Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 07:00

plessix-le-vent-dans-les-saules.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel PLESSIX

 Le Vent dans les Saules

Éditions Delcourt

(Édition intégrale 2009)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

michelplessix.jpg   

L'auteur

 

Né en 1959 à Saint-Malo, ses premiers travaux sont des affiches de fest-noz. Son premier album, La Déesse aux yeux de jade, paraît chez Milan en novembre 1988 (réédition chez Delcourt en 1993). Il travaille alors avec Dieter pour le scénario et Isabelle Rabarot pour les couleurs. Dés 1989, ce trio réalise en quatre volets les aventures de Julien Boisvert aux éditions Delcourt. Il fait également le scénario de la série Les Forell chez Dargaud, avec Bazile au dessin. En 1996, il se lance dans l'adaptation du roman anglais de Kenneth Grahame (1859-1932), Le Vent dans les Saules ; avec cette série en quatre tomes, il touche directement le public des enfants avec des aquarelles aux couleurs lumineuses.

plessix-le-vent-dans-les-sables-2.jpg
Par ailleurs, la série connaît un vif succès, elle se vend à plus de 200 000 exemplaires, reçoit de nombreux prix dont l'Alph-Art du public à Angoulême et sera traduite en plusieurs langues. Depuis 2005, Michel Plessix donne une suite à cette série avec Le Vent dans les sables.





Résumé

 

Au Bois Sauvage, tous les animaux s'amusent, parlent, mangent et dégustent la vie. Dans cette nature bucolique, Taupe, discret et maladroit fait la connaissance de Rat, un rat d'eau attaché à sa mare ; grâce à lui, il rencontre Blaireau, Loutre et surtout Crapaud ! Tous ensemble, ils se retrouvent pour manger, boire, discuter de Crapaud car même s'ils ne le veulent pas forcément, ils le suivent dans ses idées farfelues... Fantasque au plus haut point, Crapaud n'en finit pas d'être un personnage haut en couleurs qui cause bien des soucis à ses amis, en raison de ses lubies changeantes : il peut s'intéresser à l'aviron et puis soudain passer à la voiture ! D'ailleurs l'automobile va lui causer bien des soucis à tel point qu'il ira en prison. En son absence, malheureusement, l'image de son somptueux manoir va bien changer...

Analyse de l'œuvre

 

Ce Bois Sauvage apparaît comme un véritable microcosme, une cité où tous les genres de caractères, de personnalités se retrouvent :


plessix-personnages.jpg— Taupe, personnage discret et maladroit dés les premières pages, est un timide qui bafouille lors de sa première rencontre avec Rat mais va petit à petit s'ouvrir au monde en tenant un carnet de dessins et en partageant de bons moments avec ses nouveaux amis. Par ailleurs, personnage peureux, il va vivre des aventures à haut risques avec ses amis, aventures qui le feront grandir car à la fin, il prendra part au combat final (on peut parler de parcours initiatique) ;


Rat, personnage joyeux, ouvert aux autres ;


Loutre, père de famille, semble fonceur, toujours à vouloir faire la peau aux belettes, aux furets et aux hermines. Attaché à sa famille, il parle souvent de ses enfants à ses amis ;


—  Blaireau apparaît comme ayant un caractère de vieil ours aigri, au départ à cause du fait qu’il vit dans un terrier. Rat le définit ainsi : « Et il y a Blaireau. Il n’a pas toujours un caractère facile mais c’est un bon ami. » En fait, au fur et à mesure, il apparaît comme un véritable père qui loge et nourrit ses amis, tantôt comme un père sympathique et protecteur, tantôt comme un père sévère et intransigeant surtout avec Crapaud quand il exige de Rat et de Taupe qu’ils l’enferment dans sa chambre jusqu’à ce qu’il ait décidé d’arrêter l’automobile car Crapaud n’a pas compris la leçon que Blaireau vient juste de lui faire : « Viens donc un peu par là, mon gaillard ! J’aurai deux mots à te dire entre quatre yeux… ! ».


Crapaud, personnage loufoque, vantard, habitué au luxe, vit dans le magnifique « Manoir Têtard » : « Joli ? Je vous remercie ! Je puis vous assurer qu’il n’y pas plus somptueuse demeure tout au long de la rivière. Ni même ailleurs, du reste… ». Certaines personnes supposent que Crapaud est l’image de l’enfant-roi car ses amis ne lui refusent pas grand-chose ; par exemple, lorsqu’il fait venir Taupe et Rat chez lui pour les embarquer dans une de ses nouvelles idées, la vie nomade dans une roulotte, ses amis le suivent car ils n’ont pu lui refuser.

Par ailleurs, on remarque que l’histoire se déroule en quatre phases : la découverte d’un lieu bucolique, le renversement de ce calme par les bêtises de Crapaud, le suspens et l’action.

Plessix-automne.jpg
La découverte d’un lieu bucolique

 
Dans le premier tome, Le Bois Sauvage, les personnages découvrent la nature à travers des promenades, des balades en barque le long de la rivière, des expéditions en roulotte et surtout ils découvrent la nature au fil des saisons ; par exemple, on trouve dans ce premier tome, une description de l'automne : « C'était un bel après-midi de fin d'automne.[...]. [Taupe] n'avait jamais vu la campagne ainsi...[...] Les vallons, les taillis, jusqu'ici si secrets, lui offraient alors une intimité la plus cachée... Plus question de colliers de liserons, ni de maquillage de fleurs et de feuilles... La nature s'offrait à lui. Nue. Pauvre. Vraie. »


Mais ce calme, cette tranquillité n'allaient pas durer...


Le renversement de ce calme par les bêtises de Crapaud

 
Depuis la fin du tome 1 où Crapaud découvre l'automobile, nous n'avons eu aucune nouvelle de lui, le tome 2, Auto, Crapaud, Blaireau, nous en donne grâce à Rat : « le pauvre garçon a toujours la folie des voitures ! Il en a déjà cassé 6. Non 7 ! ». En second lieu, nous sommes obligés de faire un constat effarant de son état, Crapaud a perdu la tête, il est totalement amoureux de l'automobile, presque en état de dévotion devant elle : « Beauté du bitume ! Bijou du pavé ! ». Finalement, sa cure de désintoxication organisée par Blaireau ne marche pas, Crapaud réussit à s'échapper de sa chambre, rencontre des automobilistes dans une auberge ou plutôt, il rencontre leur voiture et décide de la voler. Résultat, il se retrouve en prison pour 20 ans !


Le suspense

 
Nous avons quitté Crapaud à son entrée en prison ; le voilà seul au monde, loin de son manoir, loin de ses amis. Qu'adviendra t-il de Crapaud ? Malheureusement, ses amis ne peuvent rien faire face à la loi : « D'après Loutre qui a consulté un expert, il n'y a rien à faire pour le moment.  » Heureusement, Crapaud a trouvé une alliée, une amie auprès de la fille du geôlier qui va mettre au point l'évasion de notre Baron Têtard, mais une fois dehors, il se retrouve perdu dans la ville ; chanceux de nature, il trouve de l'aide mais se retrouve poursuivi par la police, il réussit à la duper, erre dans la forêt, trouve de l'aide mais lorsque cette personne découvre que sous ce costume de blanchisseuse, se cache un affreux batracien, elle le jette à l'eau, il rejoint le rivage et fait une drôle de rencontre avec la voiture qui l'a mené en prison ; encore une fois, il manque de revenir à la case départ mais soudain la malchance vient, Crapaud tombe à l'eau... « Il semblait bien que cette fois, le monde était débarrassé de Crapaud. ».Définitivement ?

 

L'action

 

Dans le dernier tome, Le Foutoir au Manoir, Crapaud est repêché ; il est encore en vie et retrouve ses amis, malheureusement pour apprendre une bien triste nouvelle par le biais des carnets de notes de Taupe ; en effet, le manoir est occupé par les furets, les belettes et autres indésirables. Mais Crapaud est de retour et compte bien récupérer sa demeure avec l'aide de ses amis ; grâce à Blaireau, ils pénètrent dans le manoir en catimini par les souterrains et prennent par surprise les indésirables, une grande bagarre éclate et Crapaud récupère son manoir.

 

 

Mon avis

 

Certes ceci n'est pas une nouveauté, mais Le Vent dans les saules 'est l'occasion de découvrir des personnages attachants ayant chacun une personnalité différente ; de plus, le second cycle, Le Vent dans les Sables, n'est pas fini ! Le tome 4 n'est pas encore sorti ; alors, afin de vous familiariser avec les personnages, ouvrez les quatre tomes du Vent dans les Saules.
planche-le-vent-dans-les-saules.jpg
Aurélie, 1ère année Ed.-Lib.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurélie - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Sandrine Maliver-Perrin, libraire 24/03/2011 13:59


Bravo Aurélie ! En tant que "spécialiste" de la littérature classique anglo-saxonne, j'adhère parfaitement à tes propos. Ta lecture est très complète, fine et intéressante.
A bientôt pour de nouvelles aventures :-)


Recherche

Archives