Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 07:00

Erik-L-Homme-Phaenomen.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erik L’HOMME
Phaenomen
Gallimard jeunesse, 2006

Folio junior, 2008



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’auteur

 

Erik L’homme est un auteur français né à Grenoble le 22 décembre 1967, connu pour ses œuvres en littérature jeunesse. Il a travaillé notamment avec l’écrivain Pierre Bottero, auteur de la saga Ewilan, sur une série toujours en cours A comme Association.

Erik L’homme a rencontré le succès avec sa trilogie Le livre des étoiles, vendu à 650 000 exemplaires en France et traduit en 26 langues.

 

Bibliographie

Le Livre des étoiles
Tome 1 : Qadehar le sorcier, Gallimard Jeunesse, Paris, 2001
Tome 2 : Le Seigneur Sha, Gallimard Jeunesse, Paris, 2002
Tome 3 : Le Visage de l'ombre, Gallimard Jeunesse, Paris, 2003

Maîtres des brisants
Tome 1 : Chien-de-la-lune, Gallimard Jeunesse, Paris, 2004
Tome 2 : Le Secret des abîmes, 2005, Gallimard Jeunesse, Paris
Tome 3 : Seigneurs de guerre, Gallimard Jeunesse, Paris, 2009

Contes d'un royaume perdu, 2005, Gallimard Jeunesse

Phænomen
Tome 1, 2006, Gallimard Jeunesse
Tome 2, 2006, Gallimard Jeunesse
Tome 3, 2006, Gallimard Jeunesse

 Des pas dans la neige, aventures au Pakistan, 2010, Gallimard Jeunesse

 

 

A comme Association
Les limites obscures de la magie, 2010, Gallimard Jeunesse et Rageot Editeur
La pâle lumière des ténèbres (écrit par Pierre Bottero), 2010, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
L'étoffe fragile du monde, 2011, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
Le subtil parfum du soufre (écrit par Pierre Bottero), 2011, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
Là où les mots n'existent pas, 2011, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
Ce qui dort dans la nuit, 2011, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
Car nos cœurs sont hantés, 2012, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur
Le regard brûlant des étoiles, 2012, Gallimard Jeunesse et Rageot Éditeur (à paraître)

 

 

 

Phaenomen

L’histoire

Violaine, Claire, Nicolas et Arthur sont quatre adolescents à problèmes, ou du moins c’est ainsi que les catégorisent les gens de la clinique où ils sont enfermés, à cause de prétendues maladies d’ordre psychologique : Violaine voit des dragons associés à chaque persone et s’est créé un chevalier pour les affronter ; le cerveau d’Arthur emmagasine chaque information à laquelle il est confronté ; les yeux de Nicolas sont ultra-sensibles ;  Claire ne cesse de se cogner à chaque effort et présente un sérieux problème d’équilibre.

Ils sont abandonnés par leurs parents, par les médecins et seul le Doc’, qui ne les traite pas encore comme des fous, tente de les aider. Grâce à ce soutien et à une amitié à toute épreuve, les quatre adolescents finissent par comprendre qu’ils ne sont pas déments mais disposent de dons extraordinaires. Violaine peut en réalité contrôler les autres en amadouant leur dragon, Claire est une sylphide, Nicolas a une vision infrarouge et Arthur est doté d’une intelligence redoutable quand il l’allie à ses capacités de mémorisation. Enfin, ils peuvent apprendre à se faire confiance… Jusqu’à ce qu’une nouvelle catastrophe vienne ébranler le petit groupe : le Doc’ se fait enlever par trois hommes en noir. Désireux de sauver le seul homme qui ait jamais cru en eux, les adolescents se lancent dans une quête destinée à découvrir ce que cachait le brave médecin, ce secret que cherchent à récupérer les hommes en noir. S’engage alors une course-poursuite haletante à travers toute la France, où les héros ne pourront compter que sur leurs pouvoirs et leur débrouillardise pour échapper aux kidnappeurs.



Les personnages

La grande force d’Erik L’homme est d’avoir déjoué tous les clichés habituellement présents dans les récits fantastiques pour adolescents : le meneur du petit groupe d’adolescents n’est autre que Violaine, qui s’avère avoir un caractère bien trempé. Claire, qui est présentée comme la plus fragile du groupe physiquement parlant, est en réalité la plus lucide sur leurs pouvoirs et dispose d’un grand potentiel offensif, comme son amie, alors que les capacités des garçons ne peuvent être utilisées en combat. Les situations sont inversées, les filles devenant les chevaliers protecteurs tandis que Nicolas et Arthur sauront être les soutiens psychologiques du groupe.

Les héros ne sont pas les seuls personnages intéressants de l’histoire : les trois kidnappeurs, qui répondent au nom de Clarence, Matt et Augustin, sont également travaillés de manière à échapper aux habituelles figures-types de méchants. Clarence surtout, le chef de la bande, est présenté comme un chasseur ravi d’avoir enfin trouvé des proies à la mesure de son talent. Mais le penser comme un monstre sanguinaire serait une erreur car, comme l’auteur nous l’explique dans les tomes deux et trois, Clarence a un comportement qui le place bien au-delà d’une logique Bien/Mal aux frontières purement arrêtées. Il est mû par une logique purement humaine, mêlant l’intérêt à ses sentiments personnels : on peut donc affirmer que ce personnage dispose de convictions fortes, auxquelles il ne saurait déroger.



Les thèmes

L’histoire de Phaenomen s’articule autour d’un secret, que l’on découvre à la fin du premier tome et qui ne prendra son sens qu’à la fin du tome trois. Ce secret, s’il peut paraître simplement déroutant au premier abord, cache en réalité un vaste complot politique : Erik Lhomme repense à sa manière la théorie du complot, et len particulier celle du gouvernement américain dirigé par une société dans l’ombre. Il introduit un élément perturbateur dans une machinerie apparemment sans faille : ces quatre adolescents insaisissables, qui entraîneront dans leur sillage un mercenaire, Clarence, à la famille gênante.

Au-delà du secret, ce sont avant tout ces quatre adolescents livrés à eux-mêmes qu’on apprend à connaître, dont on partage la quête d’identité. Le thème est récurrent dans les récits destinés à cette tranche d’âge, puisque nous sommes tous soumis pendant cette période à des interrogations sur notre devenir. La différence notable avec Violaine et ses amis est qu’eux ne peuvent pas s’en sortir sans livrer un combat titanesque, contre une organisation puissante, contre un monde fermé à leur existence et contre eux-mêmes. L’auteur exprimera d’ailleurs d’une façon sublime la résolution de ce combat, en proposant deux fins, l’une tragique et l’autre qui nous laisse bercé d’un espoir tenace.

La notion de clivage entre le bien et le mal est également présente au travers des relations entre les personnages. D’un côté, le lecteur suit les aventures de Violaine, Arthur, Claire et Nicolas, qui ne sont encore que des enfants et n’ont pas encore subi la corruption des adultes. Ils sont jeunes, animés d’une volonté de découvrir la vérité sur leurs pouvoirs. Dans leur logique d’enfants, ils sont encore très affectés par la morale, et doivent faire face à des cas de conscience lorsqu’ils agissent « mal » selon leurs critères.

De l’autre côté, le récit s’articule autour d’adultes animés par la soif de pouvoir, d’argent et de satisfactions personnelles. C’est à cause d’une blessure à l’égo qu’Augustin, un des sous-fifres de Clarence, n’hésite pas à œuvrer pour causer la mort des enfants. D’un autre côté, c’est ce même égo qui fera de Clarence un allié des enfants, alors qu’il était clairement perçu comme le « méchant » du premier tome. Aucun problème de conscience face à leurs actes, la réalité l’emporte sur la morale.

Cette rencontre entre ces deux points de vue nous rappelle une réalité ni blanche, ni noire. Mais  pour nos héros, vivre dans un monde où leurs valeurs les plus chères sont bafouées par les êtres en qui ils avaient le plus confiance (leurs parents, le docteur) est tout simplement impossible.

Il est intéressant de noter qu’en conclusion de l’histoire, Clarence lui-même voudra changer ce monde sans morale, adhérant ainsi aux principes des enfants. Il semble néanmoins admis que ce changement ne se fera pas en douceur, et qu’il faudra se salir les mains pour y arriver.



Un vrai coup de cœur

Phaenomen a été mon coup de cœur du début de l’année 2012. Je connaissais déjà la fameuse trilogie Le livre des étoiles d’Erik L’homme, mais je ne m’étais encore jamais intéressée à ses autres titres.

Avec Phaenomen, j’ai découvert un trait qui se fait rare chez les auteurs de fantasy et fantastique français : l’élaboration de personnages dits « méchants » vraiment construits, avec une psychologie forte. On a un véritable sentiment de malaise « face » à Clarence, on ressent la menace que représente cet homme à travers les mots d’Erik L’homme.

L’histoire en elle-même est très intéressante, puisque des éléments de fantasy sont intégrés à notre monde, créant une ambiance fantastique angoissante. Comme les héros, on se sent étranger à cette réalité qui est pourtant la nôtre, attiré par un autre monde où la magie ne serait pas qu’illusion. Phaenomen est un livre dans lequel chacun saura se retrouver, car nous sommes tous en quête de ce qui fait notre identité.


Mathilde, AS Éd.-lib.

 

 

Erik l'HOMME sur LITTEXPRESS

 

erik l homme des pas dans la neige

 

 

 

Article de Flore sur Des pas dans la neige ; aventures au Pakistan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Mathilde - dans fantasy
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives