Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 07:00

City-Hall.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume LAPEYRE (dessins)
Rémi GUÉRIN (scénario)
City Hall (tome 1)
éditions Ankama,
tome 1 réimprimé en novembre 2012



 

 

 

 

 

 


 

Biographies

Rémi Guérin

Il est né le 12/10/1979 et est scénariste de plusieurs séries de BD. Il a fait ses études à Paris, la Sorbonne, dans la filière Cinéma & Communication jusqu’en 1988. Il est originaire de Nogent-Sur-Marne, et habite actuellement à Montpellier. Il fait ses débuts à partir de 2007 aux éditions Dargaud, où il publie la série de bandes dessinées (toujours en cours) Les Véritables Légendes urbaines. En parallèle, il publie aux éditions Soleil Kookaburra Universe à partir de 2009, jusqu’en 2011, puis la série Explorers, pour laquelle il collabore avec Guillaume Lapeyre entre 2009 et 2011 (séries terminées). C'est à partir de cette première collaboration que les deux hommes deviennent amis.

En parallèle de ses diverses publications, il travaille à l’Apple store à partir de 2009 jusqu’en 2011. De plus, la même année, il quitte son poste chez Dargaud, pour entrer dans la maison d’édition de mangas française Ankama où il a présenté le projet commun avec Guillaume Lapeyre.


Guillaume Lapeyre

Né le 13/09/1978 et originaire de Sète, il est dessinateur de plusieurs séries de bande-dessinées, aux éditions Soleil (Lanfeust) puis chez Ankama, où il publie avec Rémi Guérin la série Explorers, l'occasion de commencer à faire intervenir Jules Verne.

À partir de 2011, il publie avec Rémi Guérin la série City Hall,  prévue en 3 volumes.

 

L’éditeur : Ankama a notamment révélé Wakfu et Dofus.



Résumé

Le tome 1 commence lorsque le ministre des Finances de Londres se fait assassiner dans le quartier des Affaires. L'inspecteur de la police de Londres fait alors irruption, et découvre sur le cadavre un bout de papier, avec une description que l'on entrevoit. Il semble bouleversé, et fait promettre aux deux hommes qui l'accompagnent de ne rien dire du papier. Il se rend ensuite à City Hall, la mairie de Londres, où il retrouve un personnage bien connu : Malcolm Little X. L'inspecteur arrive dans le bureau du maire et prononce une phrase qui résume bien ce premier tome : « Le monde tel que nous le connaissons a cessé d'exister !! »

Le maire appelle alors Jules Verne et Arthur Conan Doyle à la rescousse, et leur dévoile un secret qui nous emporte ensuite dans une enquête digne d'un film à suspense, sur un secret que Verne semble connaître. Seul Arthur semble bouleversé par la révélation. L'histoire qu'il connaît n'est que mensonge, développé par le gouvernement et tous ceux des autres pays.

S'enchaîne alors une série d'événements dans cet univers à tendance steampunk [c’est-à-dire dans une atmosphère de révolution industrielle. Il peut être traduit par « futur à vapeur ».

 

Les Personnages

City-Hall-Image-2-Jules-verne.jpg 

 

Jules Verne : écrivain numérique de génie et de renom, il consacre sa vie à l'écriture et à la science. Ses inventions seront utiles dans les situations les plus inattendues. Son père, Pierre Verne, lui avait offert pour ses huit ans un cahier de papier et des crayons ; il sait donc écrire et c'est ce qui fait qu'il est l'arme secrète dont parle Malcolm au début du tome.

Il est inspiré de l'auteur qui a vraiment existé.

 City-Hall-Image-3-city-hall-arthur-conan-doyle.jpg

Arthur Conan Doyle : écrivain, historien, médecin, ancien disciple de Joseph Bell (médecin, que l'on voit dans le tome 2).

Il accompagne Jules Verne dans sa quête et au moment où la série se déroule, il n'a pas encore inventé Sherlock Holmes. Lorsqu'il apprend la vérité sur le papier et l'histoire manipulée, il n'arrive pas à y croire, au début. Puis il s'y fait…

Sa capacité à déduire des choses sur une personnalité simplement en observant les personnes est étonnante dès le début début, puis l'on se souvient de qui il a créé et tout de suite, cela devient moins étonnant.

Il craque facilement pour les jolies femmes comme Amalia a pu en faire l'expérience.

Ce personnage est inspiré du vrai romancier homonyme.

 

 

 City-Hall-image-4-Black-Fowl.jpgLord Black Fowl : il est apparemment le responsable de toute l'agitation et on ne sait pas son nom. On ne sait pas grand-chose de lui, et la trame de l'histoire s'organise autour de ce personnage étrange et inconnu. On connaîtra enfin son identité dans le tome 3.

Toutefois les auteurs nous ont laissé quelques indices : il appartient à une classe sociale élevée, il est cultivé, et connait par cœur le poème d'Edgar Allan Poe Le Corbeau. Il sait écrire comme Jules Verne, au vu des deux combats entre les deux brillantes plumes. On suppose que c'est aussi une figure littéraire ou historique connue, de la même époque que les autres personnages.

 City-Hall-image-5-Amalia-Earheart.jpg

Amalia Earheart : la seule figure féminine du tome 1 (un autre personnage féminin apparaît dans le deuxième tome, Mary Shelley). Elle appartient à une organisation mondiale (Culper Ring) qui vise à lutter contre la contrebande de papier, et veut éviter la propagation du secret de l'histoire des pays « développés ». Elle est inspirée de l'aviatrice du même nom, qui a été la première femme à traverser l'Atlantique, et a fait bien d'autres choses marquantes dans l'Histoire.

 

 

 

 

 

City-Hall-Image-6-Gru.jpg

 

Grü : c'est un Papercut, créature décrite sur du papier qui prend vie quand son créateur l'anime par les mots sur du papier. Il doit pour l'animer décrire ses actions sur du papier, et le garder toujours à portée de vue.

 

 

 

 

 

Le graphisme

La couverture donne un bon aperçu du contenu du manga et laisse présager de l'action avec le pistolet que tient Arthur au second plan. Le papier semble jouer un rôle important, vu le personnage au premier plan qui tient un stylo et un carnet.  L'intrigue n'est pas dévoilée, mais la couverture donne plutôt envie de lire ce manga.
 
Les codes du manga sont d'ailleurs présents dans le dessin, mais aussi le style bd franco-belge qui ressort par moments. Pourquoi City Hall est-il un manga ? D'abord, le format le plus courant pour les mangas est celui qu'a emprunté la série. Ensuite, il respecte les règles qui font d'un manga d'action un succès : un apprenti, un mentor, une femme surentraînée au combat, des inventions délirantes, de l'action, une ambiance d'aventure, créée par le réalisme qui se dégage des dessins. De plus, les auteurs tiennent un rythme « à la japonaise », c'est-à-dire plusieurs planches par jour, à encrer ensuite, rythme assez rare en France et dans le milieu de la BD en général. Enfin, il y a la présentation (fiche ''technique'') des personnages à chaque fin de chapitre.

Les codes de la bd franco-belge sont aussi là : les visages sont clairement influencés par  ce style de dessins (oreilles), les détails sont nombreux et très présents. Les sentiments des personnages sont très marqués sur leur visage et par leurs paroles. On peut presque sentir l'intonation. Le sens de lecture est de gauche à droite, et non pas de droite à gauche comme dans les mangas. Il est plutôt logique qu'il y ait des traces de la bd franco-belge, les auteurs ayant fait leurs débuts avec ce format.

 

Influences principales

City Hall est une symbiose entre plusieurs styles comme dit précédemment. J'ai réussi à déterminer quelles sont les principales influences des auteurs.

Les deux auteurs réunis sont influencés par Takeshi Obata (Bakuman, Death Note) qui travaille lui aussi en collaboration avec un scénariste. De plus, Bakuman est l'histoire d'un jeune dessinateur qui veut devenir mangaka (dessinateur de mangas) pour conquérir la fille dont il est amoureux. Il travaille lui aussi en duo avec un scénariste talentueux…

Rémi et Guillaume sont donc influencés par les graphismes japonais. Ils ont grandi avec le Club Dorothée (émission de télévision dans laquelle étaient diffusés des dessins animés japonais tels que Astro le Petit Robot, Olive et Tom, Albator… mais aussi européens), et font donc partie de la génération qui a regardé les premiers dessins animés japonais à partir des années 80.

Enfin, je voudrais ajouter que la couverture, avec ses couleurs et son écriture dorée m'a rappelé celle des romans de Jules Verne avec la couverture rouge et les titres en couleur or.



 Avis personnel

J'ai adoré lire ce manga. Il m'a au début paru banal, comme la plupart de ceux que je lis d'habitude. Puis au fil de ma lecture, j'ai vraiment accroché à cet univers, ce monde où ce que l'on écrit prend vie. Les personnages sont charismatiques, et dégagent une aura qui fait qu'on l'on a envie de mieux les connaître, de les aider dans leur quête, que ce soit pour Lord Black Fowl (sa quête étant inconnue pour l'instant) ou le trio de Verne. L'histoire est peu banale et l'univers unique en son genre. C'est une série sérieuse qui ne se prend pourtant pas au sérieux (humour), et aux dessins réalistes irréels. Les chapitres débutent par une citation, souvent d'un personnage connu (Oscar Wilde, Einstein…).

L'idée que tout ce que l'on écrit prend vie m'a rappelé l'histoire de la trilogie de Cœur d'Encre, de Cornelia Funke où dès lors que l'héroïne et son père lisent à haute voix un texte bien écrit, il prend vie, que ce soient les personnages, les sentiments ou les actions.



Avis de blogs et sites de mangas

Bibliothèque de Glow : http://glowmoonlight.unblog.fr/2012/07/08/japan-expo-2012-les-petites-perles-a-decouvrir/

Le principe de City Hall est que tout ce que l’on écrit prend vie. Mais le jour où quelqu’un se sert de ce pouvoir à de mauvaises fins, la police de City Hall se voit dans l’obligation de demander à deux des meilleurs écrivains disponibles dans la ville : Jules Verne et Sir Arthur Conan Doyle. Une lutte sans merci s’engage alors entre les meilleures plumes, faisant couler beaucoup d’encre… le tout dans un Londres victorien très esthétique qui laisse rêveur…

Critique du blog Sud-Ouest : http://bd.blogs.sudouest.fr/archive/2012/06/18/city-hall-1-par-remi-guerin-et-guillaume-lapeyre-ankama.html

 

Sources

Les auteurs eux-mêmes qui m'ont accompagnée dans ce travail (infos biographiques)

 
Coline PAILLET, 1ère année Bib-Med-Pat



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coline 16/02/2013 12:30

Fiche modifiée et merci, ces compliments me font très plaisir.

Guillaume lapeyre 13/02/2013 10:53

Hello Coline !! rémi et moi te remercions pour ce bel article, ça nous fait plaisir !!... visiblement tu as apprécié City Hall et c'est cool !

le seul truc avec lequel on est pas d'accord c'est quand tu dis qu'on a pas vraiment de délais ! au contraire, nous travaillons dur pour justement faire en sorte que les lecteurs de manga (dont je
fais partie) habitués à des délais de parutions assez courts, n'attendent pas trop longtemps !

On a fait le tome 1 en 8 mois (là, c'est vrai, c'était le premier, il n'y avait pas d'urgence), le 2 en 6 mois, le 3 en 5 mois et le 4 programmé pour l'instant pour Septembre devra être fait entre
4 et 5 mois.

Mise à part cette petite précision, nous sommes raviiiis de cet article ;)

A bientôt ! Guillaume et Rémi

Recherche

Archives