Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 07:00

Patrick-Suskind-Le-parfum.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick SÜSKIND
Le parfum, Histoire d’un meurtrier
Titre original
Das Parfum, die Geschichte eines Mörders
Traduction
Bernard Lortholary
Fayard, 1986
Le livre de poche, 1988
Rééd. 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques informations sur l’auteur

Patrick Süskind est un auteur allemand né le 26 mars 1949 à Ambach. Il étudie l’histoire et la littérature à Munich et à Aix-en-Provence. Il écrit d’abord une pièce de théâtre, La Contrebasse, jouée en 1981 et publié en 1984 en Allemagne. Elle sera ensuite reprise en France, à Paris, avec Jacques Villeret dans le rôle titre.

Le Parfum est son premier roman, édité pour la première fois en 1985, qui connaîtra un succès mondial et aura droit en 2006 à une adaptation cinématographique par Tom Tykwer.



La quatrième de couverture

« Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pu survivre. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n’avait besoin de rien. Or ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bien d’un monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout puissant de l’univers, car "qui maîtrise les odeurs, maîtrise le cœur des hommes". »   



Présentation de personnages importants

Jean-Baptiste Grenouille : c’est donc le personnage principal du roman. Le narrateur nous raconte toutes les étapes de sa vie, de sa naissance à sa mort. Sa caractéristique principale est qu’il est doté d’un odorat extrêmement développé dès sa naissance, il peut distinguer les odeurs les plus imperceptibles pour un nez humain. À ce don s’ajoute une excellente mémoire olfactive qui lui permet de faire des mélanges de parfums dans son esprit. Il ne vit que pour les odeurs et veut créer le plus grand parfum du monde. Ce qui le caractérise aussi c’est qu’il est totalement dépourvu d’émotion, il n’a aucune notion de bien et de mal ; sa seule source de plaisir est son odorat. Malgré cette déficience, il s’accroche tout de même à la vie et il survivra à plusieurs maladies de manière surprenante ; il est d’ailleurs comparé à plusieurs reprises par le narrateur à une tique.



Madame Gaillard : c’est une nourrice qui garde des enfants contre de l’argent. Grenouille va vivre chez elle jusqu’à ses huit ans. C’est une femme qui n’a pas d’odorat, à l’inverse du personnage principal mais cela lui a donné le sens de l’ordre et de la justice. Elle traite donc ses pensionnaires de manière équitable et économise son argent pour pouvoir mourir chez elle. Elle se rend compte que quelque chose cloche chez Grenouille et va finalement se débarrasser de lui en l’envoyant chez un tanneur.



Guiseppe Baldini : un des nombreux parfumeurs de Paris. Il prend Grenouille comme apprenti lorsqu’il découvre son odorat exceptionnel.Comme il ne sait pas lui-même composer des parfums, c’est Grenouille qui va les faire. C’est avec lui que Grenouille va découvrir les différentes techniques de parfumerie.



Antoine Richis : homme riche qui vit à Grasse. Quand un meurtrier en série tue des jeunes filles vierges, il comprend le but du meurtrier sans le connaître ; il semble réfléchir comme un policier en essayant de comprendre les pensées du criminel et sa façon de fonctionner. Il va tout faire pour protéger sa fille.



Au fil du roman on peu constater que toute les personnes qui ont approché Grenouille et se sont servies de lui vont mourir dans d’atroces circonstances. 



L’odorat

C’est le sens qui est présent dans tout le roman via le personnage principal. On retrouve de nombreuses descriptions qui peuvent parfois être longues mais peuvent permettre aux lecteurs de ressentir les mêmes sensations que le personnage principal.

Les odeurs permettent aussi à l’auteur de décrire la société française du XVIIIe siècle qui apparait comme plutôt violente ; en effet, la mort poursuit pratiquement tous les personnages du roman, la mère de Grenouille tente de le tuer dès sa naissance. On nous présente aussi une société relativement pauvre mais dont les personnages semblent se contenter sans chercher à en avoir plus, sauf peut-être Baldini, qui cherche la richesse.

L’utilisation des odeurs permet également de décrire les conditions déplorables d’hygiène de l’époque. Il est dit dans les premières lignes que « tout pue » dans la ville de Paris. Les odeurs que Grenouille perçoit sont des odeurs de sueur qui font naître en lui un profond dégoût pour l’être humain en général.



Avis personnel

J’ai beaucoup aimé ce roman tout d’abord parce que le personnage principal est très intéressant, on peut même finir par s’attacher à Grenouille alors qu’il est décrit comme « monstrueux ». Cet attachement peut naître des nombreuses descriptions olfactives, qui peuvent sembler parfois longues, mais qui donnent l’impression de ressentir soi-même les odeurs. Il y a quelques longueurs mais lorsque le roman vire au roman policier, il retrouve tout son intérêt car nous sommes à la fois du côté du meurtrier et de celui des enquêteurs.


Pauline, 1ère année bib.-méd.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives