Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 07:00

Guarnido-Blacksad-1.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GUARNIDO et DIAZ CANNALES,

Blacksad, Quelque part entre les ombres
 Traduction
Anne-Marie Ruiz
Dargaud, 2000



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BlackSad est une bande dessinée policière écrite et dessinée respectivement par Diaz Cannales et Guarnido, tous deux espagnols, qui se déroule à la fin des années cinquante à la Nouvelle-Orléans. Le premier tome, Quelque Part Entre les Ombres, a eu un succès planétaire et est aujourd’hui reconnu comme un classique par tous les professionnels de la bande dessinée. La préface de Loisel donne le ton : « C’est beau, c’est fort, c’est vivant ».
blacksad 2
La forme des personnages intrigue autant qu’elle choque : des têtes et des peaux d’animaux mais les personnages se comportent tous comme des hommes. Ainsi les policiers sont des chiens, les lascars des lézards, les journalistes des fouines. Le héros quant à lui est un chat, un chat noir détective privé. Le fait qu’il soit un chat noir avec toute la symbolique que cela suppose n’est pas un hasard ; le malheur pèse sur lui et il doit faire face à des situations difficiles. Lui-même est parfois malfaisant, rendant la justice par ses propres moyens, rarement légaux. Le style hardboiled est bien présent dans toute l’œuvre, la narration est rythmée par la découverte d’indices qui font progresser l’intrigue jusqu’à la dernière page.

L’histoire commence par la mort d’un ancien amour du héros, une actrice avec qui il a eu une aventure. Résolu à venger sa mort, il affrontera des menaces, se fera tabasser mais il continuera jusqu’à tuer de ses mains le meurtrier.

Ce premier volume est en quelque sorte une présentation du personnage alors que les tomes suivants abordent des thèmes sensibles tels que le racisme ou le nucléaire ; ce premier opus est le plus intime car il touche directement le héros.

Tout le génie de cette bande dessinée repose sur le style créé par les deux auteurs ; les personnages anthropomorphiques ont des réactions humaines réellement surprenantes. La couleur réalisée à l’aquarelle donne une force et un ton tout particuliers aux illustrations. Blacksad s’inscrit dans les chefs-d’œuvre à la fois du genre policier et de la bande dessinée.
blacksad-3.jpg
« Une étoile s'était éclipsée abandonnant mon passé dans le noir, égaré quelque part entre les ombres. Et personne ne peut vivre sans son passé. Là dehors se cachait le coupable de deux meurtres, au moins : celui d'une personne et celui de mes souvenirs. »

« Sartre affirme que l'enfer c'est les autres. La phrase est brillante, mais je crois qu'elle reflète plus un état d'âme qu'une vérité universelle.
Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable ... mais ils peuvent aussi être nos compagnons de paradis.
Pour moi, l'enfer, c'est le néant. Un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l'imagination, sans beauté qui exalte les sens. »

 

 

Laura, 1ère année Éd.-Lib. 2010-2011

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Laura - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives