Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 07:00

Sous-les-neons-Matthew-OBrien.jpg

 

 

 

 

 

Matthew O'BRIEN
Sous les néons
Vie et mort dans les souterrains

de Las Vegas
Titre original :
Beneath The Neon
Huntington Press, 2007
Traduit par Caroline Dumoucel
éditions Inculte,
collection Afterpop, 2012


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Éditions Inculte

La maison Inculte a été fondée en 2004 avec la revue du même nom ; elle a tout d'abord été diffusée par les Belles Lettres, puis par Naïve et enfin et toujours aujourd'hui par Actes Sud, et donc distribuée par Union Distribution.

Depuis 2009 l'entreprise s'est transformée en société : la société des Amis d'Inculte qui compte sept actionnaires aujourd'hui mais est ouverte à un maximum de trente. Un actionnaire de la maison possède 1% du capital et a la possibilité d'assister aux réunions semestrielles évoquant le programme éditorial à venir. Pour devenir actionnaire le droit de souscription est de 2000 €.

Le catalogue compte 70 ouvrages toutes collections confondues et chaque année 4 revues, 4 rééditions et 6 nouveautés grand format sont publiées.

Les essais sont classés dans la collection « Temps réel », tout ce qui est fiction ou non-fiction liée à la culture populaire se retrouve dans la collection « Afterpop », la troisième collection s'appelle « Monographie » et la dernière « Rééditions de l'Arc ». Au niveau des revues ce sont Inculte, Le Believer, Multitudes et Le Ciel vu de la Terre qui sont publiées par la maison.

Le design des collections, très graphique, a été primé de nombreuses fois, principalement aux États-Unis par l'AIGA (association professionnelle de design à Seattle), en France par le Concours des plus beaux livres français puis en Chine et au Méxique.



Matthew O'Brien

C'est un journaliste devenu écrivain. Né à Las Végas mais ayant grandi à Atlanta, il retourne en 1997 s'installer dans sa ville natale de laquelle il tire ses thèmes d'écriture. En 2000, il devient rédacteur en chef et directeur de publication au Las Vegas City Life, un journal alternatif de la ville. A côté il lance un projet communautaire appelé Shine a light qui a pour buts principaux de fournir un toit aux sans abri et de leur proposer des actionss de prévention contre les drogues. Matthew O'Brien a été marqué par l'histoire vraie de Timmy Weber, un Américain qui, poursuivi par les forces de l'ordre pour le meurtre et le viol de sa petite amie et de ses enfants, prend la fuite par les égoûts. Fait divers qui va le pousser à se lancer dans l'exploration de réseau pluvial souterrain de Las Vegas, ce qui lui permet d'écrire :



Sous les néons, vie et mort dans les souterrains de Las Vegas ,

d'abord publié aux États-Unis en 2007 chez Huntington Press puis en France en 2012 dans la collection Afterpop des éditions Inculte, traduit par Caroline Dumoucel. La publication française comporte, à la fin de l'ouvrage, un cahier de 15 photos en noir et blanc prises pendant l'exploration.

Ce livre est considéré comme de la non-fiction, c'est un témoignage, un récit de vie fondé sur un travail journalistique d'exploration.

Le titre a été choisi en référence au célèbre panneau « Welcome to the fabulous Las Vegas » situé à l'entrée de la ville, passage obligatoire des touristes qui s'immortalisent dessous. Les caractères du panneau clignotent en néons orangés et c'est du tunnel le plus proche, dont l'entrée est juste en dessous, que commence l'exploration. C'est donc « sous les néons » que Matthew nous emmène, dans l'envers du décor de la ville du vice, sous les apparences. La couverture du livre est orange pour la même raison, en référence au panneau, et au centre dans un cercle très graphique se détache la silhouette de l'auteur à l'entrée d’un tunnel, photo prise lors de l'une de ses escapades.

Il faut savoir que Las Végas est situé dans une zone géographique très aride ; lorsqu'il se met à pleuvoir l'eau ne peut pas s'infiltrer dans le sol et monte donc très vite. Ainsi Matthew O'Brien va partir explorer l'immense réseau de collecteurs pluviaux, un ensemble de tunnels très longs qui permettent d'évacuer l'eau de la ville et d'éviter les crues. Lorsqu'il pleut l'eau peut monter de plus de 30 cm par minute à l'intérieur, et les tunnels deviennent vite le lieu de drames.

Au départ il accompagne son collègue Josh dans son projet d'écrire une série d'articles sur ce réseau. Mais très vite il ambitionne d'en faire un roman et se lance seul dans cette aventure, non sans appréhension. Il n'imaginait pas un instant que ce dédale souterrain puisse être habité. Il explore une zone ignorée tant par les touristes que les habitants de Las Végas,

 

« pour une ville qui servait de toile de fond à tant de films et de séries télévisées, disséquée dans la presse et les livres, nous avions posé le pied en territoire vierge – un monde underground (littéralement et au sens figuré) […] » (p. 133).

 

Pour chaque expédition il se munit d'un magnétophone accroché à sa taille avec un micro au col qui lui permet d'enregistrer toutes les conversations qu'il a avec les gens rencontrés en sous-sol, d'une Maglite (lampe-torche) et d'une mini Maglite, de piles de rechange en quantité, d'une matraque, d'une bouteille d'eau et d'un bonnet en laine.

Le livre compte huit chapitres et un épilogue. À chaque chapitre il donne un nom en fonction du collecteur qu'il « visite », en fonction de ce qui s'y est passé, des personnes qu'il y rencontre... Par exemple le premier chapitre s'appelle « Le collecteur Weber », parce que c'est dans ce tunnel que Timmy Weber a fui. Le quatrième s'appelle « Le collecteur de minuit » parce qu'il l'a exploré en pleine nuit, et le dernier « Le collecteur en crue » parce que lorsqu'il était à l'intérieur il s'est mis à pleuvoir et que le tunnel s'est rempli d'eau. L'épilogue nous renseigne sur ce qui est arrivé aux personnes qu'il a rencontrées après son enquête, il est retourné les voir, mais ne les a pas toutes retrouvées.

Il va donc faire de nombreuses rencontres, toutes plus étonnantes les unes que les autres comme Lauwrence, un cuisinier qui écrit de la poésie et des nouvelles (page 43). La plupart se retrouvent à vivre dans les souterrains pour échapper à une addiction, ou ruinés à cause de celle-ci, que ce soit le jeu, l'alcool ou la drogue. On peut parler d'un repaire de camés, de personnes rejetées de la société, avalées par la ville du vice. Beaucoup sont très terre à terre, très lucides sur leur situation, c'est la ville qui les a perdus. Mais nombreux sont ceux qui pensent et veulent s'en sortir, peu sont ceux qui y parviennent réellement.

Le journaliste est également étonné par les campements qu'il rencontre ; certains sont très sommaires mais d'autres vivent très bien équipés, se sont fabriqué une cuisine, des lits en hauteur pour se protéger de l'eau, des garde-manger... Un monde insoupçonné.

Matthew compare certains tunnels à d'autres réseaux existants : «  Dans les années 1980 et 1990, le métro et les tunnels ferroviaires de New York abritaient des milliers de personnes. » (page 36). Il songe également à la Cappadoce, une région historique et géographique de l'ancienne Turquie qui compte plus de 400 cités souterraines.



Avis

Sous les néons, best-seller aus États-Unis et dans de nombreux pays d'Europe est intéressant parce que c’est le récit d'une réalité que l'on ne pouvait pas imaginer. Grâce aux techniques d'enregistrement utilisées, les conversations sont retranscrites fidèlement. Matthew O'Brien nous fait constater ce qu'il a découvert. Le réalisme de cette non-fiction est saisissant, on ressent pleinement la peur du journaliste lors de ses investigations dans le noir complet, souvent obligé de ramper ou de marcher le dos courbé et les genoux pliés.

Je conseille cette lecture qui m'a plu, la typographie originale le rend très agréable à lire, c'est un beau livre, tant sur la forme que sur le fond.


Mégane Peinturaud, 1ère année édition librairie

 

 

Matthew O'BRIEN sur LITTEXPRESS

 

 

Couv. Blue Angel Motel

 

 

 

 

 

Article de Mathilde sur Blue Angel Motel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Recherche

Archives