Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 07:00

Klioutchareva-Un-train-nomme-russie.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Natalia KLIOUTCHAREVA
Un train nommé Russie
Traduction Joelle Roche-Parfenov
Editions Actes Sud, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant d’être employée dans un service de presse à Moscou, Natalia Klioutchareva a été longtemps journaliste pour la télévision. Cela explique sûrement en partie le côté critique envers la société russe qui ressort d’Un train nommé Russie. C’est grâce à un recueil de poésies, Belie Pionneri, que sa carrière d’auteure débute. Elle écrit par la suite de nombreuses nouvelles, ce qui lui fera remporter le prestigieux prix Youri Kazakov. Mais c’est la parution dans la revue Novi Mir d’Un train nommé Russie qui lui vaudra une forte reconnaissance.

Ce roman raconte l’histoire de Nikita, jeune héros d’un voyage initiatique à travers la Russie à la recherche de son histoire, de l’histoire de la Russie. Il fuit en train un amour perdu, il fuit sa vie passée, et finira par se lancer à corps perdu dans une révolution poétique et lyrique. Le récit est parsemé de portraits extravagants, tristes, et de souvenirs des moments que Nikita a pu passer avec sa belle lassia. C’est donc un livre empreint d’une forte mélancolie, mais dont le fil conducteur reste l’espoir, l’espoir d’un avenir meilleur pour la Russie, l’espoir pour Nikita de retrouver Iassia, et l’espoir à chacune de ses rencontres de profiter d’un avenir meilleur. Le portrait qui nous est d’ailleurs fait de la Russie est celui d’un peuple très uni et très fier, dont vous aurez l’impression de faire partie en lisant ce livre tant l’histoire est teintée des valeurs et de la fierté russes.

C’est dans un style simple, mais vif et très poétique, aux limites du fantastique, que Natalia Klioutchareva nous dépeint la Russie, ses errances et témoigne de sa colère face à l’immobilisme de certaines parties du grand peuple russe, ainsi que du poids énorme de l’histoire sur les mentalités.

Natalia Klioutchareva fait d’ores et déjà partie de la nouvelle génération d’auteurs russes capables de redonner à cette littérature toutes ses lettres de noblesse.

F. M., 1ère année Éd.-Lib.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives