Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 07:00

Martin-page-la-disparution-de-paris.gif


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin PAGE,
La disparition de Paris

et sa renaissance en Afrique
éditions de L'Olivier, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour, un libraire avisé me mit entre les mains un roman de Martin Page. Peut-être une histoire d'amour signa-t-elle alors le début d'une histoire (littéraire) entre l'auteur et moi-même.


Avec La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique, j'ai retrouvé ce qui, à mes yeux, fait tout le talent de cet écrivain : une écriture élégante et poétique pour raconter une histoire irréaliste. Page se plaît en effet à renverser le processus de « normalité » en inventant des faits loufoques, des situations absurdes qui, sous sa plume, deviennent probables. Le lecteur se laisse alors porter par le récit de ces jolies incongruités.


Mathias a 40 ans, des poignées d'amour et quelques cheveux blancs sur les tempes. Il travaille pour le maire, mais préfère dire qu'il travaille pour Paris. Mathias n'a ni femme ni enfant. Une fois par semaine – le mercredi à 23h – il rencontre Dana dans un hôtel : ils commandent à manger, savourent leur dîner au lit en regardant des films de Lubitsch et en buvant du champagne. Parfois ils font l'amour. Mais leur relation s'arrête là.

« Notre histoire, hors des sentiers battus des aventures sexuelles et sentimentales, constituait un succédané idéal à l'amour. (…) Il faut trouver des moyens d'atténuer la tragédie de l'existence, des correctifs compensatoires qui permettent de ne pas sombrer et de conserver une certaine tranquillité, un équilibre. Dana avait ce rôle, et j'avais ce rôle pour elle. »

Un jour, l'équilibre de cette petite vie fade et monotone est perturbé par un fait divers : Fata Okoumi, femme d'affaires africaine en visite à Paris, est agressée par un policier auquel elle refusait de présenter ses papiers. L'affaire est grave, le conflit politique et social gronde, le maire de Paris doit agir. Mathias se voir alors confier la mission délicate de dédommager la blessée. La réponse de la femme outragée est sans équivoque : Paris doit disparaître. Voilà notre héros confronté à un dilemme de taille : doit-il épargner Paris ou accéder à la requête de la victime ?

« J'étais partagé entre ma fidélité à l'égard de ma ville et mon devoir envers Fata Okoumi, un devoir auquel j'adhérais. Je comprenais sa colère, mais je trouvais qu'elle se trompait de cible et cela m'irritait. »


Martin Page est de ces auteurs dont on relève une phrase ou deux à chaque page en se disant que ça ferait une très bonne citation. Martin Page est aussi le Jean-Pierre Jeunet des livres : il nous offre à chaque roman un portrait de Paris idyllique, légèrement fané, sentant la tarte au gingembre et la naphtaline. Mathias serait alors une Amélie Poulain déguisée en célibataire de 40 ans, un peu raté et un peu lâche... Mais Martin Page, c'est surtout le mélange audacieux et réussi de l'absurde et du réaliste, du quotidien et de l'extraordinaire, des petites choses et des grands actes. À lire absolument.
Martin-Page01.jpg


Martin Page est né en 1975. Publié aux éditions de L'Olivier, il est l'auteur de cinq romans et de livres pour la jeunesse.

 

 

 

 

Valérie, 2e année Éd.-Lib.

 

 

Martin PAGE sur LITTEXPRESS

 

martin page une parfaite journee parfaite

 

 

 

 

 

 Article de Yolaine sur Une parfaite journée parfaite

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives