Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 07:00

Kressmann-Taylor-Inconnu-a-cette-adresse.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

Kathrine KRESSMANN TAYLOR
Inconnu à cette adresse
Address Unknown
Traduction Michèle Lévy-Bruhl
Éditions Autrement, 2002 et 2009
LGF/Le livre de poche jeunesse, 2002
J’ai lu, 2012
Flammarion, Étonnants classiques, 2012
Flammarion jeunesse, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé de la 4ème de couverture

 

Mon cher Max… Mon cher Martin

Du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934, entre l’Allemagne et les États-Unis, deux amis s’écrivent. Max, l’Américain, parle de sa solitude depuis le départ de son ami ; Martin, l’Allemand, lui raconte sa nouvelle vie dans une Allemagne qu’il peine à reconnaitre tant elle est défigurée par la misère. Au fil des lettres, inexorablement, Martin et Max s’éloignent l’un de l’autre. D’autant que Max est juif…

 

 

L’auteure et l ‘œuvre 

Kathrine Kressmann Taylor est née a Portland en 1903 et morte en 1986. Elle a fait des études de littérature et de journalisme à l’université et commence à écrire et à publier dans des journaux littéraires. À son mariage avec Elliott Taylor elle devient femme au foyer.

C’est en 1938 qu’elle écrit et publie Inconnu à cette adresse dans Story Magazine. Mais son éditeur et son mari considèrent que « cette histoire est trop forte pour avoir été écrite par une femme ». C’est pourquoi elle prendra le pseudonyme de Kressmann Taylor.

Le texte sera publié dans plusieurs magazines et en livre en 1939. Il sera interdit en Autriche et en Allemagne. Elle va écrire plusieurs ouvrages et deviendra la première femme professeur titulaire au collège de Gettysburg en Pennsylvanie.

C’est en 1995 que Story Press va rééditer Inconnu à cette adresse et c’est là que la nouvelle va connaître un succès retentissant. Elle sera traduite en vingt langues. Elle sort en France en 1999 et en Allemagne en 2001.

Kressmann Taylor va vivre sa dernière année sous les feux des projecteurs.

Depuis un an, le texte est joué au théâtre avec un particularité : les deux rôles sont tenus par des acteurs différents tous les mois.



Un roman épistolaire

Le roman tire sa première originalité de sa forme. Il est composé d’un échange d’une vingtaines de lettres écrites entre 1932 et 1934. Ces lettres mettent en évidence l’évolution de la relation entre les deux amis, qui va évoluer en même temps que l’Histoire. Une seule lettre a une forme différente car il s’agit d’un télégramme qui témoigne d’une rupture définitive entre les deux amis dont la relation va passer de l’amour à la haine.



Une amitié qui se brise au fil des lettres

Dans les premières lettres, on remarque une amitié sincère entre les deux hommes. Martin raconte sa vie dans une Allemagne en reconstruction après la Première Guerre mondiale. L’autre, Max, qui tient leur galerie d’art commune, parle de sa solitude. Nous sommes alors en 1932.

Mais dans la lettre du 21 janvier 1933 Max s’inquiète de l’ascension d’Adolf Hitler : « Qui est cet Adolf Hitler qui semble en voie d’accéder au pouvoir en Allemagne ? Ce que je lis sur son compte m’inquiète beaucoup ».

C’est à ce moment-là que la réponse de Martin donne un premier indice au lecteur sur ce qui va arriver : « je crois qu’à nombre d’égards Hitler est bon pour l’Allemagne mais je n’en suis par sûr ».

Un troisième personnage fait alors son apparition dans les lettres : Griselle, la sœur de Max. Martin va refuser de la protéger parce qu’elle est juive. Elle va mourir et la haine va apparaître à travers une vengeance épistolaire.

C’est en effet par ses lettres que Max va faire assassiner son « ami ». Il s’efforce de le compromettre aux yeux de la censure en faisant croire qu’il est juif : « que le Dieu de Moïse soit à ta droite ».

La dernière page représente une lettre avec la mention “ Inconnu à cette adresse ” et nous laisse pensée que Martin a été assassiné.



Une page de l’Histoire

Cette histoire est fondée sur une vraie relation épistolaire entre un Allemand et un Américain juif. Le reste est inventé. Mais la base historique est évidemment réelle et compte tenu de l’année où a été écrite la nouvelle, 1937, assez visionnaire par rapport à se que l’on savait à l’époque et à ce qui va se passer ensuite.

Cela prouve aussi que certains Américains en savaient plus que bien des Européens sur ce qui se passait en Allemagne, notamment les menaces qui pesaient sur tous ceux qui avaient des contacts avec les juifs. On remarque toutefois que l’auteure ne juge pas les Allemands ; elle cherche plutôt à comprendre comment ils ont pu se faire embrigader de cette manière.

En conclusion, Inconnu à cette adresse est un roman très fort, dont la forme épistolaire porte un texte intense riche d’une part historique importante et visionnaire pour l’époque.


Pauline, 2ème année Bibliothèques

 

Partager cet article

commentaires

Miguel 22/02/2016 10:23

Très bonne interprétation de ce livre et très bon résumé qui contient malheureusement une faute dans les dates. L'auteur est décédée en 1996 et pas en 1986. En tout cas merci pour le texte de ce blog qui m'a aider pour l'HDA.

Recherche

Archives