Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 07:00

Murielle-Szac-Victor-Hugo-ceux-qui.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Murielle SZAC
Victor Hugo : « Non à la peine de mort »
Actes Sud Junior
Collection « Ceux qui ont dit NON »




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 « Depuis toujours, il y a dans le monde des hommes et des femmes qui ont su dire NON à ce qui leur paraissait inacceptable.»                                                                                              

Actes Sud Junior

 






Livre commandé par Actes Sud Junior, pour la collection « Ceux qui ont dit NON », Victor Hugo : « Non à la peine de mort » a été écrit par Murielle Szac car ses écrits sont reconnus pour avoir une trame politique ou sociale. Elle mêle engagement et  écriture, et effectue un travail de recherche sans égal pour parler avec véracité de ses sujets. C’est à elle que revient la tâche de diriger la collection.

 Elle a également été choisie par la maison d’édition parce qu’elle est passionnée de Victor Hugo et de ses œuvres, à l’instar des autres auteurs de la collection qui vouent tous une admiration pour leurs écrivains/personnages. En effet, chaque livre met en scène les personnages sous forme romanesque, ainsi Victor Hugo, Rosa Parks, Victor Jara et bien d’autres deviennent les héros de cette collection hors norme.

 « Ceux qui ont dit NON » est une collection destinée à éveiller et ouvrir l’esprit critique des jeunes adolescents en leur montrant des figures fortes de l’histoire qui ont su se battre pour leurs convictions. La forme originale du livre, écrit sous forme de récit simple, permet de rendre l’œuvre accessible à tout le monde. Chaque livre est composé du récit à proprement parler, d’un dossier documentaire et d’un support photo. Grâce au dossier documentaire, elle leur montre aussi que le combat n’est pas terminé et qu’eux aussi doivent se lever et dire NON.

Entre imaginaire et réalité, Murielle Szac raconte la vie de Victor Hugo et de ce qui l’a poussé à se lever et dire NON à la peine de mort. Aussi, au fil de la lecture, suivons-nous un Victor enfant, adolescent, adulte mais aussi mari, amant, père et grand-père.  Nous découvrons le combat et l’exil d’un homme qui s’est battu pour ses idéaux. L’auteur montre également les arguments que peuvent avoir les partisans de la peine de mort, notamment dans le discours d’un homme de lettres venu écouter les dernières lignes écrites par Victor Hugo :

« – Mon ami, vous jouez sur la corde sensible, vous cherchez à nous émouvoir. Et certes vous y parvenez assez bien. Mais cela masque le peu d’arguments de fond que vous pouvez opposer à la peine de mort. Tout de même, un assassin est un être nuisible et dangereux. La société a le devoir, d’une part de s’en préserver, afin d’éviter qu’il récidive, et d’autre part de le punir. J’ajouterais que ces exécutions publiques ont valeur d’exemple, et servent aussi à dissuader de futurs assassins de basculer dans le crime.

En entendant ces mots, Adèle ne put réprimer un petit sourire. Elle savait bien que son Victor n’attendait que cela. Les arguments de la peine de mort, il les connaissait par cœur, et pouvait tous les réfuter. »

 

 

Victor-Hugo-pendu.jpgPortrait de pendu peint par Victor Hugo

 

 

Le dossier documentaire met en scène les autres hommes ou femmes qui, à travers les âges, se sont battus dans le même but. Ainsi, de 1776 au XXIe siècle, des voix du monde entier se sont élevées contre la peine de mort. Parmi les plus célèbres, on trouve Jean Jaurès, Albert Camus, Arthur Koestler et bien sûr le ministre de la justice sous Mitterrand, Robert Badinter  qui fît voter la loi de l’abolition de la peine de mort le 17 septembre 1981. Cependant des voix inconnues se sont aussi fait entendre, comme celle de  Colette Berthès,  Sœur Hélène Préjean ou  Michel Taube qui fonda l’association « Ensemble contre la peine de mort ». Elles montrent qu’il n’est pas nécessaire d’être écrivain, journaliste ou même ministre pour lutter et faire respecter les droits inaliénables de chacun.

 « Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux. »
Préface du Dernier jour d’un condamné.

 

 

Marlene Demen, 1ère année édition-librairie

Partager cet article

Repost 0
Published by Marlene - dans jeunesse
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives