Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 07:00
Maudoux Freaks Squeele 1









Florent MAUDOUX
Freaks’ Squeele

Ankama éditions, t.1 2008

















Le bac en poche, tous les élèves doivent trouver leur voie : infirmier, libraire, docteur, journaliste ou même…. super-héros ! La F.E.A.H., Faculté d’Etude Académique des Héros, enseigne à tous ses étudiants comment devenir de vrais combattants. À la fin d’un cursus de trois ans, les élèves obtiennent un diplôme  reconnu par l’Etat avec la garantie d’un plein emploi. C’est là que nos trois héros, ou plutôt apprentis héros, décident de faire leurs études. Li Xiong Mao, fille issue de la mafia, Chance d’Estaing, une démone, et Ombre de Loup, un homme-loup, ont eu le concours d’entrée de justesse et vont se retrouver pour toute la durée de leur scolarité dans le même groupe. Nous découvrons alors avec eux leurs professeurs, leurs cours et leurs épreuves pour le moins… bizarres.

Ça ne se prend pas au sérieux, ça vole dans tous les sens, il y a de l’action, de l’humour, du suspens…. Un véritable bazar !!! Toute l’histoire est rythmée par les épreuves farfelues imposées par leurs professeurs… Cette série est en cours. Le deuxième tome, Les chevaliers qui ne font plus « ni » ! est paru au mois de mars dernier.  Une bande dessinée à vous couper le squeele !!

Maudoux freaks coul
Redevenons sérieux…  Le coup de crayon de Florent Maudoux rappelle le style des comics avec de nombreuses caractéristiques du manga, notamment dans les expressions des personnages. Le plus surprenant dans cette bande dessinée est l’alternance entre couleur et noir et blanc… La majorité des pages sont en noir et blanc, sauf certaines au milieu de l’ouvrage. Surprenant mais pas dérangeant ! Au contraire, ces deux styles ont chacun leur charme et rendent l’ouvrage unique en son genre. L’auteur explique cette alternance :
Maudoux Freaks noir blanc





« les planches couleur sont plus un bonus, j’ai d’ailleurs essayé de les faire coïncider avec les passages que l’on ne peut raconter que de cette manière. Mais je préfère le noir et blanc, je le trouve plus pertinent, on peut faire passer plus de choses, des impacts de lumière plus marqués, plus forts. Je trouve ça plus confortable pour le lecteur, on va directement à l’essentiel, la lecture est plus agréable et fluide. En outre, ça permet d’avoir plus d’histoire pour le même prix : un album entièrement en couleurs aurait coûté plus cher, et je ne veux pas qu’on se saigne pour l’acheter. Je trouve qu’avec 144 pages, on en a pour son argent. »
(entretien tiré de Culturofil.net).








Maudoux Frreks Squeele 2

C‘est avec une narration fluide que Florent Maudoux nous entraîne dans ce monde étrange mais Ô combien jouissif, parsemé de combats explosifs et de protagonistes aux pouvoirs étranges. Cette bd est idéale pour une bonne crise de fou rire et on s’attache rapidement aux personnages qui sont loin d’être parfaits. Elle a été ma plus grande surprise de l’année, un vrai coup de foudre.






Petit aparté pour les curieux

Qu’est-ce qu’un squeele ? Posez le dictionnaire d’anglais, ce mot n’existe pas.
Voici une petite définition tirée du glossaire de Nanarland (www.nanarland.com):
1. infographie : cas d'école d'infographie nanarde et de mauvaise jaquette, se rencontre quand un graphiste stagiaire superpose la phrase 
« des cascades à vous couper le souffle » avec un dessin de la même couleur que celle utilisée pour la police du titre et de l'accroche.
2. biologie : nom masculin, partie du corps de chaque nanardeur et nanardeuse. Ablation possible et courante, le squeele pouvant être coupé et se régénérer à plusieurs reprises. ex : « cet update de Nanarland m'a coupé le squeele
». Partie par ailleurs extrêmement sensible ; ex :  « ah, si tu sors pas immédiatement, je te botte le squeele ! ». Se couper le squeele : s'automutiler le squeele dans un excès d'enthousiasme ; ex :  « si je trouve l'adresse email de Stuart Smith je me coupe le squeele ! ». Puer du squeele : présenter un intérêt médiocre ; ex :  « ce film est un véritable navet qui pue du squeele »
.
Je suis d’accord avec vous, cela ne nous a pas avancé à grand-chose… Mais au moins nous avons un nouveau mot dans notre vocabulaire même si je doute qu’il soit accepté au scrabble…

Pour lire la suite de l’entretien avec Florent Maudoux :
http://culturofil.net/2009/03/23/freaks-squeele-de-florent-maudoux/
Site de l’auteur : http://saignecrapaud.blogspot.com/

Julie, 2e année Ed.-Lib.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julie - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives