Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 07:00

Dimanche après-midi pluvieux, vous vous ennuyez, vous êtes à Paris, que faire ?

Il y a une solution simple,

rendez-vous à l’exposition Moebius Transe-forme Gir,

au centre Cartier, ouverte jusqu’au 13 mars 2011.

Moebius-Transe-Forme-a-la-Fondation-Cartier_portrait_galler.JPG

 

 

Vous n’êtes pas sûr ? Laissez-moi vous raconter, par les mots de l’exposition, qui est Moebius-Gir-Giraud.


Moebius_portrait.jpg
 « Né en 1938, Jean Giraud alias Mœbius ou encore Gir, est un auteur et dessinateur légendaire de la bande dessinée. En 1963, sous la signature de Gir, il crée avec Jean-Michel Charlier – à l’époque directeur de Pilote – la série Blueberry, qu’il poursuit après sa disparition et qui compte aujourd’hui une trentaine d’albums. Cofondateur en 1975 de Métal Hurlant et de la maison d’édition Les Humanoïdes Associés, Jean Giraud y développe un style unique signé Mœbius. Il y publie des œuvres révolutionnant l’aspect créatif de la bande dessinée telles que Arzach (1976) ou Le Garage hermétique (1979). Par la suite, il crée avec Alexandro Jodorowsky une nouvelle série, L’Incal (1980), et participe à de nombreux projets cinématographiques. En 1997, il refonde avec sa femme Isabelle sa propre maison d’édition, Mœbius Production / Stardom, où ils éditent ensemble livres et sérigraphies consacrés à son œuvre, notamment la série Inside Moebius dont le tome 6 est sorti en janvier 2010, et organisent des expositions à travers le monde. »



giraud_blueberry.jpgGiraud, Blueberry

 

 C’est un résumé rapide, mais par lequel vous aurez perçu la triple personnalité de ce dessinateur hors-normes. L’exposition ne vous tente toujours pas ? Bien.
InsideMoebius.jpg
 Le concept aurait pu être simple, sauf qu’il s’agit de Moebius. De Blueberry à Inside Moebius, en passant par l’Incal, il y a plusieurs marches, et même quelques étages. Les trois pseudonymes de l’auteur ne sont pas anodins, chacun correspond bien à une idée, un être, une personnalité. L’exposition est composée à cette image. Imaginez.

 Vous entrez, après un peu de temps d’attente dans le froid de novembre, les gens ont l’air détendu, une douce chaleur (vous rappelant votre foyer) vous accueille, des hôtes et hôtesses, charmants, vous tendent un petit fascicule et vous expliquent par où commencer. L’immersion est rapide. Au rez-de-chaussée, vous circulez dans un parcours clair qui enchaîne les périodes de dessins de l’auteur, d’abord quelques illustrations, puis Blueberry et ses différentes phases, un passage par Arzach, de retour à Moebius en vrac, puis Inside Moebius,… tout cela agrémenté par des commentaires de l’auteur diffusés par des petits haut-parleurs au-dessus de chaque « tranche » de dessin. Déjà impressionné par les différentes palettes graphiques de l’auteur et par la mise en place élégante et sobre de la présentation, vous êtes invité à descendre à l’étage inférieur pour une circulation libre dans l’univers de Moebius-Gir-Giraud. Vous prenez le petit escalier, et là, Ô surprise, une grande salle s’offre à vous ; sur le mur de gauche, cinq planches, d’environ quatre mètres sur deux, attirent votre œil de façon certaine ; au centre, un étrange assemblage noir en forme de cristaux lunaires vous intrigue ; en vous approchant, vous apercevez au bout de chacune de ces colonnettes une illustration rétro-éclairée. Sur le mur de droite et celui d’en face, des toiles de l’artiste, véritable œuvres d’art, déclinent des formes et des êtres élégants, somptueux, bizarroïdes, incompréhensibles… Enfin, quelques illustrations et planches sont installées sous des présentoirs en verre.
moebius01.jpg
Toute la pluralité de Moebius-Gir-Giraud est présente pêle-mêle, l’univers fantastique et bigarré de l’auteur s’offre aux yeux étonnés qui découvrent pour la premières fois les images. La conception changeante des dessins, d’un moebius_futuristic.jpgtrait inquiétant, d’une forme incompréhensible, la logique du visiteur est confrontée à l’inconscient de Moebius. La transformation est le thème central de l’exposition, les thèmes du rêves, de l’androgynéité, d’un monde changeant et inquiétant, sont abordés, nous laissant parfois perplexes.

 Convaincu ? Non ?

 Dois-je vous préciser que Moebius à travaillé pour Cameron, en dessinant les êtres sous-marins d’Abyss, qu’il a travaillé sur un des Alien en réalisant les décors, ainsi que ceux de Tron de Walt Disney, et qu’il a dessiné un épisode du Silver Surfer, héros du célèbre scénariste Stan Lee. Enfin pour ceux qui n’aiment pas la surface papier, il y a toujours la possibilité d’aller voir son film d’animation, projeté en exclusivité par la fondation.

 Vous avez une activité pour votre dimanche après-midi maintenant.

Bonne visite.

 E.M.

 Plus d’informations sur : http://www.moebius-transe-forme.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by E.M. - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Eloi M 08/12/2010 15:42


Mes excuses. Pour nous mettre d'accord ( :) ), ils l'ont en fait créer tous les deux... damnation. Merci de la précision !

Bonne visite !


Romain AS Edlib 06/12/2010 00:41


Hum... Le Silver Surfer a été créé par Jack Kirby et non pas Stan Lee (http://en.wikipedia.org/wiki/Silver_Surfer#Early_appearances).

Hâte d'aller voir l'expo Moebius pendant les vacances.


Recherche

Archives