Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 07:00

ken-follett-un-monde-sans-fin-jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ken FOLLETT

Un monde sans fin

traduction

Le Livre de poche, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ken-follett.jpg

Un monde sans fin est le dernier roman paru de Ken Follett. Paru fin 2008 chez Robert Laffont, il vient d’être publié dans la collection Livre de poche (janvier 2010).

Quelques mots sur l’auteur : né en 1949 à Cardiff au Pays de Galles, il a très tôt fait preuve d’une grande imagination. Passionné par la lecture, et doté d’une éducation très religieuse, il se dirige vers des études de philosophie qui ont selon lui forgé sa vocation d’écrivain. Il développe également à partir de la fin des années 60 un certain goût pour la politique, au moment de la guerre du Vietnam qui donne lieu à toutes les polémiques. Après la faculté, Ken Follett travaille en tant que reporter d’investigation et commence à écrire des romans la nuit. Après quelques essais infructueux, il connaît la consécration en 1978 avec L’arme à l’œil. En 25 ans, il a publié 16 romans, explorant des univers totalement différents les uns des autres : du roman d’espionnage à la fresque historique, en passant par le roman policier. Follett offre à ses lecteurs un éclectisme des genres qui contribue largement à son succès actuel.

 

Le roman Un monde sans fin nous replonge dans l’Angleterre médiévale, cadre de la première fresque historique de l’auteur, Les Piliers de la Terre (publié en 1990). Deux siècles ont passé depuis les aventures de Jack le Bâtisseur et Dame Aliéna, personnages principaux du premier roman. Après la cathédrale en construction, c’est la ville et le prieuré de Kingsbridge qui se trouvent au centre de ce nouvel opus. Autour d’eux gravitent quatre personnages, deux femmes et deux hommes, aux destins intimement liés depuis l’enfance par un secret partagé. Gwenda, l’idéaliste, luttera toute sa vie pour sa liberté et celle des siens. Caris, jeune femme intrépide à la langue bien pendue, rêve d’être médecin dans un monde régi par des hommes, et pour réaliser son souhait devra renoncer à celui qu’elle aime. Merthin, charpentier de génie et amoureux déçu, ira chercher la reconnaissance professionnelle jusqu’à Florence. Ralph enfin, le jeune frère de Merthin, soldat cruel avide de pouvoir, ne reculera devant rien pour réaliser ses ambitions. Des vies qui se croisent et des destins qui s’entremêlent durant un demi-siècle et un millier de pages…

 

Comme dans Les Piliers de la Terre, j’ai été frappée et impressionnée par le travail de recherche d’historien qui ressort à la lecture de ce livre : en politique, architecture, médecine… Les détails historiques donnés par l’auteur relèvent d’un réalisme et d’une exactitude exceptionnels, et cela contribue à plonger encore davantage le lecteur dans le récit de cette Angleterre du XIII° siècle, ravagée par la peste noire, les intrigues royales et la dispute qui naît à cette époque entre le pouvoir de l’Église et les villes qui veulent s’en émanciper.

Ce dernier thème est présent tout au long du roman, et la ville (fictive) de Kingsbridge en devient même un personnage à part entière : elle est le lieu principal de l’action, et elle est personnifiée par la guilde des marchands de la ville qui cherche à s’affranchir du pouvoir ecclésiastique, incarné par le prieuré. Ainsi, le lecteur appréhende de manière tout à fait réaliste les enjeux de pouvoir qui agitent les populations citadines de l’Europe de l’Ouest à cette époque : les villes qui deviennent les plus prospères sont celles qui bénéficient d’une charte royale les soustrayant à l’emprise (mais pas à l’influence toujours prégnante) des communautés religieuses sur la vie économique.

 
Au fil des pages, j’ai été emportée par l’histoire de ces hommes et ces femmes qui se débattent dans une époque tourmentée, et parviennent finalement (ou pas !) à accomplir ce pour quoi ils sont nés. C’est je crois la finalité du roman historique d’attacher le lecteur au destin et aux émotions de personnages hauts en couleur. Objectif accompli en ce qui me concerne…


Sophie, A.S. Éd.-Lib.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 29/07/2011 19:33


J'ai beaucoup apprécié ce livre : il change totalement des autres livres du genre et en bien ! L'histoire n'est ni simple ni compliquée, mais totalement originale...

Par contre, quel pavé ! Autant je lis quasiment que des livres de 400 pages, que celui-ci qui en fait le triple, je ne voyais pas la fin arriver ! J'ai eu peur de finir dégoutée de cette jolie
histoire...

Si jamais ça t'intéresse, tu trouveras mon avis sur ce livre sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


Recherche

Archives