Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 07:00

Jim-Dodge-Stone-Junction-1.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jim DODGE
Stone Junction
Publié aux Etats-Unis en 1990
par The Atlantic Monthly Press
Traduit de l’anglais
par Nicolas Richard

Préface de Thomas Pynchon

Le Cherche Midi,

Collection Lot 49, 2008

10-18, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stone Junction est l’histoire de Daniel Pearse, mais c’est aussi celle d’Annalee Faro Pearse, de Jessal Voltrano ou Volta, ou encore de Jennifer Raine.

Stone Junction est un roman initiatique, mais aussi la quête d’un diamant, ou encore le récit d’une vengeance.

Enfin Stone Junction, c’est aussi de l’humour, de la noirceur, de la folie et enfin de l’amour.

Comme le dit l’auteur, Stone Junction est «une grande oeuvrette alchimique ».

« Daniel Pearse est né le 15 mars 1966, par un matin pluvieux. Il n’a pas eu droit à un deuxième prénom car sa mère, Annalee Faro Pearse, avait déjà eu toutes les peines du monde à lui trouver un prénom et un nom de famille — le nom de famille surtout. Elle avait beau se creuser la tête, le père de Daniel aurait pu être n’importe lequel parmi sept hommes ».

Daniel naît ainsi, sans père, mais avec une mère formidable qu’il aimera toute sa vie. Ils font ensemble la connaissance de l’AMO, ce qui signifie Alliance des Magiciens et Outlaws ou Alchimistes, Magiciens et Outlaws (selon ce qu’en dit chaque membre), société secrète qui protège les hors-la-loi. Cependant leur vie va être bousculée par l’apparition de Shamus Malloy : « Un contrebandier professionnel, un alchimiste métallurgique, un bandit révolutionnaire », de qui Annalee tombe amoureuse. Elle prend ainsi part à la quête improbable de Shamus : voler de l’uranium à l’État américain. Cependant, sans que l’on sache comment, Annalee est tuée par l’explosion d’une bombe.

 
Un apprentissage

À son réveil à l’hôpital (il était avec sa mère), Daniel fait la connaissance de Volta, un des membres les plus importants de l’AMO, qui lui propose de rejoindre son organisation et d’être éduqué par nombre de ses professeurs. Proposition à laquelle Daniel consent, sous réserve de pouvoir ensuite chercher qui a tué sa mère.

Daniel part ainsi dans un ranch où il fait la connaissance de Wild Bill. Durant un an, Daniel doit méditer matin, midi et soir. Il travaille avec Wild Bill sur ses problèmes psychiques, notamment son incapacité à rêver depuis la mort de sa mère. Il va être soumis à la vision de la mort de sa mère, épreuve à laquelle le contraint son professeur.

Ensuite, Daniel part dans une exploitation agricole et rencontre son nouveau professeur : Mott Stocker. Celui-ci l’initie aux drogues en tous genres.

Le troisième professeur est William Clinton, crocheteur de coffres, dont le but n’est pas d’obtenir ce qui est dans le coffre mais « simplement » de l’ouvrir.

Daniel rencontre ensuite Bad Bobby Sloane, joueur invétéré, qui va apprendre à Daniel à exceller dans tous les jeux possible.

Apparaît peu après Jean Bluer, maître du déguisement mais aussi des arts martiaux.

Enfin, après tous ces précepteurs, Daniel reçoit l’enseignement de Volta. Celui-ci a la capacité de devenir invisible, pratique dangereuse à laquelle il ne se soumet plus, de peur de ne plus pouvoir « revenir » dans le monde réel. Volta constitue l’achèvement du parcours initiatique de Daniel.

 
L’alchimie, une science qui s’attache aux quatre éléments de la nature

« L’air », « La terre », « L’eau » et « Le feu » sont les quatre chapitres du livre. Chaque chapitre arrive à un point culminant de l’histoire.

On passe au chapitre 2, « La terre », lorsque Daniel accepte d’entrer dans l’AMO. Puis on arrive dans le chapitre 3 quand Daniel réussit pour la première fois à disparaître. Enfin, le chapitre 4 commence quand Daniel doit rencontrer son alter ego : Jennifer Raine.

Cette division du livre montre la rigueur de l’auteur dans son raisonnement et l’attachement qu’il accorde à la logique de l’histoire.

 

Une quête

Lors de l’enseignement de Volta, nous apprenons que son but est de voler un diamant gros comme une balle de bowling, détenu par le gouvernement américain. Ce diamant apparaît à Volta dans ses rêves. Daniel va utiliser son pouvoir de disparaître pour voler le diamant. Ce vol est ce qui va causer sa perte. En effet, le pouvoir du diamant va être supérieur et il va obséder Daniel à tel point que celui-ci va le pousser à fuir sur les routes afin de continuer à posséder le diamant. Le dernier tiers du roman est dominé par le vol du diamant et l’obsession de Daniel.

Enfin, lors de sa déchéance, Daniel fait la rencontre de Jennifer Raine, jeune échappée d’un hôpital psychiatrique qui a une fille imaginaire. Ces deux personnages vont se correspondre totalement car dès le départ, sans que cela soit vraiment expliqué ou même explicable, Daniel voit sa fille, Mia. Le dernier chapitre raconte leur rencontre et l’amour immédiat qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Cependant Daniel est toujours obsédé par le diamant et va, à la fin, se retrouver happé par lui.

 
La noirceur des personnages

La folie et la malfaisance de certains personnages peut frapper.

Ce n’est qu’au milieu du livre que l’on prend conscience de la folie de Shamus Malloy. Celui-ci, dans des accès de violence rare, se révèle schizophrène. Il parle avec sa main gauche, brûlée par de l’argent lors d’une expérience. Sa main représente le mal qui est en lui.

L’auteur fait aussi la critique de notre société, par l’utilisation de personnages secondaires cruels et égoïstes. Comme ce patron de pizzeria qui insulte ses employés ou ce tueur professionnel cruel…

Enfin l’auteur critique le fonctionnement des institutions gouvernementales comme la CIA en utilisant des personnages incompétents.

 
Stone Junction est un livre très complet qui a pour vocation principale de détendre mais aussi de nous amener à une réflexion sur le fondement du mal et de la folie. Les dernières phrases du livre, qui sont extraits du journal intime de Jennifer Raine illustre l’état d’esprit du livre entier :

« Je sais que dalle. Ça doit vouloir dire que je suis saine d’esprit. Ce qui est un excellent point de départ pour redevenir dingue ».
 

Marine G., 1ère année Éd.-Lib.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives