Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 07:00

Joseph-Connolly-Embrassez-qui-vous-voudrez.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph CONNOLLY
Embrassez qui vous voudrez

Traduction

Alain Defossé

Seuil, Points, 2002





 

 

 

 

 

 

 

Biographie sur Wikipédia.



Résumé

Elisabeth et Howard Street souhaitent partir en vacances. Leurs voisins Dotty et Brian ainsi que leur fils, Colin, vont partir au même endroit qu’eux. Or ce n’est pas Howard qui part en vacances mais Melody, meilleure amie d’Elizabeth, qui prendra sa place avec son bébé, Dawn. Katie, fille d’Elisabeth et d’Howard, part pour Chicago avec Norman Furnish, employé de Monsieur Street.

Durant leurs vacances, Elisabeth, Melody et Dotty vont rencontrer Lulu Powers, la femme de John. Tous les deux ont changé de lieu de vacances car le premier ne plaisait plus à John. Elles font aussi la connaissance de Miles McInerney, commercial ; ses vacances lui sont offertes par son entreprise pour avoir fait un bon chiffre d’affaires, mais sa femme et ses enfants ne partent pas avec lui. Pendant ce temps Howard est resté à la maison pour pouvoir travailler dans son agence immobilière mais pas que…

Ces vacances révéleront beaucoup de choses sur les personnages. Ne vous attendez pas à des villégiatureses tranquilles, ce ne sera pas le cas.



Le livre

 « Embrassez qui vous voudrez »  est le titre du film réalisé par Michel Blanc, tiré du roman de Joseph Connolly, Summer Things, en français Vacances anglaises. La couverture du livre reprend l’affiche du film.

L’écriture est simple, il n’y a pas de mot compliqué, c’est compréhensible.
Le roman se décompose en trois parties :
Première partie : Avant les vacances
Seconde partie : Les vacances
Troisième partie : Après les vacances

Dans chaque partie, nous suivrons chacun des personnages, avec ce qu’ils ressentent et ce qu’ils pensent. Pendant que nous en suivons un, les autres continuent leur vie. C’est pourquoi, quand nous changeons de personnage, il y a une petite analepse effectuée par un narrateur omniscient qui nous aide à changer de personnage et nous « met à jour » sur ce qui a pu se passer pour le personnage que nous allons suivre.

Le narrateur peut être l’un des personnages principaux mais il peut aussi être extérieur au récit ; il a une vue d’ensemble sur les personnages, se moque de temps en temps en nous dévoilant ce que chacun peut ressentir et qu’il ne nous dira pas quand il sera narrateur à son tour.

Le narrateur donne l’impression de connaître le futur proche des personnages sans pour autant intervenir dans leur vie.



L’analyse

La libido prend une place importante dans le livre mais sous cette libido, on peut aussi voir de l’amour.

Les différentes formes de l’amour sont :

L’amour platonique semble être représenté par Elisabeth et Howard, mais ce n’est qu’une apparence. Ils restent ensemble, mais ont chacun un autre partenaire, ne dorment plus dans le même lit ; on peut cependant penser qu’ils s’aiment encore.

L’amour passion, qui rend violent et paranoïaque, se manifeste dans le couple de Lulu et John. John est tellement amoureux de Lulu qu’il en devient fou, violent et il ne peut plus lui faire confiance. Il met en même temps son couple en péril sans s’en rendre compte.

L’amour maternel que Dotty éprouve pour la fille de Melody, Dawn, l’amènera à en oublier le reste de sa vie et son excentricité.

L’amour de jeunesse, de vacances, est représenté par Colin ; cet amour sera de courte durée mais le souvenir restera longtemps.

De plus l’auteur montre que durant les vacances les gens changent car ils ne sont plus dans leur quotidien ce qui les amène à se révéler. Il va nous montrer le vrai caractère de ses personnages, leur vrais sentiments envers les autres, leurs plus gros secrets. Il nous amène à nous poser des questions sur les personnes qui nous entourent. Car à travers ce livre on peut vérifier la justesse dans motre société du  dicton « ne vous fiez pas aux apparences ».

Sur la quatrième de couverture figure la phrase suivante : « Au moins cette vacherie ne durera qu’une semaine. » Cette vacherie, ce sont bien sûr les vacances et ce qu’elles représentent dans ce livre ; chaque personnage peut faire ce qui lui plaît sans avoir à se cacher. C’est une semaine spéciale comme si elle était entre parenthèses ; après cette fameuse semaine de vacances tout reviendra comme avant. Tout le monde saura qu’elle a existé mais personne n’en dira rien à part les banalités d’usage.



Mon avis

Je n’ai pas particulièrement apprécié ce livre, j’ai eu un peu de mal à le lire au début. Le sujet qui me semblait principal, les vacances, s’est finalement retrouvé au second plan pour laisser place à la libido qui a envahi presque tous les personnages. De plus, au début, les personnages n’ont rien de très attirant, c’est monsieur et madame tout le monde. Puis on s’habitue à cette libido et au fur et à mesure on veut savoir ce que cachent les personnages.Au final, je reste mitigée sur ce livre, bien mais pas exceptionnel.


Clémence, 1ère année Bib

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémence - dans fiches de lecture 1A
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives