Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 07:00

Jack-London-Croc-blanc01.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jack LONDON
Croc-Blanc
Titre original
White Fang, 1906
Traduction
Daniel Alibert-Kouraguine
Le Livre de poche,
Collection Les classiques de poche, 1995




 

 

 

 

 

La loi du Wild

Dans le Wild glacé de la terre du grand Nord, une louve attire, pour nourrir la meute affamée, des chiens de traîneau reposant près de leurs maîtres. Après avoir dévoré chiens et hommes, la troupe se sépare. La louve met au monde cinq louveteaux, dont un seul survit malgré l’aridité de la famine : Croc-Blanc.

Laissé seul pendant les longues heures de chasse de sa mère, il découvre le Wild, immense et sans frontière, rencontre toutes sortes d’animaux, certains plus menaçants que d’autres :

les hommes.



Lui et sa mère seront arrachés à la liberté sauvage et soumis à la bestialité cruelle de l’homme et de ses chiens. Il apprendra à connaître les règles imposées par ses « dieux » au péril de sa vie jusqu’au jour où le maître prendra une nouvelle dimension, l’arrachera au « dieu de haine » et lui fera connaître une notion étrangère jusqu’alors :

 l’amour.



Jack London a écrit ce livre en 1906 et s'inspire de ses expériences vécues lors de la ruée vers l'or du Klondike. Il nous offre son point de vue sur les différentes sociétés existantes à travers principalement les yeux de Croc-Blanc.

Dans cette œuvre, Jack London nous glace par la neutralité du narrateur. Loin d’installer une distance, la cruauté objective qui frappe Croc-Blanc nous saisit d’effroi. L’horreur se fait parfois timide comme par pudibonderie ou se dévoile violemment. L’humanité de la bête est détruite par l’animalité de l’homme. La loi du Wild ne laisse pas le choix, seul l’animal féroce peut survivre.



L’auteur nous fait découvrir un monde dur et froid. Un monde perdu dont toute la violence est mise en évidence. Dès la première page, nous sommes confrontés à l’homme et à la faune luttant pour leur survie. Réduits à la même échelle par leurs besoins primaires, ils n’ont plus d’autre nécessité que celle de vivre coûte que coûte. La seule supériorité de l’homme dans le Wild est sa capacité à faire du feu.

La grande particularité de Croc-Blanc est la façon dont le narrateur nous décrit cet univers. Il nous fait découvrir le Wild à travers les yeux de l’homme, mais très rapidement on se retrouve derrière le regard du loup. Et c’est avec ses yeux que l’on apprend à apprivoiser le Wild. Jack London pose ici un regard et une narration subtils révélant les vérités sombres qui nous habitent. Il réveille également en nous un sentiment de gêne, et de responsabilité face aux actes de ces hommes. Au fil des pages, il nous transporte d’émotions en émotions, de la fatalité à l’espoir, et nous fait vibrer pour ce loup un peu chien.

L’écrivain, influencé dans ses œuvres par la nature sauvage, la représente ici avec force. Il a inspiré beaucoup de réalisateurs de films, séries et dessins animés. Croc-Blanc est un classique trop souvent classé en jeunesse. Pourtant, bien que le récit puisse sembler enfantin, la complexité des sentiments, la philosophie transmise et la qualité d'écriture ne peuvent se révéler dans toute leur ampleur qu'à un lecteur d'une certaine maturité.

Laissez-vous (ré)apprivoiser par un loup et (re)découvrir ce qu’est « une vie de chien » dans le Wild. Un monde où il n’y a de place que pour les plus forts et où les faibles sont dévorés par la haine.

Cela peut également être l'occasion de découvrir le reste de l'œuvre de l'auteur, à commencer par le livre auquel fait écho Croc-Blanc, L'appel de la forêt publié trois année plus tôt. Histoire d'un chien domestique vendu comme chien de traîneau, et qui va se retrouver confronté à toute la rudesse du Grand Nord en une sorte de parcours inverse ; c'est pourquoi l'on peut qualifier ces deux œuvres de diptyque.


Yaël, 1ère année Éd.-Lib.

 

 

 

Jack LONDON sur LITTEXPRESS

 

jack-london-le-talon-de-fer.gif

 

 

 

Article de Mickaël sur Le Talon de fer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

parole-d-homme.jpg

 

 

 

 

 

Article de Thomas sur Parole d'homme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Jack London Le peuple d'en bas

 

 

 

Article d'Esilda sur Le Monde d'en bas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives