Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 07:00

Hedi-Kaddour-savoir_vivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hédi KADDOUR

Savoir-vivre
Gallimard,

Collection Blanche, 14 janvier 2010
Sélectionné pour le prix Ouest France

à Étonnants Voyageurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hedi-Kaddour.jpgL'auteur

Hédi Kaddour est un poète et romancier français né en 1945 en Tunisie. Agrégé de lettres modernes, il est traducteur de l'anglais, de l'allemand et de l'arabe. Il a enseigné la littérature française et la dramaturgie à l'École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud/Lyon et l'écriture journalistique au Centre de formation des journalistes (CFJ). Il est aujourd'hui professeur de littérature française à la New York University in France et à l'École des métiers de l'information (EMI-CFD) où il est responsable de l'atelier d'écriture.


Après plusieurs recueils de poèmes parus aux éditions Gallimard et aux éditions du Temps qu'Il Fait, il reçoit le prix Goncourt du premier roman ainsi que le prix du Premier Roman, en 2005, pour Waltenberg.


En janvier 2010, Hédi Kaddour publie simultanément ce second roman, Savoir-vivre, et Les Pierres qui montent, notes et croquis de l'année 2008, tous deux chez Gallimard.

 

 

Le roman

Années 1920, Max Goffard journaliste à l'Excelsior, se trouve à Londres en quête d'un sujet pour son prochain reportage. Il y retrouve Lena, qui prépare une série de récitals, accompagnée au piano par son nouvel amant. En cette difficile période d'après-guerre les histoires pour une bonne feuille ne manquent pas, surtout lorsqu'on rencontre un vétéran de la bataille de Mons adepte du nationalisme montant.


Jusque-là, rien de très exceptionnel. Mais difficile d'en dire plus sans gâcher le plaisir de lecture de ce roman finement mené. La quatrième de couverture est à elle seule un bijou :


« C'est une histoire vraie, celle d'un homme de guerre et d'une femme seule. Elle s'est passée en Angleterre, au cours des années 1920. A l'époque, elle a fait cinq colonnes à la une dans la presse, puis elle a disparu. J'ai pensé qu'elle valait la peine d'être racontée dans un roman. H.K ».


Cette brève présentation de l'auteur s'intègre parfaitement au récit en laissant le lecteur, avant même de commencer, dans l'attente d'un sombre fait divers caché de l'Histoire. Mais rapidement emporté par le présent des narrateurs, on oublie cette histoire promise par la quatrième de couverture. Puis, alors que nous avons été envoyé sur une fausse piste, elle nous revient à l'esprit, pour disparaître à nouveau derrière des personnages fascinants de simplicité et de mystère. La chute, quand on ne l'attend plus, nous donne envie de revenir au début du roman avant même de l'avoir achevé. Pour relire sous un autre angle, comprendre comment on a pu être aussi joliment bluffé, sans heurts, avec une justesse qui laisse admiratif.


Et pour parfaire le tout, une approche très sensible des blessures de la guerre et de la montée du fascisme. Loin des clichés, près de la poésie.


On se fait mener par le bout du nez en beauté (au sens premier).

 

Muriel, A.S. Éd.-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives