Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 21:00










Muriel BARBERY
L'Élégance du hérisson

Gallimard, collection Blanche, 2006
Folio, 2009


   












L'auteur, Muriel Barbery, née en 1969 à Casablanca, est agrégée de philosophie. Elle vit à Tokyo, au Japon, pays qui la fait rêver. La philosophie et le Japon sont deux thèmes principaux de l'Elégance du hérisson.

L'Élégance du hérisson, son deuxième roman, a reçu plusieurs prix: Prix Georges Brassens (2006), Prix des Libraires (2007), Prix des bibliothèques pour tous (2007). Le livre a été adapté au cinéma en 2009, sous le nom de « Le Hérisson », avec Josianne Balasko dans le rôle de Renée.

L'histoire

   
Renée est concierge au 7 rue Grenelle, dans un immeuble où vivent des gens riches et le plus souvent, imbus d'eux mêmes. Elle vit seule, n'a qu'une amie, et sous ses airs de concierge revêche et bougonne se cache en réalité une grande culture, et un goût très développé pour la philosophie et l'art. Pourtant, loin de l'afficher clairement au vu et au su de tout le monde, cette culture, Renée la cache, la camoufle, et fait tout pour que les personnes qui l'entourent ne s'aperçoivent pas de sa particularité.

Le deuxième personnage principal est Paloma. Paloma est une petite fille de douze ans, qui vit dans le même immeuble que Renée. Malgré son jeune âge, elle est très intelligente, ce qu'elle cache pour avoir la paix dit-elle, et sait que « la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie ». Elle a une vision très noire de la vie et de l'âge adulte, et dès le début, elle exprime son désir de se suicider le jour de son anniversaire. Elle nous fait part, tout au long du roman, de « pensées profondes » qui alimentent sa réflexion sur le monde qui l'entoure, pensées profondes qui font évoluer et progresser son jugement mais il semble que rien ne pourrait la faire revenir sur sa décision...
   
Le troisième personnage, que l'on voit successivement à travers les yeux de Renée et ceux de Paloma est M. Ozu, un Japonnais, qui vient emménager au 7 rue Grenelle. Paloma et lui se lient d'amitié, car la jeune fille est passionnée par le Japon, et apprécie particulièrement qu'un adulte la prenne au sérieux et lui parle comme à une grande personne.

Quant à Renée, d'abord attirée et intéressée par lui, parce qu'il porte le nom d'un de ses réalisateurs favoris et qu'elle aussi apprécie la culture japonaise, elle se trouve très vite mal à l'aise en sa présence, car elle a conscience qu'il pourrait se rendre compte de qui elle est vraiment. En effet, grâce à de petits détails qui peuvent paraître insignifiants, M. Ozu se rend compte que Renée n'est pas comme elle le laisse à penser à tout un chacun. Avec Paloma, ils se feront donc un devoir de réussir à comprendre qui est la femme qui se cache sous les airs de la concierge.

Mon avis

J'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai trouvé d'une délicatesse particulière. Les personnages principaux sont singuliers, que ce soit la concierge passionnée par la philosophie ou la petite fille qui a déjà une vision désenchantée de monde et qui souhaite se suicider.
   
J'ai apprécié la narration alternée entre Renée et Paloma. Cela nous permet de mieux comprendre l'une et l'autre, d'entrer dans leur monde, leur univers, leur ressenti, et, dans un sens, de s'approprier leur histoire pour la rendre réelle. J'ai trouvé intéressant que l'on apprenne en premier lieu à connaître les deux personnages féminins chacune de son côté, sans que leurs histoires se croisent réellement : on attend leur rencontre avec impatience, et on imagine ce qu'elle pourrait être, car elles sont toutes les deux totalement atypiques ; malgré leur différence d'âge et de milieu social, elles ont plus de points communs qu'elles ne pourraient le croire. L'élément déclencheur, M. Ozu, va bouleverser leur vie. Petit à petit, « l'enquête » que mène ce dernier et Paloma sur la concierge va nous faire entrevoir ce qui a pu se passer dans la vie de celle ci pour la rendre aussi méfiante et aussi distante envers les autres, et plus particulièrement le monde qui l'entoure, c'est-à-dire les riches qui vivent dans l'immeuble où elle travaille. Elle les trouve, à quelques rares exception près, prétentieux, arrogants et à cause de leur inculture, indignes de leurs conditions de vie.
   
Ce qui m'a plu, au final, dans ce roman, c'est de voir l'évolution de ces personnages, qui s'ouvrent doucement, à la fois aux autres, mais aussi à nous.


Lena, 1ère année Édition/Librairie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives