Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 07:00

Martin-Page-Comment-je-suis-devenu-stupide.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin PAGE

Comment je suis devenu stupide

Le Dilettante, 2000

J’ai lu, 2002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin Page est un curieux auteur. Pas toujours facile de l’aborder à cause de son éternelle timidité (il le dit lui-même). Né en 1975 en banlieue parisienne, il vit actuellement à Paris, ville qu’il affectionne particulièrement et à propos de laquelle il écrit, notamment dans son dernier roman, La Disparition de Paris et sa renaissance en Afrique. Après avoir fait des premières années d’études dans différentes disciplines de sciences humaines, il publie son premier roman à 25 ans : Comment je suis devenu stupide, qui le fera connaître en France et à l’étranger. Martin Page, bien qu’auteur de quelques livres jeunesse, excelle dans l’écriture de romans courts faits d’absurdités et de portraits critiques de notre société actuelle. La meilleure façon de le comprendre est peut-être encore de lire  le blog intégré à  son site internet sur lequel il s’exprime librement chaque semaine.

 

 

 

  C’est l’histoire d’Antoine, un jeune homme de 25 ans, tellement intelligent qu’il en est malheureux. Oui : « L’intelligence rend malheureux, solitaire, pauvre, quand le déguisement de l’intelligence offre une immortalité de papier journal et l’admiration de ceux qui croient en ce qu’ils lisent. » Antoine a donc décidé de devenir stupide pour s’intégrer à la société. Et ce ne sera pas tâche facile. Il essaie d’abord de devenir alcoolique mais échoue lamentablement sur les plages du coma éthylique après avoir bu une malheureuse demi-bière. Face à ce premier échec, Antoine prend la résolution ultime de se suicider. Sur les conseils avisés d’une professionnelle du suicide manqué, il se rend à des cours de suicide. Là encore, il échoue : l’unique cours qu’il a suivi lui en ôte l’envie. La meilleure solution sera donc de s’intégrer pleinement à la société, à « l’opinion publique », en participant à tous les actes quotidiens de la société de consommation. Pour l’aider à commencer, Antoine se voit fournir par son médecin (un pédiatre) des pilules rouges d’Heurozac pour le rendre un peu moins conscient de sa vie et artificiellement plus heureux.

 

 

 

Réflexion sur le bonheur

 
 Lorsque Antoine explique sa dernière décision à ses quelques amis, sa réflexion entraîne le livre dans une dimension philosophique qui perdurera tout au long de l’histoire en posant la question du bonheur. En effet, Antoine pense que l’intelligence est une erreur de la nature ou une maladie et qu’une intelligence qui s’intéresse à tout, qui essaie de comprendre tout ce qui l’entoure, entraîne « le danger du cynisme, de l’aigreur et de l’infinie tristesse ». Cette intelligence empêcherait d’atteindre le bonheur puisqu’elle oblige à tout remettre en cause sans jamais pouvoir profiter de rien. À l’extrême, le bonheur se définirait alors comme une immersion totale de l’individu dans sa société sans jamais se poser de questions à propos de ses actes. Ces théories font donc réfléchir le lecteur au fur et à mesure de l’expérience du personnage.

 

 


Satire de la société de consommation


Puisque Antoine pense que le seul moyen d’être heureux est de s’intégrer à la société, la réflexion philosophique précédente va perdurer à propos des questions d’argent, de possessions matérielles et de reconnaissance professionnelle, amenant à une satire de la société de consommation. Le personnage trouve d’abord un emploi très bien payé (trader) pour commencer son intégration et en profite pour dépenser dans des achats futiles et très coûteux qu’il n’utilisera même pas toujours. Ensuite, Antoine réussit une très bonne opération financière et goûte à la reconnaissance : il remarque avec innocence que ses collègues les mieux placés se mettent à l’écouter simplement parce qu’il est devenu très riche. On se pose alors la question de la relation entre le bonheur et l’argent. Cette satire de la société de consommation se remarque derrière le regard sous Heurozac d’Antoine qui ne réussira pas totalement son intégration à cause de son dégoût du café (symbole du trader), de la non-utilisation d’appareils en tous genres et de ses principes inébranlables concernant les femmes par exemple.

 

 

 

Personnage autobiographique ?

 

Ayant rencontré Martin Page lors un salon du livre avant de lire Comment je suis devenu stupide, j’ai rapidement remarqué des liens entre l’auteur et le personnage d’Antoine : leur âge (25 ans), leur lieu d’habitation (Paris) ou encore leur timidité commune. En faisant quelques recherches, j’ai trouvé que l’histoire absurde d’Antoine pouvait s’être inspirée directement de la personnalité de Martin Page d’après les articles qu’il écrit sur son blog. Au-delà d’articles critiques sur différents aspects de notre société et d’articles sur sa vie d’auteur, il lui arrive d’exprimer ce qu’il ressent en tant qu’individu. C’est donc dans l’un de ceux-là que j’ai trouvé que Martin Page, tout comme son personnage, n’arrive pas à s’intégrer totalement à la société :

 

« Je n’ai pas ma place ici, m’y trouver est un accident, ce n’est pas mon monde. Il me reste à me l’inventer, ou à continuer à être un contrebandier. Être un contrebandier, c’est chouette, on survit, mais ça fatigue. On rêve parfois d’une île où accoster. Mais peut-être que ça sera partout pareil, et qu’être étranger, aux groupes, aux maisons, aux milieux, c’est ce que je suis, c’est mon identité. »

 

 


 Ce livre drôle et tout à fait divertissant cache donc derrière l’absurde et la satire une profonde réflexion. Toute la dérision (voire l’autodérision ?) est appuyée par un langage à la fois simple et très poétique. Un livre qui ne fait finalement pas devenir stupide.

 

 

Soizic, 2e année Éd.-Lib.

 

 

 

 

Martin PAGE sur LITTEXPRESS

Martin page la disparution de paris

 

 

Article de Valérie sur La Disparition de Paris et sa renaissance en Afrique.

 


 

 

 

 

 

martin page une parfaite journee parfaite

 

 

 

 

 

 Article de Yolaine sur Une parfaite journée parfaite

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives