Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 07:00
Nicolas-Bouvier-Journal-d-Aran.gif












Nicolas BOUVIER
Journal d’Aran et d’autres lieux

Payot, 1990
rééd. Petite Bibliothèque Payot, 2008













L’auteur   

Nicolas Bouvier, photographe, journaliste et écrivain, est né en 1929 en Suisse. Ses premiers pas se font dans les livres et atlas ; le goût de la lecture lui vient tôt (père bibliothécaire). Il préfère lles routes aux études universitaires  et effectue son premier voyage à l’âge de 17 ans en Norvège. En 1948, il est envoyé en reportage en Finlande par le journal La Tribune de Genève

En 1953, il effectue l’un des ses  grands voyages avec son ami artiste peintre Thierry Vernet de la Yougoslavie à l'Afghanistan, aventure qui donnera naissance à L’Usage du monde.

Il meurt en 1998 des suites d’un cancer.

Considéré comme un « écrivain voyageur », il a toujours préféré se donner l’étiquette de « voyageur voyeur ».



L’œuvre

Un voyage au cœur de la nature.


Le voyage de Bouvier aux îles d’Aran (situées à l’Ouest de l’Irlande) date de  février 1985.  Le lecteur atterrit dans le récit à Clon-mac-noïse, en pleine description de l’environnement qui semble remplir le rôle d’accueil. Le narrateur s’est fondu dans le paysage, passif, subissant, obéissant à Dame Nature, maîtresse des lieux : « la route, elle aussi étroite, bleue, brillante de glace, tourne sans rime ni raison là où elle pourrait filer droit […]. Elle n’en fait qu’à sa tête.» Elle domine le récit, omniprésente dans la contemplation de Bouvier.  Ce voyage est un retour aux sources déstabilisant pour revenir plus fort, sorte de purification par l’air rude irlandais. Nous sommes plongés dans cette atmosphère rafraîchissante, balayés par le vent et la pluie.

Bouvier va tout de même réussir à percer l’âme de ces îles à travers ses rencontres, celles de ses hôtes au caractère similaire au pays, qui s’étonneront toujours de sa présence à ce moment de l’année. Une petite méfiance sympathique va s’installer entre eux, qui cédera progressivement la place à l'acceptation.

 

Un « antivoyage »

Bouvier n’a pas choisi cette destination, elle lui a été imposée pour un reportage. Il ne prépare pas son voyage, ne sait pas ce qui l’attend ; comme il le dit,  « on verra bien ». Que fait-il sur ces îles arides et surtout en hiver, en pleine période de tempête ? Le lecteur peut se le demander. Le plus simple pour nous est de suivre sans discuter
Bouvier à travers ses mots. D'accepter de se faire guider, de sceller un pacte de confiance. 

L’intrépide voyageur erre à travers le paysage, tâtonne, part à l’aveuglette à travers la nuit, la tempête, à pied, seul ou accompagné. 

Avec ce texte, le lecteur ne doit pas s’attendre à un récit touristique ou historique, mais à  un voyage truffé d’humour et de poésie. Bouvier nous livre une vision subjective de ce lieu que sont les îles d’Aran.

Bonne lecture, bon voyage.


« On peut s’en aller pour ne pas occuper la niche que déjà la société vous prépare, pour ne pas s’appeler Médor; »

Mathilde, 2e année Bib.-Méd.



Nicolas BOUVIER sur LITTEXPRESS

Nicolas Bouvier Journal d Aran

Article de Fanny sur Journal d'Aran







Nicolas-Bouvier-L-usage-du-monde.gif


Article de Marion sur L'Usage du monde






Nicolas-Bouvier-Le-Poisson-scorpion.gif

Article de Joséphine sur Le Poisson scorpion






Nicolas-Bouvier-L-usage-du-monde.gifNICOLAS-BOUVIER-CHRONIQUE-JAPONAISE.gif



Articles de Nicolas et Mathieu sur L'Usage du monde et Chronique japonaise


itineraire-bouvier.jpg



Article de Charline retraçant l'Itinéraire de Nicolas Bouvier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives