Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 07:00

Rufin_le_grand_coeur.jpg
 



 

 

 

 

 

 

Jean-Christophe RUFIN
Le Grand Cœur
Éditions Gallimard, 2012
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biographie
 
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Christophe_Rufin
 
 


Résumé


L’histoire commence sur une île grecque, sur laquelle Jacques Cœur est poursuivi par un inconnu qui veut le tuer. Accueilli par une habitante et logé loin de la ville, il décide d’écrire son extraordinaire histoire. Il revient ainsi à ses premiers souvenirs, à l’âge de sept ans, et évoque l’élément qui a bouleversé sa vie en mettant au jour son goût du voyage et de l’Orient.

Suite à son mariage, il décide de partir et c’est à son retour que va commencer son ascension professionnelle avec la création de sa maison de négoce. Mais cette entreprise n’est que la base d’un grand projet qu’il veut mettre en place avec le roi de France, Charles VII. Après avoir été argentier, puis argentier royal, Jacques Cœur occupe une place de plus en plus importante auprès du roi. C’est grâce à lui qu’il rencontre la ravissante Agnès Sorel. Mais sa fidélité et son talent vont le mener à sa chute. Après avoir été emprisonné, il s’enfuit pour ne pas mourir.
 
« Talent, réussite, succès font de vous un ennemi de l'espèce humaine qui, à mesure qu'elle vous admire plus, se reconnaît moins en vous et préfère vous tenir à distance. »
 


Présentation

Le titre fait à la fois référence à Jacques Cœur et au Grand Meaulnes, roman emblématique du Berry dont il était natif.

Ce roman est divisé en cinq parties qui portent le nom des étapes importantes de la vie du personnage : Sur la terre du roi fou, La caravane de Damas, L’Argentier, Agnès, Vers la Renaissance. Chacune débute dans le présent où on suit les étapes de sa fuite, puis retourne dans le passé.

À travers une écriture très fluide, l’auteur nous fait redécouvrir l’histoire avec une grande précision. La première personne du singulier permet au lecteur de connaître les sentiments et les pensées du personnage.

Dans ce livre, Jean-Christophe Rufin a voulu mélanger trois genres : le roman d’aventure, la biographie et la confession car c’est Jacques Cœur qui parle. On peut donc se demander s’il s’agit d’un roman historique. L’auteur, tout en restant très fidèle à l’histoire, ne semble pas se reconnaître dans ce genre. Pour lui, « le talent littéraire, c’est savoir transformer le passé en présent, c’est-à-dire faire en sorte que l’on vive avec le personnage. » À la fin de l’ouvrage, il nous explique dans une postface la raison pour laquelle il a écrit ce livre. Né dans la même ville que son personnage, il a voulu lui rendre hommage.
 
« Pendant mon enfance rude et grise, il fut celui qui me montrait la voie, qui témoignait de la puissance des rêves et de l’existence d’un ailleurs de raffinement et de soleil. »
 
 

Thèmes abordés et analyse

À la lecture, on remarque des points communs entre l’auteur et son personnage.


Jacques Coeur est attiré par les défis et l’aventure, et comme lui, J-C Rufin a le goût du voyage. Ils cherchent tous deux « un ailleurs » différent. De plus, l’auteur et son personnage sont très curieux et réussissent dans tous les domaines. On a également l’impression que le destin de Jacques Cœur, comme celui de l’auteur, tient beaucoup à la chance. Mais c’est un homme solitaire, d’origine modeste, qui s’est battu pour réaliser ses rêves.

Enfin, le personnage et son auteur sont tous deux fascinés par le pouvoir et fréquentent les hommes qui l’exercent. Néanmoins, ils ont un regard critique et ne leur accordent jamais une pleine confiance.

J-C Rufin voit Jacques Cœur comme un homme mené par ses rêves et non par l’argent. Ces deux hommes se croisent donc à moult occasions dans ce récit et on peut ainsi parler d’autofiction.
 
« Je ne sais ce qu’il penserait d’un tel portrait et sans doute me ressemble-t-il plus qu’à lui. »
 
Le thème du rêve est très présent tout au long du récit car Jacques Coeur vit à la fois dans le monde réel et dans son propre univers. Il tente constamment de satisfaire ses rêves et de trouver le bonheur. Ainsi, chaque fois qu’il achète un nouveau domaine, il s’imagine y habiter avec Agnès et revit les merveilleux moments passés à ses côtés. Même après son emprisonnement, il va refaire sa vie et arriver à trouver le bonheur dans un contexte pourtant difficile.

Cependant, lorsqu’il a atteint ses rêves et qu’il a beaucoup de pouvoir et d’argent, Jacques Cœur se sent écrasé par ses responsabilités. C’est aussi la raison de ses nombreux voyages.
 
« Le rêve n’était pas seulement la porte de la mélancolie, une simple absence au monde, mais beaucoup plus, la promesse d’une autre réalité. »
 
Son métier va amener Jacques Cœur à voyager fréquemment, que ce soit en France ou à l’étranger. Ce thème se confond avec celui de la liberté dont il est toujours friand.

Jacques Cœur a vraiment l’impression de vivre lorsqu’il part à l’aventure à l’occasion de ses voyages. L’auteur conclut d’ailleurs le récit avec ces mots : « Je peux mourir, car j’ai vécu. Et j’ai connu la liberté. »
 
Marié jeune à la fille du prévôt de Bourges, Jacques Cœur a une relation particulière avec sa femme. Ils ont cinq enfants puis s’éloignent l’un de l’autre au fur à mesure notamment du fait de ses nombreux voyages et de leurs goûts différents. Lorsqu’il revient dans son village, ils se parlent peu mais il lui reste fidèle. Il a cependant une aventure à Paris avec une femme qui voulait le voler. Suite à cela, il sera toujours méfiant à l’égard du genre féminin, jusqu’à sa rencontre avec Agnès Sorel. Celle-ci va le soutenir à la cour et devenir une cliente importante de l’Argenterie. Une grande confiance va s’instaurer entre eux pour évoluer en un amour profond.
 
Le thème de l’argent est omniprésent dans ce récit. Jacques Cœur côtoie le monde des affaires dès son enfance avec son père, maître fourreur. Puis après son mariage, il travaille également dans le commerce, notamment aux côtés de son beau-père, et devient monnayeur. Suite à son voyage et à sa nomination au poste d’argentier, il commence à s’enrichir mais c’est surtout lorsque le roi lui donne d’autres fonctions que sa fortune se construit et que ses propriétés se multiplient. Il achète de nombreux domaines et prête même de l’argent au roi. Cependant, on voit bien tout au long du récit que ce n’est pas l’argent qui le rend heureux et compte le plus pour lui.
 
On peut également trouver une critique du pouvoir dans l’histoire de Jacques Cœur. Charles VII est décrit comme une personne manipulée par son entourage, craintive et faible.

« Il y a ceux qui exercent leur autorité par la force qu’ils dégagent. Mais il y a une deuxième espèce, beaucoup plus rare et surtout plus redoutable, qui tire son pouvoir de sa faiblesse. »

Ainsi, le roi va se servir de Jacques Cœur et lorsque celui-ci se sera trop enrichi à son goût, il le fera arrêter et condamner pour des raisons peu fondées.
 
De plus, Jaques Cœur est né dans une période charnière marquée par la chute de Byzance, la fin de la guerre de Cent Ans, le passage du Moyen Age à la Renaissance, la fin de la chevalerie et le pouvoir de la finance qui écarte peu à peu celui de la terre. C’est une époque très sombre pleine de violences et de maladies. Il fait remarquer plusieurs fois qu’il s’imaginait les chevaliers « plus courageux et moins agressifs ». En effet, il trouve son pays trop violent et peu évolué.

C’est pour cela qu’il admire l’Orient, qu’il trouve raffiné et lieu de nombreuses innovations. Il montre ainsi que l’Europe a été longtemps en retard. C’est également l’époque où les innovations et le luxe vont passer de l’Orient à l’Occident.
 
Sans qu’il s’en rende vraiment compte, car il souhaite surtout réaliser ses rêves, il va permettre le passage du Moyen Âge à la Renaissance. La France sera un des premiers pays à produire et à commercer avec les pays de l’Orient.

Ce pont entre les deux périodes est très bien représenté par le palais que Jacques Cœur se fait construire à Bourges. Sa femme souhaite quelque chose dans le style du Moyen Âge, lui souhaite une maison dans le style de la renaissance italienne. Ce palais est donc un mélange entre les deux époques.

Rufin-palais-Jacques-Coeur.png
 
« Ce qui me faisait agir, c’était le rêve d’un autre monde, un monde de lumière et de paix, d’échange et de travail, un monde de plaisir où le meilleur de l’homme trouve à s’exprimer autrement qu’en inventant de nouveaux moyens de tuer son semblable. »
 

 
Mon avis

J’ai apprécié ce roman car l’auteur reste proche de l’Histoire et nous fait découvrir le Moyen Âge d’un autre point de vue. Au fur et à mesure de la lecture, on s’aperçoit des points communs entre le personnage et l’auteur. J-C Rufin aborde de nombreux sujets dont certains sont toujours d’actualité.

Les premiers échanges entre la France et le l’Orient peuvent être considérés comme le début de la mondialisation.Il montre également que, quelles que soient les époques, l’homme ne change pas et reste ambitieux, avide de pouvoir, pratiquant la ruse pour atteindre ses objectifs. Heureusement, il reste capable de rêverie et d’amour.

Pour conclure, ce livre m’a fait découvrir un personnage important de l’histoire et m’a donné envie de visiter son palais de Bourges.


Isabelle, 2e année édition-librairie

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives