Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 07:00

Nouveaux-chiens-de-garde.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles BALBASTRE et Yannick KERGOAT

Les Nouveaux Chiens de garde
Genre : film français
Date de sortie : 11 janvier 2012
Durée : 1h44


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nouveaux Chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, adaptation cinématographique du livre homonyme de Serge Halimi sorti en 1997, est un pamphlet redoutable sur les dérives de la presse et de son rôle démocratique.
Serge-Halimi-Les-nouveaux-chiens-de-gard.jpg
Serge Halimi est un écrivain et journaliste français. Il a été membre de la rédaction du  Monde diplomatique pendant 16 ans avant de devenir en 2008 le directeur de ce mensuel. Son livre Les nouveaux chiens de garde s’inspire directement de l’œuvre de Paul Nizan publiée en 1932 : Les chiens de garde. Dans cette œuvre, Paul Nizan dénonçait les intellectuels de son époque qui, sous la revendication d’une totale objectivité de leurs propos, dissimulaient leur rôle de « chiens de garde » de l’ordre établi.
Paul-Nizan-les-chiens-de-garde-copie-1.jpg
Paul Nizan, écrivain, philosophe et essayiste du début du XXe siècle demeure actuellement peu connu malgré son œuvre visionnaire. Jusqu’à sa mort durant la Seconde Guerre mondiale il était un polémiste de renom. Son œuvre Les chiens de garde vient d’être rééditée chez  Agone (janvier 2012) avec une préface écrite par Serge Halimi.

Serge Halimi reprend dans ses Nouveaux chiens de garde la thèse de Paul Nizan et l’adapte à notre monde médiatique : ces gardiens de l’ordre social ont évolué et sont devenus des journalistes, des éditorialistes ou encore des experts médiatiques.

Les réalisateurs, qui s’appuient principalement sur l’œuvre de Serge Halimi, intègrent toutefois plusieurs citations des Chiens de garde de Paul Nizan afin d’illustrer le propos du film, montrant ainsi à quel point ce texte reste moderne.

Voici quelques-unes des citations de Paul Nizan reprises par le film :

« N’osant s’avouer ni avouer les fins qu’elle poursuit, la bourgeoisie, hantée par les craintes qu’elle éprouve et par les derniers scrupules d’un libéralisme éteint, arrange le désordre et les menaces qui la troublent, en cachant derrière les promesses qu’elle fait les activités qu’elle déploie. »

ou

« Nous n’accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des philosophes ne soit finalement profitable qu’au pouvoir des banquiers. ».

Le film adapte son discours aux dérives actuelles et dénonce l’oubli des valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité que la presse prétend incarner. Il déconstruit le pouvoir des médias en s’armant d’illustrations très concrètes, exemples à l’appui, notamment sur la concentration du pouvoir capitalistique par les grandes multinationales françaises : Bouygues, Lagardère, Bolloré ou encore Dassault.

Ce documentaire reprend certains concepts qui nous rappelleront le travail de Pierre Bourdieu, en s’interrogeant sur les influences que peuvent entretenir les sphères politique, financière et médiatique. La grande majorité des médias appartient à de grands groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Comment garantir, dans ces conditions, une objectivité dans la transmission des informations et prôner une indépendance journalistique ? Ce phénomène de concentration impacte la qualité de l’information, Serge Halimi le souligne dans son œuvre :

« un petit groupe de journalistes omniprésents – et dont le pouvoir est conforté par la loi du silence – impose sa définition de l’information-marchandise à une profession de plus en plus fragilisée par la crainte du chômage. »

Plus loin, l’auteur apparente ces pratiques à de la censure :

« La censure est cependant plus efficace quand elle n’a pas besoin de se dire, quand les intérêts du patron miraculeusement coïncident avec ceux de "l’information". »

Les journalistes n’auraient pas la liberté de livrer n’importe quelles informations, surtout si elles sont en contradiction avec les activités de leurs patrons ou de l’ordre établi. Le reportage nous montre alors que les personnalités de ces différentes sphères appartiennent à un même monde ; un analyste nous dit :

« C’est un peu comme si dans une famille certains avaient décidé de faire politiques d’autres de faire économie et le troisième journalisme, c’est un seul et même monde, c’est un monde unique ».

Ainsi, le reportage prend en exemple, entre autre, la surprenante séquence qui s’est déroulée dans l’émission « Vivement Dimanche » où M. Elkabbach (journaliste/animateur) fait l’éloge de son jeune patron Arnaud Lagardère. Nous apprenons ensuite que Michel Drucker, qui présente l’émission, a fait ses débuts à Europe 1 grâce à M. Elkkabach qui dirigeait alors la radio, dont le propriétaire était le père d’Arnaud Lagardère. Les deux animateurs étaient des amis intimes de M. Lagardère.

Toutes ces personnalités se connaissent, se croisent, échangent leurs places, même si cela inclut de passer de la rédaction de Charlie Hebdo à la direction de France Inter (Philippe Val), ou de la direction d’Europe 1 à celle de la FNAC (Alexandre Bompard), voire l’inverse après un passage par Le Nouvel Observateur (Denis Olivennes). Les experts interrogés sont toujours les mêmes et ne reflètent pas une grande diversité d’opinions, la théorie généralement défendue étant celle du néo-libéralisme. Une séquence nous surprend : en juin 2008, Alain Minc, expert très médiatisé, nous annonce la fin de la crise financière et vante la capacité de résistance du système capitaliste ; pourtant, trois mois plus tard, la crise prendra une toute autre ampleur que d’autres experts non médiatisés avaient prédite.

Cette critique, drôle et vivifiante, déconstruit les idées véhiculées par le monde médiatique et nous invite .à prendre du recul sur les informations qui nous sont transmises.

Il m’a semblé que l’originalité du point de vue, sur un sujet rarement abordé outre les redoutables et brillants Chomsky et compagnie, était en lien direct avec nos futurs métiers ancrés dans l’information et la communication. J’invite donc les étudiants à regarder ce film et à lire les deux ouvrages dont il s’est inspiré.

 

 

Liens

 

Site du film :  http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/

 

La bande annonce :  

http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/spip.php?rubrique4


Emmanuelle, 2e année Éd.-Lib.


Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives