Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 07:00

logo.png

 

 

les axes de la terre
vendredi 25 juin

19h
Duo écriture / danse
dans un jardin privé de saint-antoine-sur-l’isle
au lieu dit « le Petit Bardou »

Avec Naomi Mutoh (danse) et Jean Daive (texte, voix)

Ce duo inédit propose un dialogue entre l’écriture et la danse. Quand le mouvement répond à l’appel des mots. Quand la phrase devient geste, le geste, pensée…

Le lieu est partie intégrante de la chorégraphie, un soir d’été, un verger, l’espace ouvert.

Jean Daive lit de larges extraits des Axes de la terre, roman en vers, troisième volet de Trilogie du temps. Les personnages de ce roman évoluent, ondoient comme des comètes, ont leurs déplacements dans la vie et dans le sommeil. Il y a aussi le métabolisme de chacun, les forces d’attraction, les centres de gravité, les rotations autour de l’origine, de l’identité, de la langue, même si les surfaces reflètent, mais ne sont pas perceptibles à l’œil nu.


 

 

 

Vert Pâle
jeudi 8 juillet

21h30
récital
parc de Mandavit  à Gradignan


Avec Marcelline Delbecq et Benoît Delbecq

Une installation live sonore et visuelle qui convoque la littérature, la mise en voix, des mélodies évanescentes et la manipulation en direct du son et du cinéma muet. Vert Pâle est une création à deux voix orchestrée par Marcelline Delbecq (texte, voix, chant, installation) et Benoît Delbecq (piano préparé, samplers).

Au cœur de la création, la figure d’une actrice, Alla Nazimova (1879-1945), icône charismatique de l’âge d’or du cinéma muet hollywoodien aujourd’hui tombée dans l’oubli, tout comme la couleur de ses yeux, vert pâle, que le noir et blanc ne peut restituer.

Autour d’une scénographie minimale centrée sur la présence d’un écran sur lequel apparaît des éléments du texte comme sous-titres d’un film qu’on ne voit pas, ainsi qu’un court extrait de «Camille» de Nazimova (adaptation au cinéma de la Dame aux camélias, 1921), Benoît et Marcelline Delbecq proposent une narration onirique, faisant dialoguer les images réelles d’une histoire passée, presque intemporelle, avec les images mentales que la vie de l’actrice leur inspirent aujourd’hui.



Ce Monde n’est pas Conclusion
vendredi 9 juillet

21h30
lecture-performance / poèmes d’emily dickinson
au Centre François Mauriac de Malagar

Avec Frédérique Bruyas (voix) et Wall’ich (son et images multimédias)
Création musicale de Vincent Brédif

Considérée aujourd’hui comme l’un des plus grands poètes américains, Emily Dickinson (1830-1886) publia très peu et n’eut pas droit à la reconnaissance littéraire de son vivant. Elle écrivit pourtant 1789 poèmes d’une fulgurante beauté. Frédérique Bruyas propose une lecture bilingue mêlée aux arts numériques de douze poèmes de l’oeuvre d’Emily Dickinson d’après Cahiers Cousus dans une traduction du poète Christophe Marchand-kiss. Les langues anglaise et française s’échangent les rôles, s’épousent, se suivent ou s’ignorent l’une l’autre. Douze poèmes, comme autant de mondes possibles où la voix, la musique et l’image tissent un paysage mental sensible aux forces de création et d’anéantissement.


Partager cet article

Repost 0
Published by littexpress - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives