Vendredi 27 mai 5 27 /05 /Mai 07:00

Gudule-La-Bibliothecaire.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gudule
La Bibliothécaire, 1995
rééd. Le livre de poche jeunesse, 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gudule

De son vrai nom Anne Duguel, elle est née à Bruxelles le 1er août 1945. Elle écrit des livres pour les enfants et pour les adultes sous le nom de Gudule, Anne Guduel et Anne Carali. Anciennement journaliste au Moyen Orient, elle collabore depuis les années 70 à divers magazines et journaux comme Pomme d'Api, Charlie-Hebdo... Pour une biographie plus complète de l'auteur, cliquez sur ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Dugu%C3%ABl .

 

La bibliothécaire

Résumé

Guillaume est élève en classe de cinquième. Chaque nuit, il observe depuis sa fenêtre  une vieille dame qui écrit toute la nuit dans l'immeuble d'en face. Puis, lorsque la lumière de son appartement est éteinte, d'une façon étrange et répétitive, une jeune fille d'une quinzaine d'années sort de cet immeuble.

Une nuit, Guillaume décide de la suivre. Guidé par le claquement de ses talons sur le sol, il la suit et se retrouve alors dans la bibliothèque de la ville en pleine nuit à ses côtés. Pour fuir le gardien de la bibliothèque tous deux courent se réfugier dans un parc voisin. Guillaume et la jeune fille, Ida, engagent une conversation.

« Je vais vous décrire Ida, car elle était très belle. Elle avait de longs cheveux bruns qui tombaient sur ses épaules, et un joli visage. Sous sa cape noire, elle portait un jupon qu'elle avait échangé contre Alice au Pays des Merveilles, et des petits souliers qui faisaient chanter le pavé. »

 Très vite la jeune fille se confie et Guillaume comprend que c'est elle la vieille dame qu'il voit écrire chaque nuit et qui est aussi l'ancienne bibliothécaire. Elle a donc 84 ans et rédige ses mémoires. Quand Guillaume la rencontre, elle en est arrivée à la jeune fille qu'elle était en 1926. Ida demande au jeune garçon de l'aider à trouver le grimoire qu'il faut avoir pour devenir écrivain, elle embrasse Guillaume et disparaît. Le lendemain Guillaume attend, les yeux rivés sur l'immeuble d'en face, mais la vieille dame comme la jeune fille n'apparaîtront pas ce soir-là. L'ancienne bibliothécaire est décédée. Guillaume décide d'aller chez elle récupérer le cahier sur lequel elle écrivait sa vie, il veut ressusciter Ida en lisant ses mémoires. Il va alors recevoir l'aide de son meilleur ami, Doudou qui, lui, pense qu'il faut écrire pour retrouver Ida. Car c'est en écrivant qu'elle prenait vie.

Seulement tout n'est pas si simple pour Guillaume ; il a de grandes difficultés en français et ne parvient pas à écrire convenablement. Ainsi la jeune fille qui lui apparaît s'appelle « Idda », elle louche et ses membres sont inversés ! Doudou décide d'aider Guillaume ; il écrit à son tour un rap, et c'est une « Adi » qui apparaît, une jeune fille noire qui ne cesse de bouger ! Il n'y a plus de doute, pour que Guillaume retrouve Ida, il doit savoir écrire et pour cela, retrouver le grimoire à la bibliothèque. C'est ainsi que va débuter leur parcours captivant dans une multitude d'ouvrages. Les jeunes garçons entrent avec Ida au pays d'une reine qui souhaite faire couper la tête d'Idda. Alice les guide, ils doivent suivre un cochon ! Les enfants vont ensuite rencontrer Madame Lepic punissant Poil de Carotte qui est couvert de poux. Pour le sauver ils décident de l'emmener dans le poème de Rimbaud, Les chercheuses de poux. Guillaume, Doudou et Ida plongent ensuite dans Les Misérables et assistent à la mort de Gavroche. Puis une rencontre émouvante a lieu dans le désert entre Guillaume et le Petit Prince. Au cours de cette immersion dans les livres, les enfants ont pu recueillir un certain nombre d'indices qui vont leur permettre de comprendre que le grimoire de l'écrivain est un livre aux pages blanches... Pour bien l'écrire Guillaume doit se perfectionner en français. Le jeune homme va agir pour enfin écrire le bon texte qui va lui permettre de retrouver Ida, celle qu'il aime.



Un livre fantastique, une immersion dans la littérature

La quatrième de couverture indique :« Pourquoi la vieille dame qui habite en face de chez Guillaume écrit-elle tard la nuit ? Pour résoudre ces mystères, Guillaume se lance dans un fantastique voyage au pays des livres et de l'écriture...».

Ce fantastique voyage commence avec l'immersion dans l'histoire de Poil de Carotte avec « ses cheveux roux en désordre » ; « de sa culotte trop grande émergent des jambes maigres ». Doudou et Guillaume sont plongés dans l'histoire du jeune garçon allant même jusqu'à lui parler : « Salut mon pote, dit Doudou, t'as des ennuis ? ». La situation est fantastique, le voyage que l'on peut faire intellectuellement lorsqu'on lit un livre se fait ici physiquement par l'insertion des personnages dans la littérature et ce d'une manière assez comique. Dans un langage tout à fait naturel et spontané, les jeunes enfants interviennent dans des oeuvres de la littérature française connues de tous. De cette façon, les personnages que nous connaissons sous un angle précis nous sont ici peints avec une certaine originalité, leur propre histoire est détournée et leur récit original et parfois cité, mis en abyme. Cette rencontre avec Poil de Carotte a un aspect moralisateur : en effet, le jeune garçon tape son chien parce qu'il est lui même victime de la violence. La morale dans ce livre jeunesse est claire, la violence entraîne la violence.

Ensuite, c'est à partir des poux situés sur la tête de Poil de carotte que nous allons voyager dans un poème de Rimbaud intitulé Les Chercheuses de poux. On nous en cite quelque vers :

« Quand le front de l'enfant, plein de rouges tourmentes,
Implore l'essaim blanc des rêves indistincts,
Il vient près de son lit deux grandes soeurs charmantes
Avec de frêles doigts aux ongles argentins ».

Gudule choisit d'ajouter un texte poétique dans son récit afin de citer le livre dans lequel le lecteur, au même titre que Guillaume ou Doudou, est plongé. Doudou, Guillaume et Ida voyagent, le lecteur aussi. Gudule alterne dans son ouvrage quelques lignes de récit intercalées entre quelques vers de Rimbaud ; ainsi récit et poésie dialoguent.

Après ce voyage avec Rimbaud nous voici sur un « sol jonché de cadavres civils et militaires, indistinctement mélangés parmi les flaques de sang. » On cite Jean Valjean, Doudou et Guillaume spectateurs de la scène et plongés dans un nouveau bouquin s'interrogent : « Qu'est-ce qu'il y a eu comme révolution au XIXe siècle ?». Gudule insère un chant dans son récit : « On est laid à Nanterre, c'est la faute à Voltaire, et bête à Palaiseau c'est la faute à Rousseau ». Dans une scène de guerre on découvre un jeune homme révolté, nommé Gavroche ; sous les yeux de Doudou, il va perdre la vie. Gudule plonge ses personnages dans un récit préexistant que l'on peut facilement identifier, et leur fait vivre ici un moment d'émotion intense. Gavroche meurt, « une petite grande âme vient de s'envoler ». Guillaume plongé dans un immense chagrin pleure. Il entend la voix d'un garçon qui lui demande : « Bonjour, de quelle planète es-tu ? » et qui lui dit : « Je connais un renard, il sait beaucoup de choses, il pourra t'aider ». Gudule joue avec les personnages qu'elle crée ou qui existent déjà, en les faisant interagir. Ici encore la situation devient comique, ces deux jeunes garçons sont perdus et tentent l'un l'autre de se rassurer, le Petit Prince et ses enseignements prennent un nouveau sens. Cette aventure se poursuit par une plongée dans Les Misérables de Victor Hugo. Gudule recrée avec une grande justesse l'atmosphère d'un roman historique par des descriptions précises :

« La venelle où les a déposés le hasard est étroite et vétuste : façades misérables aux volets hermétiquement clos, gros pavés inégaux souillés de crottin de cheval, caniveaux charriant une eau croupie où flottent de malodorants détritus ».

Pour parvenir au but ultime, trouver le grimoire de l'écrivain, des personnages actuels voyagent dans la littérature, et cela ne semble pas absurde car il semble difficile de pouvoir bien écrire sans jamais avoir lu.

Ce livre est écrit avec justesse, le langage y est simple tout en étant poétique. L'écriture est très rythmée car les dialogues sont nombreux, bien insérés dans le récits et les extraits des ouvrages de référence choisis. Le personnage de Doudou dont les paroles comme du rap sonnent et sont souvent très saccadées, les vers de Rimbaud, les chants révolutionnaires font de ce livre un livre à lire mais aussi à écouter, à chanter, à jouer.

La bibliothécaire de Gudule est un livre de mon enfance que j'ai décidé de relire car le souvenir que j'en avais était plaisant. Ma relecture a été délicieuse ; comme lors de ma première lecture, je me suis laissé emporter dans ce voyage au coeur de l'écriture. Au début de son ouvrage, Gudule offre une dédicace en hommage aux bibliothécaires et aux documentalistes, pour leur remarquable travail auprès des jeunes dans l'approche du livre plaisir ». Cette notion de livre plaisir me semble fondamentale et selon moi dans cette oeuvre, quel que soit l'âge du lecteur, il est bon de se laisser porter das un voyage comique, poétique, envoûtant.

L'amour de Gudule pour l'écriture est transmis par l'ouvrage, cette métamorphose de Guillaume grâce au langage en est l'illustration, car ici, la langue française lorsqu'elle est mal maîtrisée ne permet pas de parvenir à ses fins...

Marine, 1ère année Bib.-Méd.

GUDULE sur LITTEXPRESS

 

gudule001.jpg

 

 

 

 

Article d'Aude sur Le Club des petites filles mortes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Marine - Publié dans : jeunesse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés