Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 07:00

Gary-shteyngart-Super-triste-histoire-d-amour.jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gary SHTEYNGART
Super triste histoire d'amour
Super sad love story
Traduction
Stéphane Roques
Éditions de l'Olivier, 2012





«

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Salut Leonard ou Lenny Abramov, 205-32-8714. Au nom de l'Autorité de Rétablissement de l'Américanité, j'aimerais te souhaiter un bon retour aux nouveaux États-unis d'Amérique. »

ou l'histoire d'un auteur

Gary Shteyngart, l'auteur du roman qui nous intéresse, est russe. Il est juif aussi, et n'allez pas penser que j'écris ça pour stigmatiser le bonhomme ou remplir les lignes de littexpress ; si je le précise, c'est parce que Gary place ses origines au centre de son oeuvre. Né en 1972, à Léningrad, ses romans n'ont que peu de succès dans son pays natal et trouvent leur notoriété aux États-Unis. Pourquoi les États-Unis, me demanderez-vous ? Sûrement parce que l'écriture de l'auteur est avant tout satirique, critique d'une société, qui, par plusieurs de ses aspects, nous rappelle le libéralisme des états américains. L'auteur aime à tourner la réalité en ridicule, en usant de l'absurde : ses univers errent entre la fiction et la réalité, toujours en décalage, un décalage souvent révélateur.

Son roman Absurdistan fut particulièrement reconnu par la presse américaine.



« Très cher journal,
Aujourd'hui, j'ai pris une grande décision : je ne mourrai jamais. »

ou l'histoire d'un futur probable

Le héros s'appelle Lenny (il est tout à fait acceptable d'y voir ici une référence au Lenny de Steinbeck, dont la naïveté et la bonhomie ont clairement servi de modèle à l'élaboration du personnage), approche la quarantaine, et explique à son journal intime qu'il a décidé de ne pas mourir. Le pire, c'est qu'il est sérieux, car en tant qu'employé modèle de la division des Services post-humains de la Staatling-Wapachung Corporation, Lenny Abramov peut concourir à l'éternité. Le développement de nano-machines médicales anti-vieillissement est pratiquement abouti, et les résultats sont déjà visibles sur le visage du grand patron Joshie Goldman.

Lenny est encore jeune dans sa tête ; pour preuve, il se targue de posséder le dernier modèle de téléphone en vogue (l' ÄppÄrÄt). « En vogue » est un peu faible, étant donné qu'il lui sert non seulement de téléphone, mais aussi de pièce d'identité, de passeport, de banque et de crédit par rapport à l'entreprise qui l'emploie. Car le problème de Lenny, ce sera de garder son niveau de crédit suffisament haut, sa compétitivité suffisamment haute, son moral suffisament bon, sa baisabilité remarquable, sa personalité, sa masculinité... Tout est classifié dans l'ÄppÄrÄt !



« EUNI-GAUDE à LANGUEDEPUTE :

Je vais me déconnecter, mais tiens une Image de moi et Lenny au zoo de Central Park. Il est à gauche de l'ours. Vomis pas !!! »

ou l'histoire d'un amour improbable

Il faut un motif pour désirer l'éternité. C'est vrai, quoi ! Qui a envie de voir le monde péricliter, l'humanité disparaître, et pourquoi pas la planète exploser, et errer dans l'espace intersidéral toute une éternité ? Mais Lenny est motivé. Il y a Eunice Park. Physiquement, c'est son style : asiatique, jeune de 24 années, maigre au possible dans un jean Pelured'oignon, pétrie de la maturité d'une adolescente de 17 ans. Pourtant, la folie pousse à l'amour, et entre deux mails et quelques échanges de statistiques sur ÄppÄrÄt, on essaie de s'aimer un peu. Que faire se sa sagesse, de ses livres, quand on est en face d'une belle qui a tout à apprendre, à expérimenter ? Comment échanger lorsque l'un s'intéresse à Kundera et l'autre à la dernière gamme de sous-vêtements de la marque RedditionSansCondition ?



Ou l'histoire de mauvais choix éditoriaux

Une question demeure sur le livre. Comment se fait-il qu'on n’en ait jamais entendu parler en France ? Comment a-t-il fallu que je sois conseillé par une charmante Allemande, lors d'un voyage, pour avoir connaissance de cet auteur si reconnu, non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe (Angleterre, Allemagne) ? Super triste histoire d'amour est même prévu pour le cinéma avec James Franco, étoile montante d'Hollywood dans le rôle principal !

Ici, que mon lecteur se garde bien de ne pas suivre les prochaines lignes avec la distance nécessaire, car je vais exprimer un avis personnel qui ne pourra nullement s'autogarantir de vérité absolue.
gary-shteyngart-super-sad-true-love-story-copie-1.jpgGary shteyngart Super triste histoire d amour
Gary Steyngart a écrit trois romans qui sont tous édités aux  éditions de l'Olivier. Je porte une affection particulière à l'éditeur, qui sait chercher des auteurs de qualité, sans oublier de proposer des oeuvres d'une grande originalité. Mais que peut-on dire de la mise en avant de ces oeuvres ? Peut-on réellement vendre un livre satirico-anticipatif en plaquant sur une couverture d'un violet douteux, une image en trois dimensions qui semble avoir été réalisée avec les moyens des débuts des années 90 ? Peut-on également, d'une part, traduire le titre du roman en français, et d'autre part garder l'inversion nom-épithète propre à l'anglophonie ? Et de là se rendre compte que c'est incompatible avec le titre complet et le tronquer ainsi dans sa totalité ? Car le titre d'origine était « Super sad true love story ». On a enlevé « true » pour quelle raison ? Parce que « Super vraie triste histoire d'amour », ça ne fait pas français ? Honorable remarque si l'on ne choisit pas au final un titre qui n'est pas plus juste au niveau syntaxique. Et si le but de cette inversion était de rappeler les dérives de la langue à travers l'utilisation des chats internet, pourquoi ne pas avoir assumé ce choix en proposant un titre qui, certes n'aurait pas été français, mais aurait au moins attiré l'attention du chaland ? Bref, je n'ai pas beaucoup de connaissances en marketing du livre, mais sans mon amie germanique, je n'aurais jamais posé mes mains sur cet ouvrage. Encore aujourd'hui, en public, je le pose couverture contre la table...


Léo, AS éd-lib 2012-2013

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Summer Bucket List 07/05/2014 12:55

This is the first time I am reading about Gary Shteyngart. I think his works are pretty unique in nature and each book deals with topics which are society related. It was nice knowing about his
novel. The brief that you have shared was interesting. Thanks.

Recherche

Archives