Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 07:00

Jo-Nesbo-chasseurs-de-tetes-01.gif



 

 

 

 

 

 

 

Jo NESBØ
Chasseurs de têtes

titre original
Hodejegerne

traduit du norvégien
par Alex Fouillet
Gallimard, 2009
Folio policier, 2011



 

 

 

 

 

 

 

Biographie

Jo Nesbø naît le 29 mars 1960 à Oslo en Norvège. Il  commence une carrière de journaliste économique. Il se tourne ensuite vers la musique et intègre le groupe de pop  Di Derre de 1993 à 1998 en tant que compositeur et interprète. Ce groupe a d'ailleurs un grand succès en Norvège. En 1997, son premier roman, L'Homme chauve-souris, est publié. L'année suivante il obtient le Prix Clé de verre du meilleur roman policier scandinave de l'année. Ce prix le propulse sur la scène du roman policier scandinave. Il est perçu comme le successeur de l'auteur suédois Henning Mankell.

Comme la plupart des auteurs de romans policiers, Jo Nesbø a son inspecteur fétiche, Harry Hole, qui travaille à la police d'Oslo. On le retrouve dans L'Homme chauve-souris, Les Cafards, Le Léopard, Le Bonhomme de neige et Le Sauveur. Certains de ses romans nous font voyager en Thailande ou au Congo. Il reprend le stéréotype de l'inspecteur bourru, alcoolique et grand fumeur, solitaire et peu respectueux des règles de bienséance. En 2007, il publie son premier roman jeunesse, La Poudre à prout du professeur Seraphin.

Son roman Chasseurs de têtes a fait l'objet en 2011 d'une adaptation cinématographique sous le titre original du roman Hodejegerne par le réalisateur norvégien Morten Tyldum. Une autre adaptation du même roman devrait voir le jour par le réalisateur américain Sacha Gervasi. Un autre roman, Le Bonhomme de neige, devrait être également porté à l'écran par le réalisateur américain Martin Scorsese.



Résumé du roman

Roger Brown est sans aucun doute le meilleur chasseur de têtes de Norvège. Son métier est simple : trouver la personne qui saura diriger une grande entreprise. Il fait subir à ses candidats un questionnaire en neuf points portant sur leurs qualités professionnelles mais aussi sur leur vie privée. Ce questionnaire a pour but de les déstabiliser, pour mieux observer leurs réactions. 

Roger a une faiblesse, sa femme Diana ! Il ferait n'importe quoi pour elle : une grande maison, un téléphone portable dernier cri, une galerie d'art. Mais la vie qu'il lui donne a un prix. Pour financer tout cela, il vole des tableaux de maître. Lors des ses entretiens avec les candidats, il en profite pour leur demander s'ils aiment l'art et quels tableaux ils possèdent. Avec l'aide d'un complice, travaillant dans une société de sécurité, il dérobe avec facilité les précieux objets.

Un jour, lors d'un vernissage, il fait la rencontre de Clas Greve, directeur d'une grande firme néerlandaise. Connaissant la renommée de cet homme, Roger pense tenir la personne qu'il faut pour intégrer la grande entreprise d'électronique. C'est lors de son entretien avec Clas Greve, que Roger apprend que celui-ci possède La chasse au sanglier de Calydon par Rubens. Roger se met donc en tête de voler ce tableau dont la vente lui assurerait une grande fortune. Sauf qu'une fois introduit dans l'appartement de Clas, quelque chose cloche, quelque chose de vraiment bizarre. Le chasseur devient la proie et son adversaire est de taille !



Analyse du roman

Le roman commence par un interrogatoire suivant la méthode Reid, Inbau et Buckley dont nous parlerons plus tard en détail, entre le personnage principal Roger Brown et Jeremias Lander. Nous avons une description physique de Jeremias. On peut fermer les yeux et imaginer aisément le personnage :

 

« Il portait une armure Gunnar Øye : un costume gris Ermenegildo Zegna, une chemise sur mesure de chez Borelli et une cravate bordeaux ornée de petits motifs semblables à des virgules ; Cerruti 1881, je parie. Mais sur les chaussures je n'avais aucun doute : des Ferragamo cousues main. J'en avais une paire. »

 

On a des renseignements sur le cursus de Lander. Un peu comme si nous avions le CV sous les yeux et qu'il était important que nous, lecteur, connaissions avec précision le personnage que nous rencontrons. Ensuite, l'auteur nous décrit les réactions corporelles du personnage de Lander :« Sa lèvre supérieure e[st] trempée de sueur », on perçoit « le trouble dans ses yeux ». Une communication non verbale mais il est facile de savoir dans quel état d'esprit il se trouve. Le texte est ponctué par les remarques que Brown note sur son petit cahier : « motivé. au fait des solutions », « mauvais improvisateur. Tout sauf un pilote d'avion en perdition ». Elles sont notées en majuscules pour que l'on distingue bien celles-ci de la discussion entre les personnages.

Avec ce début, Jo Nesbø nous met dans l'ambiance. Il veut que nous découvrions la complexité d'esprit dans lequel est son personnage principal. Il donne aussi l'ambiance du roman avec les nombreuses descriptions physiques des gens. L'auteur aime dépeindre avec précision les tenues vestimentaires des personnages. À croire que la renommée passe avant tout par le paraître.


À plusieurs reprises, des renseignements sur les firmes rencontrées sont donnés. Nous savons avec précision à combien s'élève le chiffre d'affaires, depuis quand elles existent :

 

« vingt-cinq autres bureaux qui composent Alfa, un cabinet de recrutement de taille moyenne survivant depuis quinze ans avec un résultat annuel entre quinze et vingt millions ».

 

Là encore nous recevons des informations propres à l'entreprise comme si c'était à nous de passer un entretien. On peut aussi se demander si les choses ou les personnes ne se résument pas à cela, un lot d'informations. Comme si avec des informations on faisait main basse sur les émotions, le caractère de la personne. On s'intéresse uniquement aux diplômes qu'elle a et aux biens qu'elle possède.

Pour Roger Brown, la renommée est importante. Lors de l'entretien, il fait remarquer à Jeremias Lander qu’elle lui fait défaut : « Tout ce qui vous manque, c'est la renommée », « la réponse commence par un r. Toute ma carrière est bâtie dessus ». Le métier de Roger Brown consiste à auditionner des personnes susceptibles de correspondre à une offre d'emploi pour un directeur d'une importante société norvégienne. Une fois qu'il a les informations nécessaires sur les candidats, il sélectionne celui qui sera le plus qualifié pour le poste de directeur. Puis il présente le candidat à l'entreprise. Dans le roman, Brown dit qu'il n'est jamais arrivé que quelqu'un ne prenne pas en compte ses conseils.



Personnages

Roger Brown est un chasseur de tête, son travail consiste à passer des entretiens avec les futurs dirigeants d'importantes sociétés du pays. C'est un homme qui se montre intransigeant dans la vie professionnelle. Il a le contrôle sur tout et n'a aucun doute sur ses qualités. Il le dit lui-même au début et à la fin du roman : « Je suis le meilleur », « Ma recommandation, c'est la décision du client ». Il sait pertinemment que les clients ont une confiance aveugle en lui et que personne ne juge mal son travail. Dans ses activités illégales il veut aussi tout contrôler. Il veille à connaître l'emploi du temps de la personne. Il fait attention à ce qu'il porte pour ne laisser aucune trace, afin qu'il n'y ait aucun risque qu'on le découvre. Le seul moment où il n’a pas ce contrôle c'est avec sa femme. Elle a toujours voulu un enfant. Comme il refuse de lui en donner un, il la couvre de cadeaux. C'est un moyen comme un autre pour qu'elle soit docile et ne pose plus de questions.


On a une brève description de lui : un homme de taille moyenne, blond. Il va vite être dépassé par les événements avec la rencontre de Clas Greve, et perdre le contrôle de la situation.


Clas Greve est l’ancien dirigeant d'une importante société de GPS à Rotterdam, aux Pays-Bas, qui vient prendre possession d'une maison héritée en Norvège. C'est un homme d'affaires à la retraite. Il a décidé de prendre du repos afin de rénover sa maison et ne veut pas le moins du monde se remettre dans le bain des affaires. Lors de la première rencontre avec Roger Brown, ce dernier voit en Clas Greve le candidat parfait pour reprendre les rênes d'une firme norvégienne de GPS. Leur deuxième rencontre a lieu cette fois dans le cadre professionnel car Greve décide de se porter candidat pour cette offre d'emploi si alléchante. Les deux personnages sont semblables. Deux chasseurs de même envergure qui veulent se faire une place dans le monde : « Tu n'as qu'à voir sa démarche. Comme un félin. Parfait. » On apprend que c'est un ancien militaire, un homme dangereux, donc, qui sait aussi manier les armes à feu et se défendre dans un milieu hostile, alors que Brown est un citadin. Les deux personnages sont opposés et pourtant ils sont semblables dans leurs méthodes. Et ils connaissent notamment tous les deux la méthode d'interrogation Reid, Inbau et Buckley.


Diana Brown est une jeune femme parfaite. Elle est belle, intelligente, et elle a toutes les qualités qu'un homme peut espérer. Roger et elle se sont connus à l'université. Tout de suite il a senti qu'il avait affaire à la femme qui partagerait le reste de sa vie car malgré sa beauté, elle a réussi à le surprendre.

 

« –- Tu me prends pour une idiote ? Dans une suite de cinq nombres consécutifs, il y en a obligatoirement un qui est divisible par trois. Continue.
– Continue ?
– Oui, où est-il, le problème de logique ?
[…] Chez Microsoft, on donnait aux candidats trois minutes pour fournir une preuve qu'elle m'avait servie en trois secondes. En moyenne, cinq pour cent y parvenaient. Je crois que c'est à cet instant précis que je suis tombé amoureux d'elle. Je me rappelle en tout cas que j'avais noté sur ma serviette : embauchée. »

 

On apprend plus tard que c'est une femme qui a tout ce qu'elle veut, son mari est fou d'elle et même s'il a une grande confiance en lui ne comprend toujours pas pourquoi elle l'a choisi lui plutôt qu'un autre.


Ove Kjikerud  travaille pour une société de gardiennage. Il a été recruté par Roger Brown pour l'aider dans ses vols de tableaux. Ove se doit d'assurer qu'aucune caméra ne filme pendant que son partenaire s'introduit dans les maisons. La plupart d'entre elles possèdent le même système d'alarme, installé par l'entreprise d'Ove. D'après la description que l'on a de lui dans les premières pages du roman, on imagine un homme ordinaire au look de rockeur, habillé tout de noir et probablement couvert de tatouages : il « ressemble au roadie d'un groupe de heavy metal sur le retour ». Plus loin dans le roman, on peut lire que c'est un homme violent. Il sait se servir d'armes à feu avec beaucoup d'habilité. Il est aussi paranoïaque ou complétement fou. Sa maison est remplie de caméra de surveillance. Il n'y a rien qui peut échapper aux regards indiscrets. Son personnage est important dans l'histoire puisqu'il est chargé d'apporter les tableaux au receleur.



Méthode Reid, Inbau et Burckley

En 1962, John Reid et Fred Inbau, policiers dans le département de police scientifique de Chicago signent Interrogation and Criminal Confession, livre fondateur de la méthode Reid. C'est sans doute la technique interrogatoire la plus utilisée au monde, excepté dans certains pays comme la France où elle n'est pas compatible avec la législation en vigueur. En France existe la présomption d'innocence et donc on ne peut avoir recours à une méthode accusatrice.

Dans le processus d'interrogation on distingue deux parties. La première non accusatoire consiste à poser des questions afin de rassembler des informations. Suivant les réactions du suspect on pourra dire s'il est ou non coupable. Un certain nombre d'éléments, de communication non verbale vont permettre de vérifier avec précision si le suspect ment. La deuxième partie est le moment où l'on accuse le suspect. L'environnement doit être sous contrôle. Dans cette partie on va distinguer neuf étapes afin de découvrir la vérité et d'amener les coupables à la confession. Les neuf étapes sont les suivantes : la confrontation directe, le développement du thème, le traitement des démentis, contrer les objections, capter de nouveau l'esprit du suspect, traiter l'humeur passive, poser des questions alternatives, avoir des détails de l'offense et enfin la déposition.



Avis

Les roman policiers scandinaves font partie des meilleurs du genre et Jo Nesbø est sans aucun doute l’un de ses plus grands auteurs.

J'ai apprécié ce roman tant pour la qualité de l'écriture que pour l'intrigue. On ne sait si on doit aimer ou non le personnage de Roger. Il est voleur et devient à son tour la proie. C'est un homme dur qui ne laisse filtrer aucune émotion et un instant plus tard il devient un homme faible sans ressource fuyant pour sa survie. On se doute un peu de la tournure des événements, de la traque qui va se produire entre les deux personnages mais l'auteur nous surprend sans cesse par de nombreux événements inattendus. En ouvrant le livre, on s'imagine qu'on va lire un roman noir du même genre que Millénium, mais en fait l'auteur parsème son récit de nombreuses pointes d'humour. Il a cependant l'art de nous communiquer l'angoisse ressentie par le personnage traqué. J'ai littéralement dévoré ce roman qui a su allier suspens, humour et intrigue policière. C'est un livre vivement recommandé !


Chloé, 2e année bibliothèques-médiathèques

Partager cet article

Repost 0
Published by Chloé - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives