Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 07:00

Courte présentation du pays des mille collines
Rwanda-drapeau.png
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nom officiel : République du Rwanda

Nature du régime : présidentiel

Chef de l’Etat : Paul KAGAME

Capitale : Kigali

Langue(s) officielle(s) : anglais, français, kinyarwanda

Langue(s) courante(s) : kinyarwanda, Swahili

Population : 10 473 000 millions d’habitants

Taux d’alphabétisation : 65 % (BAD, 2008)

Religion(s) : Catholiques (56,5% en 2001) ; Protestants (26%) ; Adventistes (11,1%) ; Musulmans (4,6%) ; croyances indigènes (0,1%) ; autres (1,7%)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
agriculture : 39,2%
industrie : 14,8 %
services : 46 %



Le Rwanda à partir des génocides de 1994

6 Avril 1994, massacre des leaders hutu et génocide des tutsi après l’attentat contre le président hutu Habyarimana. Les expatriés occidentaux quittent le Rwanda ; la France et la Belgique déclenchent deux opérations militaires pour les évacuer.

8 avril 1994, gouvernement provisoire dirigé par Théodore Sindikubwabo, Jean Kambanda et des extrémistes hutu.

15 avril 1994, départ des casques bleus qui étaient au Rwanda depuis quelques mois. En 3 mois, un million de personnes meurent, victimes des milices hutu.

Juin 1994, une « zone humanitaire sûre » est créée par les militaires français (opération Turquoise) à l’ouest du Rwanda. Le Front patriotique rwandais reprend petit à petit la zone contrôlée par le gouvernement génocidaire, jusqu’à la chute de Kigali. Le FPR reprend le pouvoir, et environ 1,5 millions de Hutu fuient vers le Zaïre et la Tanzanie.

Août 1994, l’armée française quitte le pays et laisse la place aux casques bleus africains. Un gouvernement de transition est créé et durera jusqu’en 1999. Durant cette période, après les massacres, d’autre maux touchent la population rwandaise : insécurité des frontières, pillages, destructions des biens et pauvreté.

Avril 2000, le président et les ministres du gouvernement provisoire quittent leurs fonctions. Paul Kagame (d’origine Tutsi) est choisi pour devenir le président de la République du Rwanda.

Septembre 2003, Paul Kagame est élu président de la République.

Janvier 2012, une expertise française démontre que les missiles ayant touché l’avion du président du Rwanda en 1994 n’a pas été tiré par des hommes tutsis, mais qu’ils ont été tiré depuis un camp militaire de hutus. Des proches de Paul Kagame, qui dirigeaient la rébellion des tutsis, sont donc mis hors de cause.


Les textes traditionnels du Rwanda

L’importance de la tradition orale.

L’abbé Alexis Kagame est l’un des premiers à travailler sur les textes à tradition orale dans les années 1930, après avoir découvert pendant ses études au Grand Séminaire de Kabgayi (transféré à Nyakibanda en 1936) la poésie guerrière et dynastique du Rwanda. Il a distingué dans cette littérature orale très riche et originale deux catégories : les textes de tradition royale, et ceux de tradition populaire.

La tradition des textes oraux a une place importante dans l’histoire de la littérature rwandaise, et sa transmission a été aisée durant l’époque de l’ancien royaume du Rwanda. Les textes ont pu être sauvegardés grâce au travail d’Alexis Kagame et grâce à la création de centres de recherches. En effet, l’expansion de l’écrit et le développement de l’éducation européenne tendaient à faire disparaître petit à petit cette littérature liée à la civilisation ancienne. Cette tradition orale a été très importante pour le Rwanda car, avant l’arrivée de l’écriture, le pays comptait sur ses spécialistes en histoire et ses conteurs pour transmettre l’histoire et la culture du Rwanda, grâce entre autres aux ibisigo. Les ibisigo sont des poèmes historiographiques qui aujourd’hui sont les sources les plus importantes pour connaître l’histoire du Rwanda au temps des dynasties.


Les textes de tradition royale.

Alexis Kagame distingua donc la littérature de tradition royale du Rwanda précolonial, qu’il appelle iby'ibwami, des textes populaires appelés ibyo muri Rubanda. Cependant, cette distinction n’est quelquefois pas si aisée à faire. On peut quand même citer dix textes « officiels » qui concernent la vie à la cour et l’histoire du pays :

  • Le code cérémonial de la dynastie, Ubwiru
  • Le poème généalogique de la dynastie, Ubucura-bwenge
  • La poésie dynastique, ibisigo
  • La poésie guerrière épique, ibitekerezo
  • Des chants guerriers, indilimbo z’Ingabo
  • La poésie guerrière lyrique, ibyivugo
  • Un texte : « les armées sociales », ingabo
  • Un texte : « les armées bovines », imitwe y’Inka
  • La poésie pastorale, amazina y’Inka
  • L’histoire des familles, ibitekerezo by’Imiryango


Les trois premiers textes cités sont les plus importants. Tous ont construit la tradition du Rwanda, ils relatent la vie et les faits de tous les rois dans l’ordre chronologique, ainsi que les rites à respecter à la cour du roi du Rwanda. Ils ont la caractéristique d’être figés, car ils étaient appris par cœur et transmis à la génération future tels quels, sans changement, sauf bien sûr quand il fallait les enrichir de nouveaux faits. Ces tâches d’apprendre, d’enrichir et de transmettre les textes étaient confiées à certaines familles. Elles  n’avaient aucun droit pour modifier les textes, et elles étaient toujours sous le contrôle des rois.


Les textes de tradition populaire.

À côté des textes royaux officiels existent une myriade de textes dits « de tradition populaire ». Il ne s’agit pas d’une distinction qualitative, ceux de tradition populaire ne sont pas de moindre qualité que ceux de la cour. Simplement, les textes de cour sont contrôlés par le roi et sont très structurés, alors que les textes de tradition populaire font place à l’imagination, à la création, et donc à des modifications possibles. Cette littérature orale n’a presque pas été étudiée, contrairement aux textes royaux longuement étudiés par Alexis Kagame. Cependant, on peut distinguer  quelques genres :

  • Des histoires des grandes familles du Rwanda : Amateka y'Imiryango.
  • Des poésies héroïques : Ibyivugo
  • Des hymnes héroïques et de la musique militaire : Indirimbo z'Ingabo
  • Des poésies pastorales : Amazina y'inka
  • De la poésie cynégétique (= sur le thème de la chasse) : Imyasiro
  • Des proverbes et des dictons : Imigani
  • Des énigmes et des devinettes : Ibisakuzo
  • Des chants accompagnés d’un instrument à cordes traditionnel : Inanga
  • Des chansons d'amour, berceuses, louanges, etc.



Liste d’auteurs rwandais du XXe et du XXIe siècle.

 Alexis Kagame (1912-1981)

Alexis Kagame est un prêtre professeur de littérature et d’histoire au Rwanda, qui a réalisé beaucoup de travaux sur les textes de tradition orale. Voici quelques écrits de Kagame :

  • Bref aperçu sur la poésie dynastique du Rwanda. Bruxelles, Éditions universitaires, 1950.
  • La divine pastorale, Bruxelles, Ed.du Marais, 1952
  • La naissance de l'Univers, (Deuxième veillée de « La divine pastorale »), Ed. du Marais, 1955
  • L'histoire des armées-bovines de l'ancien Rwanda, ARSC, 1961.
  • Introduction aux grands genres lyriques de l'ancien Rwanda. Butare, Éditions universitaires du Rwanda, 1970.



Gilbert Gatore (1981-)

 http://www.lefigaro.fr/livres/2008/07/04/03005-20080704ARTFIG00309-gilbert-gatorede-l-enfer-du-rwanda-a-hec.php

Rwanda-Gilbert-Gatore.png
Il est édité chez Phébus (2008) et en format poche chez 10/18.

Cet auteur a reçu le prix Ouest France-Étonnants Voyageurs en 2008 pour son livre Le Passé devant soi. Ce roman parle de la vie de deux personnages qui ont subi des traumatismes, et se base sur une seule question : que peut-on faire lorsqu’il est trop tard ? Les deux personnages répondront différemment à cette question. À aucun moment ce livre ne cite l’Afrique et le Rwanda, même si l’on sait que l’action se déroule dans ce pays.  Pour justifier ce choix, Gilbert Gatore a déclaré : « Je ne veux en aucun cas être le énième petit Rwandais à témoigner du génocide. Je n'ai rien de plus à dire sur ce drame que ce que j'ai mis dans mon livre. Le reste appartient à l'intime. »

Gilbert Gatore est né au Rwanda en 1981. En 1997, il fuit son pays avec sa famille et s’installe en France. Durant cette période, il tient un journal mais des douaniers le lui confisquent au Zaïre. Arrivé en France, il essaiera de le reconstituer mais abandonne finalement. Le Passé devant soi est son premier roman publié.

Voici le résumé

Isaro, enfant d'Afrique adoptée en France, voit son insouciance se fêler le jour où les nouvelles terrifiantes de son pays d'origine se mettent à tonner trop fort. Niko est un simple d'esprit qui vit caché dans une grotte peuplée de grands singes, depuis la fin de la guerre civile qui a ravagé son village. L'une voudrait comprendre ce que l'autre tente d'oublier.



Scholastique Mukasonga

Site de l’auteur :  http://www.scholastiquemukasonga.net/home/bio

Scholastique Mukasonga est née en 1956 au Rwanda. Elle subit durant toute son enfance les conséquences des conflits ethniques au Rwanda (violences, déplacements de population, humiliations). En 1773, elle doit s’exiler au Burundi, et elle arrive en France en 1992. En 1994, 27 membres de sa famille, dont sa mère, meurent dans le génocide.

Elle a publié à ce jour trois livres dans la collection Continents Noirs des éditions Gallimard :

Inyenzi ou les Cafards, en 2006.

La femme aux pieds nus, en 2008, qui a reçu le prix Seligmann 2008 « contre le racisme, l’injustice et l’intolérance ».

L’Iguifou, Nouvelles rwandaises, en 2010, qui a reçu le prix Renaissance de la nouvelle de 2011.

Notre-Dame du Nil en 2012

Rwanda-Scholastique-Mukasonga.png
L’Iguifou qui rassemble cinq nouvelles se déroulant toutes au Rwanda. Scholastique Mukasonga n’a pas choisi une tonalité tragique, mais plutôt un humour subtil. Son écriture est empreinte de poésie.

« L’Iguifou («igifu» selon la graphie rwandaise), c’est le ventre insatiable, la faim, qui tenaille les déplacés tutsi de Nyamata en proie à la famine et conduit Colomba aux portes lumineuses de la mort… Mais à Nyamata, il y a aussi la peur qui accompagne les enfants jusque sur les bancs de l’école et qui, bien loin du Rwanda, s’attache encore aux pas de l’exilée comme une ombre maléfique… Kalisa, lui, conduit ses fantômes de vaches dans les prairies du souvenir et des regrets, là où autrefois les bergers poètes célébraient la gloire des généreux mammifères… Or, en ces temps de malheur, il n’y avait pas de plus grand malheur pour une jeune fille tutsi que d’être belle, c’est sa beauté qui vouera Helena à son tragique destin… Après le génocide, ne reste que la quête du deuil impossible, deuil désiré et refusé, car c’est auprès des morts qu’il faut puiser la force de survivre. »

Deux fiches de lectures complètes sont disponibles sur le site Littexpress :

La femme aux pieds nus :   http://littexpress.over-blog.net/article-scholastique-mukasonga-la-femme-aux-pieds-nus-71219263.html

L’Iguifou, nouvelles rwandaises :  http://littexpress.over-blog.net/article-scholastique-mukasonga-l-iguifou-nouvelles-rwandaises-98429875.html



Esther Mujawayo (1958 - )

 http://aflit.arts.uwa.edu.au/MujawayoEsther2.html

Esther-Mujawayo-sur-vivantes.gif

 

Esther Mujawayo est née au Rwanda en 1958, elle est d’origine tutsi. Elle était dans son pays au moment du génocide, elle a survécu avec ses trois filles. Elle vit actuellement en Allemagne, où elle exerce la profession de psychothérapeute, entre autres pour traiter les traumatismes psychiques.

Ses deux livres sont des témoignages de sa vie, du Rwanda à son arrivée au Rwanda :

Survivantes, 2004, éditions de l’Aube. Réédition poche Métis Presses, 2011.

La Fleur de Stéphanie, 2006, éditions Flammarion.

Les deux livres ont été coécrits avec une journaliste, Souâd Belhaddad, qui a étudié les ressemblances entre la Shoah et les génocides actuels.



Vénuste Kayimahe (1950 -)
 http://www.legrandjournal.com.mx/actu-mexique/venuste-kayimahe-rescape-rwandais-et-ecrivain

Vénuste Kayimahe est un écrivain tutsi qui a échappé au génocide de 1994 en se réfugiant au Kenya. En 1999, il ressent le besoin d’écrire et de témoigner. Il s’engage donc dans un programme : « Rwanda, Écrire  par devoir de mémoire ». Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme du génocide rwandais et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Il collabore ensuite avec Robert Genoud, réalisateur, pour adapter son livre sous la forme d’un documentaire vidéo qui s’intitule Rwanda – Récit d’un Survivant (la vidéo est disponible en trois parties sur Dailymotion  http://www.dailymotion.com/video/x6lkpj_1-rwanda-recit-d-un-survivant_news).

Vénuste Kayimahe écrit en ce moment son premier roman qui s’intitulera La chanson de l’aube.



Annick Kayitesi (1979 -)
http://aflit.arts.uwa.edu.au/KayitesiAnnick.html

Annick Kayitesi est partie en 1994 du Rwanda, où elle vivait dans un orphelinat avec sa sœur depuis la mort de sa mère, tuée durant le génocide. Elle arrive donc en France et y vit toujours. Cependant, elle a fait de nombreux voyages au Rwanda à partir de ses années d’études universitaires. Elle a écrit un seul livre pour le moment, Nous existons encore, publié en 2004 par les éditions Michel Lafon.



Yolande Mukagasana (1954-)
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=3322

Cette Rwandaise se réfugie en Belgique après la mort de son mari et de ses trois enfants en 1994. Elle décide rapidement de témoigner et de lutter contre le racisme entre ethnies dans son pays natal. Elle a donc écrit :

La mort ne veut pas de moi, 1997, éditions Fixot.

N'aie pas peur de savoir, 1999, éditions Robert Laffont

Les blessures du silence, 2001, éditions Actes Sud. Ce livre a été réalisé avec un photographe, Alain Kazinierakis, et regroupe 70 témoignages de Rwandais pendant le génocide.
Rwanda-Groupov.png
En 2000, elle a également écrit avec la compagnie de théâtre Groupov (qui regroupe des artistes de toutes disciplines et de toutes nationalités) une pièce de théâtre intitulée Rwanda 94. La pièce a été jouée pendant plus de quatre ans dans le monde entier et elle a eu un grand succès. Elle a été jouée au Rwanda en 2004, à l’occasion des commémorations du dixième anniversaire du génocide.


À travers ces quelques auteurs rwandais, nous pouvons nous apercevoir que l’écriture actuelle des Rwandais connus en France est profondément marquée par l’histoire récente de leur pays d’origine. Les témoignages et les romans s’inspirant des événements qu’ils ont vécus sont nombreux.



Des auteurs étrangers ont également écrit sur le Rwanda, dans différents genres.

Tierno Monenembo est un auteur guinéen, reconnu internationalement. Il a abordé le sujet rwandais dans un roman paru en 2000 aux éditions du Seuil, L’aîné des orphelins. Une fiche de lecture sur ce livre est disponible sur Littexpress :  http://littexpress.over-blog.net/article-tierno-monenembo-l-aine-des-orphelins-71304753.html

Ivan Reisdorff (1913-1981) est un auteur européen, qui a écrit un roman policier ayant pour thème le Rwanda. Il a travaillé de nombreuses années au Rwanda. Avec son roman L’Homme qui demanda du feu paru aux éditions Labor, il a voulu donner sa vision du pays, et témoigner de sa vie au Rwanda.

Jean-Philippe Stassen est un dessinateur et scénariste belge. En 1997, il va au Rwanda et découvre la réalité du génocide. Il décide de réaliser des bandes dessinées plus engagées, et en 2000 publie Déogratias, puis Pawa en 2002.


Armelle, 2e année Éd.-Lib.

 

 

Sources

Histoire du Rwanda pré-colonial, Bernardin MUZUNGU, éditions l’Harmattan, 2003.

Rwanda : le réel et les récits, Catherine Coquio, éditions Belin, 2004

 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/rwanda/presentation-du-rwanda/article/presentation-10623

 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo/rwanda/presentation-du-rwanda/article/geographie-et-histoire-81186

 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1964_num_19_6_421273

http://webspinners.com/Gakondo/index.php.fr


http://books.google.fr/books?id=SU2GHG8Pw94C&pg=PA11&lpg=PA11&dq=transmission+orale+rwanda&source=bl&ots=OT4rq3LrDV&sig=XzperaAwe4tBUvi5yiRLY4lFSbc&hl=fr&sa=X&ei=t_IoT7WUHoi3hQfm3bHEBQ&ved=0CFoQ6AEwBw#v=onepage&q=transmission%20orale%20rwanda&f=false

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyage en namibie 03/05/2012 13:44

J'aimerai bien lire le lire "Sur vivantes", celui qui parle de génocide écrit par Esther Mujawayo.

Recherche

Archives