Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 07:00

Hawthorne La Lettre écarlate

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nathaniel HAWTHORNE
La Lettre écarlate
The Scarlet Letter
Première publication en 1850
Traduction Marie Canavaggia
Edition Folio classique, 2009
 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nathaniel Hawthorne est né le 4 juillet 1804 à Salem dans le Massachusetts. Après ses études à Brunswick dans le Maine, il retourne à Salem où il souhaite vivre de sa plume. Il écrira pendant quelques années des contes et des nouvelles d’inspiration gothique. C’est en 1850 qu’il publie The Scarlett Letter (La Lettre écarlate). Par la suite en 1853, il devient consul des États-Unis à Liverpool en Angleterre puis finit par revenir dans son pays d’origine dans les années 60 où il tombe malade et meurt en 1864 à Plymouth.
 
Les origines de Hawthorne et l’histoire de sa famille ont joué un rôle important dans ses œuvres et l’ont beaucoup inspiré. En effet, Nathaniel Hawthorne a des ancêtres assez violents. Son arrière-arrière-grand-père par exemple, William Hathorne, avait ordonné que Anne Coleman et quatre autres personnes soient battues dans les rues de Salem car elles n’avaient pas la même religion que lui. C’étaient des Quarks, ce que l’on pourrait traduire aujourd’hui pas la « société des amis » et qui est une branche de la religion chrétienne.  Cet événement est un peu paradoxal, puisqu’à cette époque, les États-Unis étaient vus comme le pays de la liberté de religion.

Ensuite, son arrière-grand-père, John Hathorne, présida le procès des sorcières de Salem vers 1692 ; la ville reste d’ailleurs très célèbre pour cela encore aujourd’hui. De mai à octobre 1692, une série d’enquêtes fut réalisée et aboutit à  la persécution de dix-neuf supposées sorcières qui furent pendues ; beaucoup d’autres furent emprisonnées. Cela explique donc pourquoi le thème des sorcières est assez récurrent dans l’œuvre, quoique souvent abordé de manière assez sobre.

Enfin, Hawthorne fut fortement influencé par sa famille qui était très puritaine, pour écrire La Lettre écarlate. Mais il croyait également en l’existence du diable, de Satan que l’on retrouve dans l’œuvre, et il croyait aussi à la prédestination.

Un thème capital de l’œuvre reste quand même le Puritanisme, que l’on pourrait décrire rapidement comme une réforme religieuse du XVIe et XVIIe siècles qui cherchait à purifier l’église anglaise. Branche du protestantisme, le Puritanisme est caractérisé entre autre par une ferme et intense morale, des principes religieux forts, une importante relation avec Dieu et  une place capitale de la prière.



Œuvres

  • Fanshawe (1828)
  • Mosses from an Old Manse (1846)
  • The Scarlet Letter (1850)
  • The House of Seven Gables (1851)
  • The Snow-Image (1851)
  • The Blithedale Romance (1852)
  • Life of Franklin Pierce (1852)
  • The Marble Faun (1860)

 


Résumé
 
L’histoire se déroule en Nouvelle-Angleterre, (terme qui englobait à l’époque les états du Nord-Est des États-Unis) et plus précisément à Boston, capitale du Massachusetts.

On va suivre le personnage d’Hester Prynne, jeune épouse qui vient d’arriver dans la région et a mis au monde une petite fille. Mais on apprend en fait que cette femme a commis un crime fortement réprimé à l’époque : l’adultère. L’enfant qu’elle vient d’avoir n’est pas celui de son mari, ce dernier n’étant pas arrivé en même temps qu’elle à Boston. Hester se voit donc jugée pour son crime devant toute la ville. Elle est mise au pilori sur la place du marché et obligée de porter sur son vêtement au niveau de la poitrine une lettre rouge : A pour adultère. Placée ainsi sur l’estrade son enfant dans les bras, elle refuse de donner l’identité de son amant, ou de son mari, qu’elle peut apercevoir dans la foule, qui vient tout juste d’arriver. Elle est ensuite placée pendant quelque temps en prison, où son mari passe la voir pour lui demander de garder son identité secrète et pour lui dire qu’il trouvera celui avec qui elle l’a trompé. Les années passent, Hester réussit à sortir de prison mais elle est mise au ban de la société, certains la méprisent, la maltraitent, mais la plupart l’évitent, ne lui adressent jamais la parole et la regardent de travers. Hester prend tout cela avec beaucoup d’humilité et tente d’élever sa petite fille au mieux en même temps qu’elle essaie de racheter sa faute en aidant la communauté. Dans la suite de l’histoire, Hester va tenter de quitter les États-Unis avec son amant, mais ses espoirs tomberont vite à l’eau et elle quittera le pays avec sa fille avant d’y revenir seule pour finir sa vie dans la ville où elle a tant souffert. Pour sa fille, le narrateur nous fait comprendre, que après tout ce qu’elle a traversé avec sa mère, elle est promise à une belle existence en Angleterre.

 

 

Les personnages

 

Hester Prynne
 
Tout au long, du roman, c’est un personnage qui fait preuve de beaucoup de courage face à la situation ; jamais elle ne va perdre espoir ou se rebeller, elle reste calme et silencieuse face aux autres et à la lettre écarlate qui font de sa vie un enfer. C’est une héroïne assez moderne pour son époque et contrairement aux autres personnages fictifs que l’on trouve au XIXe siècle (on pense notamment à Anna Karénine et Emma Bovary), Hester ne se suicide pas et transforme ce A qu’elle est obligée de porter en une véritable œuvre d’art, une broderie, qui finit par perdre son sens initial.

 
Le docteur, mari d’Hester, Roger Chillingworth
 
Le personnage nous est présenté d’abord dans la foule devant le pilori, c’est un homme assez mystérieux, on ne sait pas beaucoup de choses sur lui. Il est âgé et va être rongé par la vengeance puisque très vite il découvre qui est l’amant de sa femme et va donc tout mettre en place pour se venger de lui, il va se rapprocher de l’amant qui est le pasteur et il va lui faire prendre toutes sortes de médicaments, ce qui va être une des causes de sa mort. Les habitants, en revanche, ne sauront jamais sa véritable identité ; il reste donc un peu un personnage dans l’ombre.

 
Le pasteur, l’amant d’Hester, Arthur Dimmesdale
 
C’est pour moi, un personnage plutôt lâche qui laisse Hester se faire punir seule et qui n’avouera jamais réellement que c’était lui l’amant. C’est seulement au moment de sa mort, lorsqu’il va demander à Hester et sa fille de venir à son chevet, que les habitants vont se poser des questions mais ils ne chercheront jamais vraiment à en savoir davantage. Le pasteur a toujours été un personnage très apprécié dans toute la ville et surtout reconnu. Mais il va passer le reste de sa vie à être rongé par les remords et c’est d’ailleurs l’autre raison qui a causé sa mort. On apprend également de manière assez floue que le pasteur aurait lui aussi une lettre écarlate sur sa poitrine ce qui pourrait expliquer pourquoi tout au long de l’œuvre il est toujours décrit avec la main sur le cœur.

 
La fille d’Hester, Pearl

Elle n’est jamais vraiment décrite comme une petite fille ; le narrateur ne cesse de lui donner des surnoms tels que : « l’enfant-lutin », « l’enfant de Satan » ou encore « l’enfant du péché ». Elle a un caractère très particulier, a du mal à donner de l’affection à sa mère et est toujours un peu dans la lune. Le narrateur la décrit même à un moment comme un animal sauvage.

La nature est un autre thème récurrent dans l’œuvre ; elles habitent à la lisière de la forêt et plusieurs scènes de rencontre ont lieu également dans la forêt.

Enfin, le narrateur perçoit aussi Pearl comme quelqu’un qui a sauvé sa mère ; elle lui est en effet bénéfique, elle arrive à l’aider à supporter tout cela.
 


Pour terminer, je dirai que ce livre est un classique de la littérature américaine, étudié constamment dans les lycées américains au même titre que d’autres œuvres classiques tels que L’Attrape-cœurs de Salinger ou encore Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee.

Le narrateur nous raconte l’histoire à la manière d’un conte, il s’adresse au lecteur à plusieurs reprises. Il permet au lecteur d’avoir toutes les cartes en main pour se faire son propre jugement. Et comme dans tout conte, le narrateur nous délivre même une morale : « Soyez sincère ! Soyez sincère ! Soyez sincère ! Laissez voir au monde, sinon ce qu’il y a de pire en vous, tout au moins certains traits qui peuvent laisser supposer ce pire. » (page289).

Enfin, je pense que si c’est un classique c’est aussi parce que l’histoire reste quand même très actuelle, en dehors du contexte historique ; c’est tout simplement l’histoire d’une personne mise à l’écart de la société et rejetée à cause de son passé. 


Estelle, 1ère année édition-librairie

 

 

Nathaniel HAWTHORNE sur LITTEXPRESS

 

Nathaniel Hawthorne Le Hall de l'imagination

 

 

 

 

 Article de Laëtitia sur Le Hall de l'imagination.

 

 

 

 

 

 

Hawthorne La Lettre écarlate

 

 

 

 

Article de Cynthia sur La Lettre écarlate.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives