été séduites et trompées par lui. Don Juan pense aller à un bal, il ne sait pas que ces cinq femmes qu'il a bafouées, défaites, l'attendent pour son procès.

En punition, il doit épouser Angélique de Chiffreville, sa dernière victime, lui être fidèle et la rendre heureuse. En entendant son nom, Don Juan change subitement et accepte la réparation. Sganarelle joue le rôle de la conscience et s'étonne du mariage. Ici, deux conceptions de l'amour s'opposent : le plaisir consommé dans l'instant ou l'engagement éternel qu'il compare à une comédie sociale jouée uniquement au nom d'un code moral. Certes, il a abandonné Angélique mais à présent il accepte de l'épouser. Angélique comprend qu'il ne veut pas réellement se marier, le procès est abandonné puis repris mais Don Juan est totalement changé, vieilli.

En réalité, Don Juan est tombé amoureux d'une jeune homme, qui n'est que le frère d'Angélique, le Chevalier de Chiffreville. Celui-ci est mort sous l'épée de Don Juan en voulant venger sa sœur. Tous les deux s'aimaient. En réalité, le jeune homme s'est jeté de lui-même sur l'épée de Don Juan. Cet amour différent de tout ce qu'il a connu lui a ouvert les yeux, il s'ouvre à autrui. Il veut épouser Angélique pour la rendre heureuse mais Angélique ne veut pas de ce Don Juan, celui qu'elle veut c'est le Don Juan égoïste qu'il était avant. Don Juan renaît. Mais en trahissant ces femmes, il leur a appris le goût du péché :

 

«  J'ai appris règle par règle, ton catéchisme. J'ai appris qu'en amour il n'y avait pas d'amour, mais des vainqueurs et des vaincus [...] j'ai appris qu'on attrape les hommes par la queue mais qu'on les saigne au cœur... tout cela, je te le dois, c'est ma fidélité. Viens. »

 

Il les a métamorphosées.

Pour Éric-Emmanuel Schmitt, Don Juan est un libertin qui voudrait tomber amoureux mais pour qui cela est impossible car il ne recherche que son propre plaisir. Un plaisir égoïste. Dès qu'il a  obtenu ce qu'il veut alors plus rien ne l’intéresse. Il est incapable d'ouvrir son âme à quelqu'un. Il passe de femme en femme sans connaître le partage du plaisir à deux. Schmitt raconte : « Sa vie d'aventure est devenue bègue et ennuyeuse. Je me suis amusé à le contrarier fortement [...] » Son œuvre est donc une façon de faire évoluer le mythe de Don Juan, de lui donner un nouveau souffle.

Il s'agit d'une réécriture de Dom Juan.  Dans cette œuvre, Schmitt fait apparaître les différentes dualités, la franchise et l'hypocrisie, la galanterie et la violence, l'amour et la haine. On retrouve aussi le procédé de la remise en question.

Don Juan est l'archétype même du libertin. Il revendique sa propre liberté, il ne veut pas être enfermé dans des codes qui ne lui conviennent pas, alors qu'Angélique revendique la fidélité. Deux conceptions totalement opposées. Don Juan est un matérialiste athée. Il n'a pas besoin d'amour pour « aimer » les femmes. On voit apparaître la question du sens de la vie et de l'amour. Il faut profiter de l'instant présent.

On remarque aussi le clin d’œil au « Festin de pierre » que Schmitt transforme par la rencontre avec le jeune homme, le frère d'Angélique. Au contraire du « Festin de pierre », la relation liant le jeune homme à Don Juan est fusionnelle. Leur séparation est douloureuse et cette scène nous permet de voir au plus profond de Don Juan. On voit son âme. La disparition du jeune homme va transformer complètement Don Juan. On va alors découvrir la véritable apparence de Don Juan. Il ne s'agit que d'un homme qui recherche l'amour sans jamais trouver la personne capable de le retenir, de le changer. Ce qu'il veut c'est que quelqu'un l'arrête dans sa recherche du plaisir égoïste.

Schmitt a changé les codes moraux par rapport au Dom Juan de Molière. Les femmes sont fortes. Ce sont elles qui deviennent ce que Don Juan était. Les femmes sont manipulatrices alors que Don Juan devient compatissant. Il n'est plus ce qu'elles veulent. On a un total renversement des rôles. Don Juan est dans une quête du spiritualité moderne. Dans cette version contemporaine, tout est question de relation avec l'autre. Don Juan s'ouvre enfin aux autres et découvre ce qu'est l'amour mais pas comme tout le monde l'attend. C'est un véritable retournement de situation.



Mon avis

J'ai beaucoup apprécié cette pièce que j'ai trouvé très amusante. On a une autre perception de Don Juan, comme si il s'agissait d'une suite. On entre très facilement dans l'histoire et le « retournement » de Don Juan est assez surprenant, venant d'un coureur de jupons. J'apprécie cette vision plus contemporaine, plus proche de nous et de nos codes. Ce Don Juan paraît plus humain et c'est probablement ce qui nous intéresse.


Stéphanie, 1ère année bib.

 

 

 

Eric-Emmanuel SCHMITT sur LITTEXPRESS

 

Schmitt-la-part-de-l-autre.gif

 

 

 

 

 

 

Article de Marlène sur La Part de l'autre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

article de Marie-Amélie sur Le Visiteur.

 

 

 

 

 

 

E E Schmitt Oscar et la dame en rose

 

 

 

 

article de Soizic sur Oscar et la dame en rose.

 

 

 

 

 

 

 

 

LEric Emmanuel Schmitt Monsieur Ibrahim

 

 

 

 

 

 Article de Myriam sur Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphanie - dans théâtre
commenter cet article

commentaires

Anonyme 28/10/2015 14:56

Serait il correcte de parler également d une critique du machisme ?

Recherche

Archives