Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 19:00

etgar-keret-un-homme-sans-tete.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etgar Keret
Un homme sans tête et autres nouvelles

traduit de l'israélien

par Rosie Pinhas-Delpuech

Actes Sud, 2005

Babel, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biographieetgar-keret.jpg

 Écrivain, scénariste de BD, cinéaste et acteur, Etgar Keret est né à Tel-Aviv en 1967. Il fait partie des auteurs les plus populaires en Israël.  Il commence à écrire en 1992, et son œuvre littéraire est principalement composée de nouvelles. En France, il est publié aux éditions Actes Sud. Véritable best-sellers dans son pays d’origine, ses romans, traduits en seize langues, ont été accueillis avec enthousiasme à l’échelle internationale. Certaines de ses nouvelles ont aussi été adaptées au cinéma et au théâtre. Lauréat de nombreux prix littéraires, il a également reçu les honneurs du ministère de la Culture Israélien. Il est actuellement conférencier au département du film à l’université de Tel Aviv. Puisant son inspiration dans les œuvres de Kafka, Etgar Keret transmet à travers ses récits courts et percutants sa vision de la société israélienne, refusant toute dimension politique.

 

Bibliographie de ses ouvrages traduits en français

—          KERET, Etgar. Pipelines, nouvelles. Actes Sud, 2008
—          KERET, Etgar. Pizzeria kamikaze. Actes Sud, 2008
—           KERET, Etgar. Un homme sans tête et autres nouvelles. Actes Sud, 2005
—          KERET, Etgar. Fou de cirque. Albin Michel, 2005
—           KERET, Etgar. Crise d’asthme.  Actes sud, 2002
—           KERET, Etgar. La colo de Kneller. Actes sud, 2001

 

 

Filmographie


Petits suicides entres amis, Le Sens de la vie pour 9,99$, Histoires de droits de l’Homme, Les MédusesA Buck’s Worth.
 

 Analyse de l’œuvre

Le titre est énigmatique et laisse perplexe : Un homme sans tête. Mais de qui parle-t-on ? On découvrira vite au cours des trente-quatre nouvelles qui constituent ce recueil que celui-ci s’adresse à tous. Vous, moi, nous, chacun trouve ici son portrait dessiné au travers de ces nouvelles quelquefois très brèves mais d’autant plus percutantes : naïveté enfantine et troublante lucidité.

Sur le thème de la déception et du mensonge, ce recueil qualifié de « doux-amer » (site Fnac) mélange une fantaisie dérangeante et une réalité impitoyable.  Avec un style contemporain et minimaliste comme à son habitude, Etgar Keret flirte avec le surréalisme, et c’est au travers de ces morceaux, anecdotes de la vie quotidienne, qu’il nous conte la société israélienne. Ayant découvert très jeune la cruauté du monde des adultes, il est inquiet pour le présent et le futur de son pays qu’il souhaiterait voir enfin en paix, une société israélienne instable qui remet en cause des questions simples telles que l’amitié, l’amour, la vie tout simplement. Chaque histoire nous procure une forte émotion, la délicatesse et la subtilité se mêlent avec la folie, et la naïveté enfantine avec une troublante lucidité.

Qu’ils soient grands ou petits, tous les personnages sont à la recherche du bonheur, et s’interrogent sur leur propre identité. Néanmoins, ils devront faire face à des difficultés sans issue : la méchanceté des uns envers les autres, la non-communication au sein des couples, des familles ou entre amis, la dureté du jugement social, les femmes et les hommes réduits à de simples objets de consommation sexuelle, etc. Le lecteur est rapidement emporté dans l’errance des personnages, de ces antihéros, la terreur et l’humour sont les maîtres mots.
 

Pour en savoir plus sur l’écriture d’Etgar Keret

«  Pourquoi avez-vous choisi la forme de la nouvelle ?

Etgar Keret : — Je crois plutôt que c’est la nouvelle qui m’a choisi. Je ne sais jamais à l’avance ce que je vais écrire. J’écris dans l’instant. Je veux être le premier lecteur de mes histoires. Je deviens alors très impatient. Je n’aime pas les détails insignifiants. Il faut vite que je sache ce qu’il va arriver. C’est comme être dans un bateau que l’on déleste pour avancer plus vite. Je n’aime pas le surplus. »

 

La suite de cet entretien sur  Evene.fr (Propos recueillis par Nadia Ali-Khodja et Mathieu Menossi)

 
Clémence.M., 1ère année Bib.-Méd.-Pat.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémence - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives