Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 07:00

Izzo-Solea.gif



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Claude IZZO
Solea
Gallimard
Série noire, 1998
Folio policier, 2001



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solea est le troisième volet de la trilogie marseillaise de Jean-Claude Izzo, qui met en scène le personnage de Fabio Montale.
 
Le prologue nous met tout de suite en situation : on se trouve dans la tête de Babette, qui nous introduit directement dans l'histoire, dans l'action. Elle est chez un vieil ami dans les Cévennes et on comprend vite que quelque chose cloche : elle est en danger. Elle est en effet poursuivie par la mafia, suite à un reportage sur le réseau ; elle en sait beaucoup plus qu'elle ne devrait à leur goût et ils ont déjà éliminé les proches qu'elle avait en Italie avant qu'elle ne s'enfuie en France. À la fin du prologue, elle écrit une lettre à un homme avec qui elle a eu une liaison, et qui semble lui manquer, le personnage principal : Fabio Montale.
 
Le récit va ensuite être pris en charge par ce dernier, un ancien policier marseillais qui a déjà été présenté dans les tomes précédents.

Son quotidien nous est un peu décrit au début du premier chapitre. Il semble assez nostalgique et pessimiste. Il est très malheureux que la femme dont il était amoureux l'ait quitté et soit partie ; elle se nomme Lole et lui a brisé le coeur. Il se rend dans un bar tenu par son ami Fonfon, et rencontre une femme, Sonia. Ils discutent, se séduisent, et très vite tout devient flou ; Fabio se réveille le lendemain matin avec un mal de tête abominable et un coup de téléphone du même goût. C'est en fait un appel d'un membre de la mafia qui le menace pour le pousser à retrouver Babette. Il ne prend pas tout de suite la chose trop au sérieux, et se demande juste dans quoi se retrouve Babette, ce qu'elle a fait. Dans la soirée, il essaie de téléphoner plusieurs fois à Sonia, il ne se souvient plus vraiment de leur nuit mais il a envie de la revoir. Elle ne décrochera pas, on apprend qu'elle a été égorgée sous la douche dans la matinée. Au début, le personnage n’établit pas de lien, c'est suite à un nouveau coup de fil de la mafia qu'il va comprendre : ils ont mis leurs menaces à exécution.
 
C'est une sorte d'engrenage qui s'enclenche et va s’ensuivre une série de meurtres des proches de Fabio. Les tueurs ne sont pas décidés à laisser Babette leur échapper, ils sont vraiment prêts à tout. C'est terrible pour le personnage principal, qui disait n'avoir déjà plus beaucoup de vrais amis ; les deux meilleurs sont morts des années auparavant et depuis il n'a plus vraiment confiance en la nature humaine ni en la société.

Cependant, un personnage va l'aider, Hélène Pessaire, commissaire de police chargée de l'enquête sur le meurtre de Sonia ; ils se séduisent l'un l'autre mais leur histoire reste platonique. Fabio a des relations assez compliquées avec les femmes. Dans cet ouvrage, il semble tomber amoureux assez facilement, notamment de Sonia, la jeune femme décédée ; il s'imagine douloureusement la belle histoire qu'ils auraient pu vivre tous les deux, alors qu'il ne la connaissait que depuis la veille. Il semble assez proche du commissaire aussi. Ils s'avouent leur désir l'un pour l'autre mais ne vont pas plus loin. Toutes les relations de Fabio avec les femmes semblent vouées à l'échec. Après tout, c'est un peu à cause d'une d'entre elles qu'il se retrouve dans cette situation : Babette.
 
L'intrigue est bien menée, même si on comprend assez vite le rôle de la mafia ; l'auteur nous tient en haleine pour ce qui est de savoir quel personnage va mourir ou non. On s'attache assez vite à eux, surtout au protagoniste. On attend avec lui qu'il trouve une solution quand il retrouve enfin Babette et qu'elle arrive à Marseille ; il pense pouvoir la cacher encore quelque temps avant que la police ou la mafia ne la retrouve, il veut surtout lui demander d'arrêter de les mettre tous en danger en voulant à tout prix réveler la vérité sur le réseau mafieux. Il aimerait trouver un compromis. On arrive à la fin du livre et rien ne semble indiquer une solution possible, qui épargnerait la vie de Babette et de Fabio. Et en effet, je ne vous révelerai pas la fin mais je dirai juste qu’elle est triste et aussi noire que le roman.



Solea est une œuvre à mon goût bien écrite, et l'auteur sait manier les mots de façon à nous donner envie de lire l'histoire jusqu'au bout, pour connaître le destin qui attend ses personnages ; il allie des mots simples et des phrases dans lesquelles sonne une certaine poésie, qui rend la nostalgie du personnage pleine de charme.


Chloé NICOL, 1ère année bib.

 

 

Jean-Claude IZZO sur LITTEXPRESS

 

Jean Claude Izzo Total Kheops

 

 

 

 

Article d'A.G. sur Total Chéops.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Claude Izzo Chourmo

 

 

 

 

 

Article de Soizic sur Chourmo + étude d'ensemble de la Trilogie marseillaise.

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Chloé - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives