Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:00

Jamie-HEWLETT--Alan-MARTIN-Tank-Girl.jpg





 

 

 

 

 

 

Jamie HEWLETT, Alan MARTIN
Tank Girl, tome 1
traduction
d'Alex NIKOLAVITCH
Ankama, 2010






 

 

 

 

 

 

 

 

Gorillaz-Demon_Days.jpg

Tank Girl est un comic imaginé par les Anglais Alan Martin – au scénario – et Jamie Hewlett – au dessin –, plus connu maintenant pour le visuel du groupe Gorillaz. Tank Girl fut publié de 1988 à 1995 dans le magazine Deadline. Ce comic culte du début des années 90 n’avait pas été réédité depuis, Ankama en profite pour nous le faire découvrir ou redécouvrir. Cela fait donc l'objet de plusieurs recueils édités dans la collection très « pop culture » Label 619. Le tome 1 regroupe les quinze premiers épisodes sortis de 1988 à 1990.

Tank-Girl-pl.jpg

 

Tank Girl c'est le surnom de Rebecca, une tankiste qui s'est fait virer de l'armée. Elle est maintenant poursuivie dans tout l'Outback – l'arrière-pays australien – par bon nombre de chasseurs de primes. Mais ce n'est pas sa préoccupation principale ; ses soucis sont plus triviaux : manger (boire de la bière), s'hydrater (boire de la bière), s'amuser (se bastonner et boire de la bière). Elle sera accompagnée de Booga, un kangourou mutant qui lui sert de compagnon, Camp Koala, Mr. Precocious et dans certains épisodes de ses amies Jet Girl et Sub Girl, mais tous ne lui survivront pas.

 

 

Tank Girl c'est surtout un univers post-apocalyptique, déjanté, violent, propice à des aventures douteuses où il est question de contrebande de bière, de rencontre avec le diable, d'anus artificiels ou encore de barbecue. C'est un comic punk, bourré de références à la culture pop et clairement en opposition au thatchérisme de l'époque.



tank girl pl2
 

Le dessin en noir et blanc est chargé et confus, cela donne un rendu super ! Ou plutôt on aime ou n'aime pas. Le coup de crayon de Jamie Hewlett est en perpétuelle évolution tout au long de la série et on s'étonne en lisant les tomes suivants de voir le dessin changer autant et s'approcher de plus en plus de l’esthétique de Gorillaz. Il y aura même ensuite des épisodes psychédéliques en couleur.

À mon avis, Tank Girl ne brille clairement ni par son scénario ni par son humour potache. Le côté private joke des auteurs et la succession de références à une culture qu'on n'a pas ou plus forcément peuvent être agaçants à la longue. Mais il ne faut pas s’arrêter à ça, le point fort de Tank Girl est l'atmosphère qui s'en dégage et son héroïne attachante. On a vraiment l'impression de lire un fanzine imprimé sur la photocopieuse de la fac. Je conseille donc de le feuilleter et de voir si on accroche ou pas !


Romain, 2e année Bib. 2010-2011

 

 

Lien

 Interview d’Alan Martin, le scénariste, sur Bodoï 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Romain - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives