Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 14:00

Gunnar-staalesen-le-roman-de-bergen-Points.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gunnar STAALESEN
Le roman de Bergen
Tome 1 : L’aube
Titre original : 1900. Morgenrød
Traduit du norvégien
par Alexis Fouillet
Gaïa, 2007
Points, 2011






Gunnar Staalesen en quelques mots

Gunnar Staalesen, roGunnar-staalesen.jpgmancier et dramaturge norvégien, est né le 19 octobre 1947 à Bergen. Il y a grandi et vécu toute sa vie et c’est dans cette ville qu’il puise son imagination.

Principalement connu pour des romans policiers, notamment sur son détective privé VeumVarg, Staalesen est considéré comme celui qui a introduit le réalisme social dans le polar norvégien. Entre 1997 et 2000, il publie la trilogie dite de Cent Ans, Le roman de Bergen, un travail d'environ 1600 pages centrées sur différentes familles de Bergen et des régions avoisinantes entre 1900 à 2000.

Gunnar Staalesen a passé son enfance auprès d’un père professeur et d'une mère infirmière. L’auteur lui-même qualifie cette période de classique et calme ; sa découverte de l’écriture commence dès 10-11 ans. Sa première histoire est publiée alors qu’il n’a que 12 ans. En 1966, Staalesen obtient le diplôme d'études à Bergen Cathedral School. Puis il entame des études supérieures à l'Université de Bergen, au cours desquelles il réalisera de nombreux travaux sur la littérature et la culture toujours propres à sa ville. C'est seulement en 1987 qu'il devient écrivain.

Gunnar Staalesen se décrit comme un «homme bien ordinaire qui peut écrire de nombreux livres que tout le monde peut lire ». Avec le succès de ses premiers romans, Staalesen est devenu millionnaire mais il se plaît à mener une vie simple et ordinaire. Il est marié depuis 1969 et a deux enfants, aujourd’hui devenus adultes.
Au final, Gunnar Staalesen a publié entre autres cinq romans, 18 romans policiers, deux recueils de nouvelles et six pièces de théâtre. Plusieurs de ses livres sont traduits dans d'autres langues. Il a deux fois le prix Riverton et le prix d'honneur pour la culture de Bergen.

Staalesen-Le-roman-de-bergen-Gaia-01.gif

Résumé d’une saga

Le roman de Bergen a le souffle des grandes épopées. L’aube, le premier volume de cette saga norvégienne est haute en couleurs.

Le matin du 1er janvier 1900, l'inspecteur Moland est réveillé par des coups frappés à sa porte. Ce jour de congé qu'il aurait dû passer avec femme et enfants va bouleverser sa vie. Un notable de Bergen, le consul Frimann, a été assassiné après avoir passé la nuit en compagnie non pas de son épouse, mais d'une fort jolie et très sensuelle personne, bien connue de beaucoup d'hommes de la ville, Maren Kristin Pedersen. Plutôt que d'importuner la bonne bourgeoisie berguénoise, Moland oriente l'enquête vers un suspect d'origine plus modeste qui, interpellé, se suicide. L'affaire est close ; officiellement.

En ce début de XXe siècle, nombre de solides gaillards comme Torleif Nesbo vont proposer leurs bras sur les chantiers de la ligne de chemin de fer qui doit relier Bergen à la capitale, Kristiania. Pour ce fils de ferme, creuser les tunnels dans la montagne est un bon boulot. D'autant que c'est là-bas, au baraquement, qu'il rencontre Trine. Elle aide à la cuisine et au service pour le repas des ouvriers. Les rumeurs disent qu'elle revient de la ville, où elle était domestique, chez le consul Frimann.

Le tome 1 de 1900 L'aube, débute sur le tournant du siècle, un siècle en route vers la révolution industrielle, la Grande Guerre, les épidémies. L'auteur peint le tableau chaleureux et vivant d'individus aux destins à la fois ordinaires et universels, riches de drames et de passions.



Bergen, la ville construite par le feu et la guerre…

Gunnar-staalesen-bergen.jpgDans L’Aube, l’auteur nous fait découvrir un monde, celui de sa ville, son évolution sur mille ans. Cette ville, Bergen, c'est toute son enfance, mais c'est aussi la Norvège. Bien que n’étant pas le coeur économique du pays, Bergen se présente comme sa capitale culturelle. Située au sud-ouest de la Norvège, capitale du comté de Hordaland, deuxième ville du pays, c'est également un port, une ville universitaire et un évêché.

 

Bergen est surtout une cité à l'histoire marquée par l'apport des Hommes du dehors, venus de l'au-delà de la mer. La christianisation sur le plan spirituel, la Hanse sur le plan économique et politique, constituent une forme de colonisation. Le heurt des structures dominantes avec la population norvégienne locale ou attirée des montagnes et fjords voisins entraîne des formes d'aliénation, d'assimilation ou de résistance. Depuis les Temps modernes, l'immigration et les échanges transitant par la ville lui ont offert un esprit différent de celui des autres villes scandinaves et norvégiennes. Ville traditionnellement conservatrice mais tournée vers l'Europe, où pendant des siècles une grande partie des habitants était étrangère. Ville se considérant elle-même comme à part en Norvège en raison de son histoire et de sa culture propres. Ville construite par le feu et les guerres, comme disent les locaux. Enfin, ville à échelle humaine abritant de nombreuses traces de son passé et mettant en avant les actes de ses hommes et femmes célèbres, qu'ils soient artistes, notables, scientifiques...
Gunnar-staalesen-bergen-2.jpg
L’auteur nous plonge immédiatement dans cet univers étrange. Les noms des places, rues, quartiers nous font découvrir sa particularité et son histoire, une histoire précise et unique sur l’évolution d’une ville, ses incendies, ses ports, son théâtre. On reconnaît dans Le roman de Bergen tout l’amour que Staalesen porte à cette ville.



Personnages

Le style de Gunnar Staalesen est lié à sa passion pour Bergen mais également à sa manière de mettre ses personnages en place. Au départ tous séparés et ayant peu de choses en commun, ils finissent inévitablement par se rapprocher, procédé classique du polar.


Christian Moland

Il est le personnage central du roman et son évolution suit celle de la ville. Au départ jeune inspecteur de police à la brigade d’Investigations, il suivra de près cette affaire au point de s’enfoncer dans les bas-fonds de Bergen notamment lors de sa rencontre avec Maren Christine Pedersen. C’est principalement à travers Moland que l’on découvre les rues et la société de Bergen au début du XXe siècle. Jeune homme calme et timide au départ, il deviendra sombre et méfiant au fil de l’histoire, d’une part à la suite d’un choc durant une enquête et d’autre part après sa rencontre avec Maren Christine. En tant que personnage principal de l’histoire,  il sera toujours lié à la ville et évoluera avec elle.


Maren Kristin Pedersen

Femme fatale de l’histoire, dangereuse et séductrice, elle est le centre de l’intrigue. Bien que très jeune au début du roman, elle grandit peu à peu et embellit. Ancienne maîtresse du consul Frimann, elle devient aussi celle de l’inspecteur Moland. Jeune femme brune et mystérieuse, se voulant indépendante et libre, elle s’oppose toujours au mariage et préfère se prostituer. Ses mœurs et sa vie sont très choquantes pour l’époque, elle finira seule, abandonnée par Moland. L’enquête toune principalement autour des secrets que connaît cette jeune femme manipulatrice.


Torleif Nesbo

Ce personnage est celui qui représente le mieux la révolution industrielle que subit Bergen. Jeune homme venant d’une famille pauvre de paysans, Torleif s’engage comme ouvrier lors de la construction de la ligne de chemin de fer. Il tombe passionnément amoureux d’une jeune mère célibataire. Cet amour le conduira au meurtre de son rival. L’intérêt premier de l’histoire semble être l’évolution sociale d’un jeune Norvégien à cette époque ainsi que l’évolution économique de Bergen mais l’on découvre finalement que l’épouse de l’ouvrier a un lien très important avec le meurtre sur lequel porte l’enquête.


Karl Karoliussen

Enfant au début du roman, il représente la difficulté de vivre en ville. Expulsé avec sa famille à la suite d’un retard de règlement de loyer, c’est lui qui nous fait découvrir les rudes conditions de vie à cette époque, la pauvreté  et l’impossibilité de survivre sans emploi.


Robert Gade

Ancien comédien narcissique et vedette du théâtre de Bergen, il est la clef de l’enquête. Il connaît l’identité du meurtrier du consul, ancien amant de Maren Kristin Pedersen. Considérant sa carrière d’acteur comme déclinnate, il choisira le suicide après avoir envoyé à son ancienne maîtresse une lettre annonçant l’identité du véritable coupable.



Les thèmes récurrents

Le meurtre

Le sujet principal du roman est l’assassinat du consul Frimann. Cas extrêmement rare dans cette ville, le meurtre d’un bourgeois est choquant. De là découlent la découverte de la ville puis la rencontre entre l’inspecteur Moland et Maren Kristin Pedersen. L’enquête aura une grande influence sur les personnages, particulièrement sur l’inspecteur qui sera marqué à jamais par le suicide d’un suspect sous ses yeux, mais également sur la ville.


La ville

On reconnaît la passion de Staalesen pour Bergen dans L’Aube. La description de cette ville nous permet de découvrir un monde, la Norvège. Chaque chapitre nous fait connaître peu à peu cette ville, les personnages sont aussi profondément ancrés dans Bergen que l’auteur. Cet amour fait ressentir au lecteur un délice dans l’avancée du roman car bien qu’étant au départ un roman policier, c’est un roman historique qui se distingue totalement du polar classique. Mieux qu’un guide touristique, c’est la saga passionnante d’une ville unique.


L’amour

C’est avec le personnage de Maren Kristin Pedersen que ce thème est le plus fort. L’auteur se plaît à cerner chaque personnage féminin d’une aura de mystère. L’l’importance du sexe et de la passion amoureuse sont caractéristiques du genre policier. Les femmes chasseresses et dangereuses, les prostituées sont des personnages omniprésents. Pour les femmes plus sages, le danger vient des secrets qu’elles cachent.



Conclusion

Le roman de Bergen fut pour moi un roman magnifique, troublant et percutant par le style de l’auteur, bien que découvert en traduction. Il pourrait semble ennuyeux de découvrir une ville en  près de 400 pages mais L’aube se différencie du roman policier comme du roman historique. C’est un livre qui m’a passionnée, cette découverte de Bergen me donnant l’irrésistible envie de découvrir de mes propres yeux la beauté de cette ville.


Léa Masme, 1ère année édition-librairie 2011-2012.

 

 

Gunnar STAALESEN sur LITTEXPRESS

 

Gunnar Staalesen La Femme dans le frigo

 

 

 

 

 

 

Article de Cyndie sur La femme dans le frigo.

 

 

 

 

 

 

 

 

staalesen la nuit tous les loups

 

 

 

 Article de Guillaume sur La nuit, tous les loup sont gris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives