Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 07:00

chroniques-loiseau-ressort-haruki-murakami-L-1.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MURAKAMI Haruki
Chroniques de l’oiseau à ressort

Traduit du japonais

par Corinne Atlan avec Karine Chesnau
Seuil, 2001


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis la brebis galeuse du monde littéraire nippon. Ils me reprochent mon style, trop différent des canons classiques. J'ai quitté le Japon en partie à cause de cela, pour être moi-même. Je suis japonais, j'écris dans cette langue et mes romans se déroulent le plus souvent dans ce pays. Mais je reste un individu. Je ne suis ni occidentalisé ni traditionaliste ; juste un homme libre.
        Haruki Murakami


Né le 12 janvier 1949 à Kyoto, Haruki Murakami est fils d'un professeur de littérature japonaise. Dés son plus eune âge, il se passionne pour la littérature et le théâtre et se spécialise dans l'étude de la tragédie grecque.


" J'étais enfant unique et je m'étais créé un monde à part, plein de livres, de musique et des conversations avec mes chats. Mes livres préférés étaient toujours les plus gros, écrits par des géants comme Dostoïevski, Tolstoï, Dickens ou Balzac, car leur épaisseur était la promesse d'un long voyage. "

Haruki Murakami reste un passionné des chats, ses seuls véritables amis pendant une enfance solitaire ; une amitié qui explique la présence invariable de cet animal dans ses livres. Avant de se consacrer totalement à l’écriture, il ouvre un club de jazz à Tokyo. Il rencontre le succès dès son premier roman paru au Japon en 1979, Écoute le chant du vent pour lequel il reçoit le prix Gunzo.


Ne supportant pas le conformisme de la société nippone, il s'expatrie en Europe, puis aux Etats-Unis où il enseigne la littérature japonaise à l'université de Princeton. Il revient au Japon en 1995. Le tremblement de terre de Kobe et l’attentat dans le métro de Tokyo inspirent le recueil de nouvelles Après le tremblement de terre.



Chroniques de l’oiseau à ressort

 

Tous les romans de Haruki Murakami sont narrés à la première personne. Celui-ci n'est pas une exception. Dès le premier chapitre, le lecteur fait connaissance avec les composants principaux, dont se constituera le récit : un coup de téléphone d’une mystérieuse inconnue, le curieux chant d’un oiseau invisible, la disparition du chat, un jardin abandonné. Tous ces composants, qui nous semblent des histoires séparées se développent au cours du roman et seront réunis à la fin.
   

Le personnage principal, Toru Okada, est un jeune homme qui démissionne  de sa propre initiative,  sans raison  ni perspectives d'avenir. Mais sa vie va se transformer le jour de la disparition de son chat. Toru Okada, sans y penser, involontairement, se retrouve à la croisée des destins de quelques personnages, dont certains existent dans la réalité objective et d`autres dans une  réalité imaginaire ou, pour être plus précis, non identifiée jusqu'à la fin.


Toru Okada devient le centre de gravité des quelques histoires développées parallèlement qui mènent  au cercle central – au puits se trouvant dans le jardin abandonné non loin de sa maison. "Les phénomènes surnaturels, peu clairs apparaissant dans mes romans sont une métaphore", a admis l`auteur. Le puits asséché est bien pour le héros l'occasion de s'isoler du monde extérieur. Un certain refuge, où il est possible de se cacher du flux d'événements non susceptibles d’être expliqués logiquement. A la fin Toru Okada,  passant par l'horreur, trouve la sortie du labyrinthe.
   

Dans les oeuvres de Haruki Murakami, en règle générale, coexistent deux mondes. La caractéristique principale de ses romans est  que l'irréalité ne semble pas le fruit d'e l'magination de l'auteur, mais reste un prolongement naturel de la réalité.


Dans leur grande majorité, les oeuvres de Murakami restent  marquées par l'indicible. Insensiblement se forme le sentiment que l'auteur trace les contours d'un dessin, pour plus tard leur donner une forme, mais en fin de compte ne revient jamais en arrière pour définir précisément ce qu'il a esquissé. Le lecteur n'est
donc pas quitté par la sensation d'un certain inachèvement. Ces fins ouvertes nous donnent l'occasion de deviner nous-mêmes les épilogues de ses oeuvres fascinantes.


Chroniques de l’oiseau à ressort est un livre passionnant. Si vous êtes admirateur de Murakami,   vous allez de nouveau avoir le plaisir de plonger  dans ses mondes, promesses de nouveaux bonheurs littéraires. Si vous lisez cet auteur pour la première fois, un consei pratique : ne vous efforcez pas de chercher des explications logiques aux phénomènes mystérieux qui se multiplient  dans le roman.


Chroniques de l’oiseau à ressort mérite votre temps et votre attention.



E.M., A.S. Bib.-Méd.

 

 

MURAKAMI Haruki sur LITTEXPRESS

 

 

murakami-haruki-saules-aveugles.gif

 

 

 

Saules aveugles, femme endormie, article de Claire.

 

 

 

 





Les amants du spoutnik
, article de Julie






L'éléphant s'évapore
: articles de Noémie et de Samantha







Le Passage de la nuit
:
articles d' Anaïs,  Anne-Sophie, Marlène, Chloé, E. M., Virginie.








Kafka sur le rivage
:
articles de Marion, Anthony, P.







La Course au mouton sauvage
: articles de Laura, J., et B.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas 01/05/2010 22:48


J'avais beaucoup aimé kafka sur le rivage. Ce billet me donne vraiment envie de me plonger dans ce texte, malgré le fait que ce soit une belle brique!


Recherche

Archives