Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 08:00


« Les techniques [d'illustrations] sont variées et disent la complexité du monde en face duquel on ne fait que des tentatives de traductions, multiples, personnelles, pour toujours la (re) présenter »
Caty Kroupie in La littérature dès l'alphabet, dirigé par Henriette Zoughebi.

Dire le monde, dire le texte, dire les émotions, dire les croyances, faire rêver. Depuis les avancées techniques en matière d'impression, le livre pour enfant offre quantité de « bonheurs visuels », comme les nomme Phillip Pullman, qui, bien qu'on puisse le penser, ne sont pas là que pour servir ou suivre un texte mais aussi pour nous raconter ce que le texte ne peut ou ne veut dire.


Lire un album pour enfants c'est autant ouvrir ses oreilles que ses yeux !

Dans la sélection d'albums d'auteurs asiatiques proposée je me suis attachée à voir comment le réalisme magique venait s'exprimer par le biais de l'illustration et comment il pouvait donner une autre dimension aux albums en question.

Jimmy-Liao-La-foret-des-songes.jpg

Chez Jimmy Liao, auteur taiwanais très populaire, le réalisme magique s'exprime par un onirisme graphique qui lui est propre et qu'il développe au fur et à mesure de son œuvre, créant une unité et une « interimagité » dans son travail. En effet, depuis son album La forêt de songes, Jimmy Liao exprime l'imaginaire par l'apparition d'animaux géants qui viennent peupler presque mine de rien la vie de personnages. Ses albums en sont rythmés ainsi que de tableaux presque surréalistes qui représentent la pensée ou l'état d'esprit de ses personnages. La lecture est riche et l'image l'est tout autant. Jimmy Liao nous offre toujours un univers hors du commun et familier à la fois qui nous embarque nous aussi dans son onirisme.


Mitsumasa-Anno-loup-y-es-tu.jpg

Mitsumasa Anno, auteur japonais imprégné de culture européenne, nous offre une œuvre très importante et originale, le plus souvent sans texte, fourmillant de détails et d'illusions d'optique. On lui doit des albums comme Loup y es-tu ?, Ce jour-là, ou encore Sur les traces de Don Quichotte. Dans Loup y es-tu ?, l'auteur joue autant qu'il veut faire jouer le lecteur : un paysage de forêt, grouillante et dense, qui au détour d'un regard fait apparaître par anamorphose un sanglier dans un arbre, un renne dont les bois se mêlent aux branches, un héron dans des fourrés... D'une réalité en surgit une autre, même si elle est parfois vraiment bien cachée.


gyong-sook-goh-les-flacons-magiques-1.jpg

Gyong-Sook Goh, jeune illustratrice coréenne, a reçu en 2006 le prix graphique de la foire de Bologne pour son ouvrage Les Flacons magiques. Dans cet album riche en  couleurs et en humour, Gyong-Sook Goh nous transporte dans une épicerie de quartier où un sorcier a transformé tous les contenus de flacons en animaux loufoques. À la place du parfum apparaît un koala, à la place du gel douche un hippopotame, et comme si ces apparitions ne suffisaient pas, à chaque fois les animaux en question intègrent parfaitement la vie des habitants du quartier tantôt chez la coiffeuse tantôt lors d'un goûter d'anniversaire. Mais ce qui fait la magie de cet album au-delà de sa narration c'est aussi sa mise en page : les flacons s'ouvrent sous forme de rabats ; ainsi c'est le lecteur lui-même qui fait entrer la magie dans le livre par son geste d'ouverture.


Baiju-Shyam-Mon-voyage-inoubliable.jpg

Bajju Shyam, artiste aborigène indien reconnu dans son pays par le prix gouvernemental du meilleur artiste aborigène, compte parmi ses dernières productions parues en français La Petite Sirène, Comment je vois les choses et Mon voyage inoubliable. Dans ce dernier album, Bajju Shyam raconte son premier voyage à Londres, et peut-être même son premier voyage tout court dans le monde occidental si loin de sa propre culture. L'auteur y va pour réaliser une fresque dans un restaurant, fresque dans laquelle il va illustrer sa découverte de Londres en la reliant à ses propres croyances, nous livrant ainsi le monde occidental à travers les yeux d'un Indien. L'avion se transforme en éléphant, le pub en arbre sacré qui apporte tout ce dont l'homme a besoin... On passe ainsi du figuratif du vécu au symbolique de la croyance, du réel au surnaturel, des divinités aux petites choses par la mise en image symbolique du quotidien.


Ces lectures pleines de magie mais aussi de réalisme, chacune à sa manière, montrent combien les possibilités offertes par l'image sont aussi riches que celles offertes par l'écriture et sont porteuses d'une narration visuelle et poétique, comme le dit Daniel Maja dans  Illustrateur jeunesse ; comment créer des images sur les mots  : « L'illustration est une image narrative, elle raconte, elle dit, elle témoigne, elle se réfère au texte, le sous-entend, elle est elle-même discours, et ne doit pas céder au vertige si tentant de la gratuité émotionnelle ».

Laurie, A.S. Bib.-Méd.-Pat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurie - dans jeunesse
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives