Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 07:00

pascal-garnier-Nul-n-est-a-l-abri-du-succes.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pascal GARNIER
Nul n'est à l'abri du succès
Zulma, 2001, réédition en 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'auteur

Pascal Garnier est un auteur français contemporain, né en 1949 à Paris, qui s'est éteint en 2010 en Ardèche, laissant derrière lui une œuvre littéraire de près de cinquante ouvrages, partagée entre romans noirs et publications pour la jeunesse. Il décide d'écrire assez tardivement, à l'âge de 35 ans, et suite à un essai malheureux dans le monde du rock'n'roll. Auteur infidèle, il commencera à publier chez POL mais finira chez Zulma, en étant passé par Fleuve Noir, Flammarion ou encore Nathan... Nul n'est à l'abri du succès a obtenu le prix du festival « Polar dans la ville » de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2001, année de sa parution.

Mais plutôt que de vous assommer de détails biographiques, je vous conseille de lire la rubrique « Pascal Garnier par lui-même », qui débute ainsi : « D'après mes papiers, je suis né le 4 juillet 1949, à Paris, 14e. Je ne m'en souviens plus, mais admettons. » Elle se trouve sur cette page qui vous donnera également quelques éléments de critique :  http://www.zulma.fr/auteur-pascal-garnier-100.html. Vous pouvez également la retrouver sur cette fiche de lecture-ci :  http://littexpress.over-blog.net/article-pascal-garnier-53495070.html. Quant à cette page-là, elle vous propose un entretien avec l'auteur et une bibliographie :  www.encres-vagabondes.com/rencontre/garnier.htm.



L'histoire

Tout commence par un prologue sous-titré « état des lieux » dans lequel le narrateur, Jean-François Colombier, alias Jeff, nous présente son fils, Damien, son ancienne petite amie, Hélène, et sa femme, Ève. Celle-ci l'a rencontré après une séance de dédicaces car Jeff est un écrivain, brutalement devenu célèbre grâce à son dernier ouvrage, pour lequel il vient de recevoir un prestigieux prix littéraire. Il a très peu de points communs avec son fils, il ne le connaît presque pas, ayant été, durant une grande partie de son enfance, une présence principalement financière. Seuls de petits souvenirs de moments partagés çà et là les relient. Pourtant, pour s'éloigner du flot de célébrité et de reconnaissance qui l'envahit, c'est chez Damien que Jeff trouve refuge.

Après avoir partagé une ligne de cocaïne, ils partent ensemble à Lille car Damien est appelé pour y exercer son devoir de dealer professionnel. La voiture qu'ils empruntent semble étrangement familière à Jeff, et pour cause, père et fils ont un nouveau point commun, Hélène, qui a quitté le premier pour sortir avec le second et à qui appartient ladite voiture. Arrivés à destination, une grande et sombre maison, où se mêlent musique bruyante, alcool et substances illicites, Jeff se perd et rencontre Agathe, une jeune femme au look punk, qui le guide jusqu'à une brasserie dans laquelle elle lui vole son portefeuille. Perdu, sous les effets de la drogue et de l'alcool, il erre dans les rues de Lille, jusqu'à un bar dans lequel il noie un peu plus profondément son désespoir dans l'alcool. Il y passe un coup de fil à un avocat, « un nabot aux bras si courts qu'ils font penser à des ailerons de poulet », que Damien et lui ont rencontré sur la route, Me Billot. Il lui propose de venir chez lui, le reçoit autour d'un cognac et écoute ses mésaventures. Il connaît Agathe, c'est une de ces clientes, il dit à Jeff qu'il va récupérer son portefeuille, en attendant il l'autorise à rester, se resservir un verre et profiter du canapé pour faire un somme.

Lorsque l'écrivain émerge de son cauchemar, une joue en sang sans qu'on en connaisse l'explication, il est face à une vieille dame qui le menace du canon de son flingue. Elle est la mère de Me Billot. Elle apprend à Jeff qu'il n'a pas affaire à un avocat mais à un homme malhonnête qui profite du malheur ou de la malchance des gens pour faire sa fortune, qu'il partage avec elle. Ayant évité la mort par balle de justesse, il se retrouve à danser avec la vieille femme quand le prétendu avocat rentre avec une Agathe rouée de coups. Elle prétend que l'auteur a tenté de la violer, qu'elle s'est débattue et qu'il a perdu son portefeuille dans le feu de l'action. Jeff refuse d'être accusé à tort, repense à l'arme qui a atterri sous l'armoire, va la récupérer et les menace avec. Premier coup de feu. « De fil tordu en aiguille courbe », Agathe et Jeff s'enfuient ensemble de l'appartement. Deuxième coup de feu. Au milieu de la Grand-Place, l'écrivain s'effondre...



L'écriture

Outre ce qui transparaît du résumé (les relations père-fils compliquées, la célébrité soudaine, la drogue, l'alcool...), Pascal Garnier nous parle de la maturité à sa façon. Son « héros » n'arrive pas à grandir, ou plus exactement, à vieillir, il veut rester jeune, et relativement insouciant, à tout prix. Ce voyage avec son fils, c'est une quête de sa jeunesse, durant laquelle il comprend finalement qu'il doit en faire son deuil. Elle se transforme alors en réflexion sur la brièveté de la vie et l'imminence de la mort qui pourtant semble ne jamais vouloir arriver... Du moins, jamais quand ni là où on l'attend.

Pascal Garnier nous fait naviguer dans des atmosphères diverses avec une déconcertante facilité : où qu'il nous amène, on a l'impression d'y être. Il ponctue son roman de petites touches acerbes, de remarques désobligeantes que le second degré nous permet de prendre avec le sourire. Loin d'embellir la société, il en souligne les défauts, sans pour autant nous les présenter comme des problèmes : ce ne sont que des réalités, des banalités...

La mise en abyme de son propre métier au travers de Jeff nous dévoile les coulisses du succès, ce que l'on ne soupçonne pas, à savoir, le fait que l'auteur célèbre est un être aussi paumé voire encore plus perdu que n'importe quel quidam... Il n'est pas « à l'abri du succès », il n'est pas à l'abri de quoi que soit et il est rarement épargné au cours du roman. Une tragédie pas si tragique que ça, aux notes grinçantes...


Lola Favreau, 2ème année Édition-Librairie

 

 

Pascal GARNIER sur LITTEXPRESS

 

GARNIER

 

 

 

 

 Article de Benjamin sur l'auteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives