Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 07:00

Lyonel-Trouillot-Yanvalou-pour-Charlie.jpg





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lyonel TROUILLOT
Yanvalou pour Charlie
Actes Sud, 2009
Babel, 2011


 

 

 

 

 

 

 

 

Lyonel Trouillot est né sur l'île d'Haïti en 1956. Écrivain, poète, peintre, journaliste, professeur, c'est une figure importante de Port-au-Prince qui lutte pour maintenir la démocratie dans son pays. Il fait partie des survivants du séisme du 12 janvier 2010 et s'implique d'autant plus dans la restructuration de l'île en menant des actions locales mais aussi en communiquant sur les conditions de vie des Haïtiens. Il a reçu le prix Wepler pour l'ouvrage Yanvalou pour Charlie et a été sacré Chevalier des Arts et des Lettres en juin 2010.



Son roman a été publié pour la première fois lors de la rentrée littéraire de 2009, avant la catastrophe, mais il n'en demeure pas moins contestataire et dénonce des conditions de vie précaires ainsi qu'un écart important entre les différentes classes sociales du pays, le tout dans un climat politique tendu. Cela rappelle la situation actuelle de l'île d'Haïti que Lyonel Trouillot décrit dans ses différents lettres ouvertes publiées par Le Point, qui dressent le bilan de la reconstruction du pays.



L'histoire se déroule à l'époque contemporaine. Dès les premières lignes, le lecteur ressent une proximité avec le narrateur car ce dernier emploie la première personne du singulier et s'attache à décrire son environnement, si bien que l’on est immédiatement intégré au récit. Avec cynisme, Mathurin D. Saint-Fort énonce les caractéristiques de ses collègues de travail. L'une « remonte loin dans le passé et redescend dans le présent le visage plein de larmes » tandis que l'autre est « une grande comédienne qui simule tout ». Ces portraits semblent caricaturaux mais sont le reflet des classes sociales supérieures de Port-au-Prince, Mathurin étant avocat.

Cependant, il laisse rapidement entendre que ses origines sont plus modestes : il s'est inventé une nouvelle identité pour marquer la césure avec son ancienne vie, et a renié son prénom, Dieutor. Il explique que ce nom lui semble douloureusement ironique puisqu'il signifie retors.

Mais les souvenirs et la nostalgie qui les accompagne sont surtout réveillés par Charlie, un garçon des bas quartiers qui a retrouvé Dieutor grâce à l'aide d'un prêtre. Il vient lui demander de l'aide. « Ce crétin de Charlie, avec sa vie de chien et son histoire de fou, était venu ouvrir la porte du retour. »

Là débute un récit polyphonique. Quatre personnages prennent tour à tour la parole : Dieutor, Charlie, Nathanaël, le frère de cœur de Charlie, et Anne, une vieille connaissance de Dieutor, son premier amour.

Dieutor est obligé de faire face à ses origines car il ne peut interrompre le flot de paroles de Charlie. Ce dernier est envahissant, habitué depuis toujours à vivre en communauté dans un orphelinat délabré dirigé par le Père Edmond. La notion de bande est très importante pour lui alors que Mathurin avait décidé de mener une existence où il ne devrait compter que sur lui-même. Charlie raconte sans discontinuer ses aventures. Le style employé par l'auteur pour ce personnage, très linéaire et fluide, contraste avec les phrases hachées et catégoriques prononcées par Dieutor.

Charlie raconte son passé, la constitution de sa bande menée par Nathanaël et les deux commères, et leur quête obsessionnelle : trouver leur étoile. Ils transgressent les règles morales, pensant qu'accomplir de petits larcins dans les maisons de vacances des plus aisés n'est pas grave puisque leur but est juste. Ils cherchent à tout prix à mener une existence meilleure, à se sortir de la misère. Cette misère est entièrement représentée par le soeur-mère de Nathanaël, une jeune femme qui semble avoir été violée et défigurée, qui a donné naissance à ce garçon et vit dans le bidonville de Port-au-Prince. Elle a honte de sa condition, n'ose plus parler ni regarder son fils dans les yeux. Elle n'a pas la force de se battre pour améliorer son sort. Elle survit au jour le jour, mais l'énergie employée pour cela ne lui permet plus de mener des projets ou de connaître l'espoir.

Cette jeunesse qui souhaite améliorer son quotidien, incarnée par Charlie et sa bande, est rejointe par les enfants des populations aisées qui militent pour l'amélioration des conditions de vie des plus pauvres. Cependant, durant le récit, nous comprenons qu'ils s'inventent eux-aussi des identités de militants pour tromper leur ennui, et qu'il règne une incompréhension entre ces enfants issus de différents milieux, une certaine peur, cette différence que Nathanaël tentera de combler pour l'amour d'une jeune femme. Tiraillé entre ses amis d'enfance et le rêve d'un monde plus beau, il devra faire un choix crucial, qui se révélera tragique.

C'est alors que le personnage d'Anne intervient. Comme un lent Yanvalou, danse traditionnelle d'Haïti qui célèbre le voyage des esprits vers l'au-delà grâce à des mouvement d'épaule qui imitent des vagues, Anne évoque avec lenteur (alors que le lecteur lui-même se remet du chapitre précédent, très violent) les souvenirs de Dieutor dans un échange épistolaire.

C'est elle qui donnera cette définition de Port-au-Prince : « Une ville sans traditions ni vérités propres, une ville de masques dans laquelle tous se font passer pour ce qu'ils ne sont pas et deviennent des bêtes qui dévorent tout sur leur passage ».



J'ai trouvé ce roman bouleversant et très mélancolique. Pour moi, c'est un récit qui met en exergue les relations humaines et la notion de survie. Il est également empreint de nostalgie et je crois que prendre en compte les événements de 2010 participe à accentuer l'émotion ressentie par le lecteur. Yanvalou pour Charlie est un roman qui m'a laissé une forte impression et il arrive fréquemment que je repense à cette histoire.


Julie, 2e année Éd-Lib


Liens utiles

La lettre ouverte de Lyonel Trouillot dressant le bilan de la reconstruction de l'île d'Haïti :
http://www.lepoint.fr/monde/haiti-deux-ans-apres-la-lettre-de-lyonel-trouillot-11-01-2012-1417867_24.php

La démonstration d'un Yanvalou :
http://www.youtube.com/watch?v=WI1wA4kYZ_o

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives