Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 07:00

Mizuki-Kitaro_01.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


MIZUKI Shigeru

Kitaro le repoussant

traduit du japonais

par Satoko Fujimoto

et Eric Cordier 

introduction de

Stéphane Beaujean.

éditions Cornélius, 2009

collection Paul

 

 

 

 

 

 

 

 

 

blog-mizukiphoto.jpg

Shigeru Mizuki est né le 8 mars 1922. Ce mangaka japonais est le fondateur du manga d’horreur et s’est spécialisé dans les histoires de monstres japonais, les yokaï. Son œuvre est empreinte de réalisme magique, du fait qu’il introduit dans ses histoires une partie de son vécu. En effet, dans NonNonBâ, prix du meilleur album en 2007 à Angoulême, il nous raconte comment lui est venue l’envie d’écrire sur les yokaï. Dans son enfance, ses parents ont accueilli une vieille dame chez eux et elle s’amusait à effrayer le petit Shigeru avec ses histoires de monstres. Lorsque la 2nde Guerre mondiale éclate, Shigeru Mizuki est enrôlé dans l’armée impériale japonaise. Il est envoyé en Nouvelle-Guinée où il vit avec les bombardements, la famine et la maladie qui lui fait perdre son bras gauche. Opération mort, récompensé à Angoulême en 2009 par le prix Patrimoine, est une illustration de ce qu’il a vécu en Nouvelle-Guinée. Il est aussi l’auteur d’un dictionnaire des yokaï en deux volumes tout comme Mon copain le Kappa, et enfin, de Kitaro le repoussant. On peut aussi voir un parallèle avec Shigeru Mizuki, dans cette série, puisque le héros a perdu son œil gauche. Rappelons d’ailleurs, que l’auteur, après avoir perdu son bras maître a du réapprendre à dessiner de la main droite !

Kitaro est une série qui est toujours en cours de production, au Japon, elle en est déjà au douzième volume. Cependant, ce personnage créé en 1959 n’a pas fait ses premiers pas dans le manga mais à travers les kamishibai, les théâtres de papier. Puis, progressivement, Kitaro est apparu dans les magazines. Aujourd’hui ses aventures sont regroupées dans des volumes mais sont aussi adaptées au cinéma, sur le petit écran et dans les jeux vidéos.


Kitaro est un véritable phénomène !


kitaro-02.jpg
Mais qui est Kitaro ?


Ce personnage est présenté comme un être mi-humain mi-yokaï. Il est l’enfant de deux morts-vivants qui finissent en poussière. Kitaro naîtra de leur tombe, sans défense. Il sera accueilli par une famille d’humains mais fuira par la suite ce milieu qui n’est pas le sien.


gegege-asahi.jpgKitaro est souvent sur les routes et vient en aide aux humains qui subissent les malédictions des méchants yokaï. Il est accompagné d’un œil à pattes qui n’est autre qu’un morceau survivant de son père et de tous les insectes repoussants possibles qui chantent à la gloire de Kitaro. En effet, Kitaro sauve toujours les humains et gagne contre les mauvais yokaï. Toutefois, il ne fat pas croire que Kitaro est un gentil petit enfant-yokaï qui règle les problèmes en discutant. Cet enfant est un être machiavélique et très dérangeant qui punit à la hauteur du crime commis. D’une certaine manière il agit comme un enfant, il a une vision très manichéenne et ne se rend pas forcément compte de ses actes puisqu’il agit pour le bien des humains.

La dernière aventure de ce tome est très intéressante. Kitaro s’en va combattre des yokaï occidentaux accompagné d’amis yokaï japonais. Il va donc affronter des loups-garous, des vampires, des sorcières, Frankenstein et le Croque-mitaine. Cette confrontation permet de mieux comprendre ce que sont les yokaï et de nous montrer que cet univers ne nous est pas si inconnu.

J’ai trouvé que Kitaro est un manga très surprenant et dérangeant. L’atmosphère est comme le titre, repoussante et le dessin s’allie à merveille à cette idée. Shigeru travaille beaucoup sur la disposition des cases et les détails ce qui donne lieu à une œuvre très riche et donc très noire. Ce qui est aussi surprenant, et surtout après avoir vu le générique du dessin animé, c’est que les personnages ont un physique assez hors du commun, risible, alors que les thèmes abordés et la façon dont ils sont abordés sont plutôt dérangeants et ne laissent pas impassibles.


Selon moi, pour lire Kitaro, il faut être bien accroché car nous, petits Occidentaux que nous sommes, ne sommes pas forcément habitués à cet univers et à cette façon de voir les choses. Cependant, il ne faut pas oublier que c’est une fiction et que finalement, cela pourrait être intéressant de lire la suite car on s’attache quand même un peu au personnage et à l’atmosphère…

Nathalie F., 2e année BIB

Partager cet article

Repost 0
Published by Nathalie F. - dans manga - manhwa - manhua
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives