Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:00

Hawthorne-La-Lettre-ecarlate.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nathaniel HAWTHORNE

La Lettre écarlate

GF 1997

Edition Folio classique, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots sur l’auteur

 

John Hathorn, son père, était le fils d'un des juges qui avaient participé aux procès des sorcières de Salem ; c'est pourquoi Nathaniel changea son nom en Hawthorne. Il fut élevé par sa mère loin du monde. La Lettre écarlate est le premier de ses romans qui eut du succès et cela lui permit de vivre de sa plume dès 1850. Le jeune Hawthorne rencontra alors Herman Melville plus jeune que lui de quelques années. Ils échangèrent beaucoup de lettres et Melville lui a d’ailleurs dédié Moby Dick.

 


Résumé de l’œuvre

 
La Lettre écarlate relate l’histoire de Hester Prynne, une jeune femme qui vit dans une communauté puritaine. Le roman s’étend sur sept années de 1842 à 1849. Cette femme est condamnée à porter la lettre A, qui signifie adultère, sur sa poitrine. Elle est accusée d’avoir péché avec un homme de son village et d’avoir gardé leur enfant. Hester Prynne taira le nom de cet homme. Le jour où sa honte est exposée au grand jour devant toute la communauté, elle croise les yeux de son mari dans la foule. Cet homme l’avait abandonnée depuis quelques années afin d’aller vivre avec les Indiens au nom de la science. Il va donc décider de se venger de sa femme. Il se fera appeler Roger Chillingworth et se mettra en quête du père de cet enfant illégitime. Il va découvrir par intuition et observation que le pécheur n’est autre que le jeune révérend Arthur Dimmesdale. Le mari de Hester va donc emménager
en tant que médecin chez le pasteur, dont la santé est fragile. Roger Chillingworth va le torturer en l’empoisonnant afin qu’il paye lui aussi pour le péché qu’il à commis.

 

 

Description des personnages principaux

 

Hester Prynne est une jeune femme courageuse ; le narrateur évoque souvent « son incroyable énergie combative » qui lui a permis de transformer son châtiment en triomphe. Elle n’attend plus rien et ne veut plus rien de l’être humain.


 Néanmoins son dévouement pour les pauvres et les personnes seules va lui permettre de se racheter aux yeux de sa communauté. A la fin du roman, ils finiront par dire que le A sur sa poitrine signifie « ange ». Elle est également très bonne couturière ; elle exercera son talent pour les habitants.


Pearl est la fille de Hester ; son prénom évoque bien sa beauté  dont il est question dans le roman. Sa mère l’habille avec soin et extravagance, ce qui accentue sa beauté. Elle est également qualifiée d’enfant lutin ou enfant démon car elle est capricieuse, dénuée de sentiments et ne montre aucune marque d’affection. En contre-partie Pearl est plus intelligente que les enfants de son âge.
Souvent être vêtue de rouge, elle va devenir la matérialisation de la lettre écarlate ; en effet, elle est aussi belle.


Arthur Dimmesdale est un jeune pasteur adulé de tous, autant de ses pairs que de ses paroissiens. Il est décrit comme le plus saint des hommes. Les mots qui sortent de sa bouche lors de ses sermons descendraient de Dieu lui-même. Il a également la particularité d’attirer la sympathie des jeunes pucelles de sa paroisse qui lui vouent une adoration sans nom.


Roger Chillingworth est le mari de Hester ; c’est un homme savant qui connaît aussi bien la médecine traditionnelle que celle des Indiens. Seulement, son exil chez les Indiens a fait surgir en lui un instinct presque animal. Il est devenu sauvage et cruel.

 

 

Thèmes du roman


Le puritanisme est abordé sous l'angle de la satire sociale. Il entrave toutes les libertés individuelles. Il constitue, dans cette société, une toile d’araignée qui étouffe ses habitants mais s’étend également hors de la colonie chez les Indiens. De plus, la description des dirigeants de la colonie est évocatrice de leur hypocrisie. En effet, ils se placent au dessus des hommes et à aucun moment ne se remettent en question. Ils veulent simplement garder une hiérarchie et un équilibre dans la colonie. Le seul péché de Hester est d’avoir gardé cette enfant, car sans une preuve de sa faute elle n’aurait jamais porté la lettre écarlate.

Le Wild est présent à chaque moment du roman. Pearl est d’ailleurs souvent évoquée comme la personnification de la nature. Cette nature est une protection et une échappatoire, par exemple lorsque le pasteur, Hester et Pearl organisent leur fuite et laissent tomber le masque qu’ils arborent en public. Mais cette nature est aussi lieu de transgression et mère de tous les secrets comme lorsque les sorcières se réunissent dans la forêt.


L’adultère est montré comme la faute la plus grave, celle de la femme faible. Cependant nous comprenons bien dans le roman que, lors des confessions, des choses plus graves que le péché de Hester sont évoquées. Hester va donner l’exemple aux femmes de la colonie de ce qu'il ne faut pas faire.


La couleur rouge est très présente. Elle se trouve sur la lettre de Hester mais également sur les robes de Pearl ainsi que sur la poitrine du pasteur. Cette couleur qui évoque le sang et le mal est aussi assimilée à la beauté.


La Lettre écarlate est aussi un roman historique car il montre l’organisation d’une colonie. Il évoque les prémices de la chasse aux sorcières et l’évangélisation des Indiens.


C’est également un roman sur l’art car Hester est une artiste et toutes ses créations sont des œuvres d’art. Les robes de Pearl sont décrites comme magnifiques et la lettre écarlate de Hester est évoquée comme une œuvre à part entière faite avec minutie et ornée de fil d’or.

 

 

Conclusion

La Lettre écarlate se prête à plusieurs lectures : c'est une satire de la société puritaine mais il ne faut pas confondre la voix du narrateur et celle de Hawthorne car il est lui-même issu d’une éducation puritaine. Ce texte est toujours d’actualité car de nos jours, l'adultère  est plus souvent évoqué comme une trahison quand c'est une femme qui le commet que quand c'est un homme. C’est un roman assez difficile à lire car les faits ne sont pas clairement énoncés par le narrateur ; toute la trame est mise en place par suggestion et fait appel à l'intuition ; néanmoins il comporte tous les thèmes des premiers romans américains.

 

Cynthia, 1ère année Ed.-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives