Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:00

Isaac-Marion-Vivants.gif



 

 

 

 

 

 

Isaac MARION
Vivants
Titre original :
Warm Bodies
traduit par
Benoît Domis
Bragelonne, 2011



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R est un zombie comme les autres ou presque : il a oublié son identité, vit dans un aéroport abandonné avec ses enfants et sa femme tout aussi morts que lui, et part à la chasse aux cerveaux frais avec ses collègues en putréfaction. En somme, une vie banale pour un Mort. Pourtant, tout va basculer lorsqu'au détour d'un « ravitaillement » (comprendre ici « massacre et giclée de cervelles humaines »), il rencontre Julie, une humaine bien vivante qui va faire chavirer son cœur depuis longtemps arrêté. Mais dans un monde en guerre où Morts et Vivants s’entretuent, leur relation semble vouée à un sinistre destin...



On avait déjà de nombreuses fois vu des zombies manger des cervelles au détour de quelques créations cinématographiques ou romanesques, mais un zombie amoureux, il me semble que c'est bien la première fois. Et c'est là ce qui fait le charme de cet ouvrage : il innove, il reprend les idées surexploitées pour en faire quelque chose d'original, il surprend même. Dès les premières pages, on est transporté par le narrateur zombie (eh oui, qui aurait cru qu'un zombie ferait un très bon narrateur ?) dans un monde apocalyptique à l'ambiance pesante, mais pourtant teintée par la poésie de ce zombie sensible qu'est R. Si les métaphores poétiques sont représentées, l'humour (noir essentiellement) n'est pas en reste, disséminé tout au long des pages.



L'autre particularité de ce roman est qu'on est loin du récit d'horreur avec effusions d'hémoglobine à chaque page. Et c'est tant mieux (pour les âmes sensibles surtout), les descriptions de tripes et autres cervelles éclatées ne sont que très rares et nécessaires à l'avancement du récit. Mais alors de quoi parle-t-on ? De la recherche de soi, d'espoir, d'amour (sans que cela soit ni ridicule, ni malsain).



Sans doute les puristes n'aimeront-ils pas l'interprétation qui est ici faite du zombie, rétorquant qu'un zombie amoureux n'est plus un zombie mais une abomination... Pour les autres, qu'ils aiment les histoires d'amour, les récits d'aventures, ou simplement les univers originaux, ce livre sera sans doute un bon moment. Rafraîchissant, original, prenant, Vivants est incontestablement un agréable divertissement, et c'est déjà pas mal !


Céline R., 1ère année Ed-Lib

Lien : site d’Isaac Marion
http://www.isaacmarion.com/



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives