Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 07:00

MAURICE-PONS-LES-SAISONS.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Maurice PONS
Les Saisons
Julliard, 1965
Christian Bourgois, 1975
10/18, 1983
éditions du Rocher, 1992
Christian Bourgois, 1995 et 2000



 

 

 

 

 

 

 

 

Maurice Pons, né à Strasbourg en 1927, est un écrivain et éditeur engagé.

Signataire du « Manifeste des 121 » en 1960, il soutient les Algériens avec son récit sur cette guerre, Le Passager de la nuit, édité sous cape et circulant dans le noir. En 1999, il aura le prix Henri de Régnier pour l'ensemble de ses travaux, dont Les Saisons et Rosa, ses œuvres les plus connues et traduites dans le monde entier. Ses Saisons auront été éditées cinq fois ; chez Julliard en 1965, chez Bourgois en 1975, chez 10/18 en 1983, au Rocher en 1992 et de nouveau chez Bourgois en 1995.

Sorti d'un enfer désertique et brûlant, Siméon arrive dans un petit village perdu, au pied de montagnes escarpées et gelées, en quête du repos qui lui permettra enfin d'écrire son histoire et, surtout, celle de la mort de sa sœur Enina. Dans ce village, tout est différent, des deux saisons qui composent le climat aux us et coutumes des habitants. Entre quarante mois de « gel bleu » et dix-huit de pluie incessante, entre la pourriture qui atteint tout un chacun et la rudesse des mœurs, Siméon, « encore jeune, mais laid, et d'une laideur si pathétique qu'on ne lui donne pas d'âge », veut changer le monde. Logé à contrecœur chez la veuve Ham, appelée « cinq tonnes », Siméon est « l'étranger », celui dont on n'a pas besoin, un parasite, et malgré quelques espoirs d'intégration, il reste trop différent pour appartenir à leur communauté, ce qui lui coûtera la vie.

Nous pouvons voir en Siméon l’écrivain incompris et rejeté car différent au sein de la foule. Comme un écrivain, il voit ses compagnons avec un regard suffisamment critique pour que ce qui leur semble normal soit vu comme étrange, dénoncé, mais également envié, car son regard lui interdit inconsciemment de s’intégrer au village. Il est « le mouton noir » du troupeau, l’espoir et la victime idéale d’une société où le rapport de Siméon à l’animal revient régulièrement : on lui jette un crâne de mouton à son arrivée, le guérisseur (dit Le Croll) voit en lui « un petit agneau », il meurt dans les ossements d’un troupeau de moutons... Son arrivée peut elle-même être considérée comme une métaphore de l’écrivain : face au crâne de mouton qu’on lui a jeté, son premier réflexe est de le jeter d’un coup de pied, coup qui le blesse et entraîne la longue décadence physique qui l’empêche de repartir de la vallée. Ainsi, il refuse d’être comme tous, et se plonge dans sa douleur pour faire taire sa différence comme d’autres la noieraient dans l’alcool.

Dans Siméon, il y a aussi l’écrivain en mal d’écriture, non pas atteint du mal de la page blanche, mais ayant trop vu, su et subi ce qu’il ne peut pas écrire, quand bien même il le voudrait. Dans le texte, Siméon tente désespérément de raconter l’histoire de sa sœur Enina, sa torture, son combat pour la liberté, dans un pays où il n’y en a apparemment plus. Il est possible qu’il tente d’écrire, ou de décrire la censure de la liberté d’expression. Siméon et Enina seraient donc deux écrivains qui, sous une dictature, voudraient préserver leur liberté d’expression, et auraient choisi des solutions différentes (la mort ou l’exil).

Si ce livre est parfois complexe à lire, il reste une belle œuvre qui parle du monde littéraire, de la société actuelle, des relations humaines, et d’autres sujets qui, bien qu’écrits dans les années 60, nous sont cependant contemporains. Ce livre peut nous faire passer par toute une gamme de sentiments et sensations, de l’amusement à la pitié, de l’horreur à la stupéfaction, le tout mené par une curiosité que l’auteur éveille et attise peu à peu chez le lecteur. Après avoir lu ce livre, vous ne pourrez plus regarder le monde de la même manière que vous le faisiez auparavant.


Morgane, 1ère année édition-librairie

 

 

Maurice PONS sur LITTEXPRESS

 

Maurice Pons Delicieuses Frayeurs

 

 

 

 

 

 

 

 Articles de Clémence et de Mélody sur Délicieuses Frayeurs (éditions Magnard).

 

 

 

 

MAURICE-PONS-LES-SAISONS.jpg

 

 

 

 

 

Article de Matthieu sur Les Saisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives