Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 07:00

au TnBA

du 9 au 12 janvier 2013

sous la direction de Marcial di Fonzo Bo et d’Elise Vigier.
avec les élèves comédiens de l’ESTBA.

 

 

Estba-Mexico-copie-1.jpg

 

 « J’ai la tête remplie de choses qui appartiennent aux autres. Mes pensées, mes désirs. Ma langue, ma façon de parler, ma façon de faire l’amour, tout ça appartient aux autres. Pourquoi j’ai cette sensation d’être moi, si rien en moi ne m’appartient ? »
 


Devant une salle remplie, la pièce commence sur trois lobbyistes préparant une réunion à propos d’un site de stockage de déchets nucléaires. S’ensuit une histoire entre You et Mee, un couple de touristes. Mais les deux heures que dure la représentation voient s’entremêler plusieurs protagonistes et plusieurs histoires. Ainsi, nous croisons Margarita, Mom, Boï, Sys, un plombier et son compagnon le cow-boy, E.T. et Amy.

L’intrigue, qui implique tous ces personnages, est impossible à résumer tant les différentes histoires, riches en rebondissements, s’entremêlent. De plus, le spectateur est gardé dans le flou sur la réalité des histoires qui lui sont racontées, par la duplicité des personnages. Jamais les questions qui sont posées ne sont résolues. Par exemple, prenons le cas d’E.T. et Amy qui sont représentés comme des voyageurs de l’espace de retour sur Terre puis sont des junkies squattant le parc à thème délabré possédé par Mom.

Le fil conducteur de la pièce reste cependant l’histoire de Mee et You. Ces personnages sont ceux qui reviennent le plus souvent, et ils restent sur scène pendant presque toute la représentation, même quand l’action se déroule entre d’autres personnages, ailleurs que dans leur chambre d’hôtel, et qu’ils ne sont donc pas réellement témoins de la scène.

 

Un des thèmes récurrents est celui de la drogue. Elle concerne chacun des personnages à différents niveaux et peut être une explication aux multiples facettes de leur personnalité et aux incohérences apparentes.

 

  • Ainsi, Mee et You tombent par un hasard étrange sur un homme qui leur confie un sachet de drogue. À ce moment-là, ils savent qu’ils doivent le rendre mais tous deux semblent néanmoins attirés par le contenu du sachet. Mee va jusqu’à passer son doigt sur ses dents après avoir eu le sachet en main. Leur mode de vie également semble influencé par le monde de la drogue : leur vie d’artistes itinérants, les fleurs qu’ils plantent sur le sol de leur chambre d’hôtel, comme un monde qui n’apparaîtrait qu’à eux, les photos des années 70, le fait que Mee apparaisse habillé avec les vêtements de You sans raison apparente et que cela n’étonne personne.
  •  Le plombier mexicain, qui se révèle être un dealer et qui finit par tuer Mee et You pour récupérer le sachet de drogue que ceux-ci semblent avoir en fait dérobé.
  • Margarita, une livreuse de plats chinois qui apparaît déguisée en toréador pour récupérer le sachet de drogue. Elle semble impliquée dans le trafic.

 

  • Amy et E.T., qui ne sont peut-être au final que des junkies vivant sous une tente et s’imaginant être des voyageurs de l’espace.

 

  • Boï, amoureux d’Amy, qui rêve de voyage spatial avec elle, et essaye de récupérer assez d’argent pour partir.

 

  • Mom, qui avale pour dormir des pilules accompagnées de plusieurs verres d’alcool. Elle semble dépressive, et son passe-temps préféré est de regarder les nuages.

 

  • Sa fille, Sys, dont la tenue semble indiquer une vie dissolue et qui propose à un homme de devenir passeuse de drogue pour quitter la vie triste et morne avec Mom. Elle essaie même de tuer sa mère.

 

  • Enfin, l’apparition d’un homme à tête d’éléphant sur scène fait penser à une hallucination, puisqu’en décalage total avec la réalité.

 

  • De plus, l’action se termine sur une fête chez Mee et You, alors qu’ils ont été tués quelques minutes auparavant. Une fois de plus le décalage avec ce qui s’est produit précédemment semble indiquer que quelqu’un a, ou a eu, une hallucination.



 

Enfin, des photos sont diffusées en arrière-plan pendant une partie de la représentation. Ce sont des photos de Martin Parr, un photographe américain. L’œuvre de Parr est constituée de toute une série de photographies des lieux touristiques mondiaux, devenus impersonnels, réglés, reconstitués, tous investis d’une valeur commerciale sans doute plus forte que la valeur patrimoniale. Des photos de touristes, tous en train de faire la même chose, comme celle de toute une foule de personnes faisant semblant de tenir la Tour de Pise. Ce questionnement de l’identité est un autre des thèmes parcourant cette pièce, à travers la quête de Mee et You à Mexico, ou encore à travers leur questionnement sur l’unicité des personnes. Quant à Boï et Sys, ils sont dans un moment de prise d’indépendance par rapport à leur mère, mais cette phase normale de la vie prend ici une dimension exagérée, puisque Boï désire s’enfuir et que Sys essaie de tuer sa mère.
 
Le début et la fin de la pièce peuvent également être liés puisque la conversation des lobbyistes du début sur le stockage des déchets nucléaires peut être mise en parallèle avec la fin, où des hommes passent, tels des fantômes, en combinaison antiradiations, le visage couvert d’un masque à gaz. La destruction de l’humanité représente peut-être la destruction de l’homme par la drogue, le début optimiste est donc démenti par la fin suggérant la mort, et la destruction. C’est une sorte de retour à la réalité, après deux heures d’hallucinations.

 
 
Pour conclure, je pense que cette pièce est interprétable de plusieurs façons possibles ; ainsi, une interprétation extrême pourrait aller jusqu’à dire que tout, l’histoire, les personnages ne sont en fait que le produit des hallucinations de deux junkies, E.T. et Amy. En effet, la pièce commence sur ces deux personnages, seuls en scène. Ils sont dans leur tente et s’apprêtent à se droguer. Ils sont également les deux derniers personnages en scène.

Cette pièce est portée par le jeu des acteurs. Bien qu’en formation, ils font preuve d’un grand talent, qui permet d’apprécier la pièce même si celle-ci est difficilement compréhensible de prime abord, et nécessite un temps de réflexion.


Morgane, AS Bib.

Partager cet article

Repost 0
Published by Morgane - dans théâtre
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives