Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 07:00

Philippe-Besson-Une-bonne-raison-de-se-tuer.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe BESSON
Une bonne raison de se tuer
Juillard, 2012
10/18, janvier 2013
 








 

 

 

 

 

 

L’auteur

Philippe Besson est un écrivain français né en 1967 en Charente. Il est également critique littéraire et animateur de télévision. Il fut homme d’affaires pendant quelque temps, avant de devenir DRH puis secrétaire-général de l’Institut français d’opinion publique.

Mais c’est en 1999, à la suite de lectures de récits d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale, qu’il se lance dans l’écriture de son premier roman : En l’absence des hommes, qui est publié en 2001. Ce roman reçoit le prix Emmanuel-Roblès. En 2002, il a déjà publié quatre romans et décide de se consacrer entièrement à l’écriture. Chacun de ses romans reçoit de nombreux prix, et l’un d’eux est même adapté au cinéma.

Une bonne raison de se tuer est son douzième roman.

(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Besson)

 

Résumé

Une bonne raison de se tuer aborde, comme son titre l’indique, le thème du suicide. Nous suivons en effet deux personnages à un tournant de leur vie.

Le premier personnage que nous découvrons est Laura, une femme d’une quarantaine d’années, engluée dans la routine de sa vie depuis son divorce et le départ de ses fils, devenus des adultes. Au début du chapitre, elle se réveille, c’est le début de la journée. Et nous apprenons, dès la fin de ce premier chapitre, que la journée qui commence sera la dernière journée de Laura : « Mais cette fois, Laura Parker ne sera pas sauvée : elle a décidé qu’elle serait morte ce soir. »

Le deuxième chapitre concerne Samuel, un homme d’une quarantaine d’années également, vivant seul à Newport Beach, et menant une vie d’artiste depuis son divorce d’avec sa femme. Le chapitre commence également au réveil du personnage, et dès la fin de celui-ci, nous apprenons également le caractère particulier de la journée qui commence : « Paul est son fils. Cet après-midi, à 14h, il doit l’enterrer. »

Le roman se déroule sur toute la durée de la journée, durant laquelle le lecteur suit les deux personnages en alternance.

 

Thèmes abordés

Les thèmes abordés sont ceux qui habitent en général les romans de Philippe Besson, la mort, la nostalgie, l’amour et une sorte de mélancolie qui se transmet au lecteur.

– La mort. Les deux personnages sont directement confrontés à la mort dans le roman, mais de manières très différentes. En effet, alors que Laura se projette vers la mort par sa décision de se suicider, Samuel est lui en position de victime face à la mort de son fils, survenue très tôt et de manière inattendue. Les deux personnages semblent se répondre, puisque, alors que Laura désire se suicider et expose tout au long du roman ses raisons de le faire, Samuel quant à lui est hanté par le suicide de son fils, qu’il ne comprend pas. Le lecteur est donc balloté entre une femme listant ses raisons de se suicider, et un homme plein de questionnements face à la mort prématurée de son fils, qui s’est pendu. Le suicide est le thème central du roman et l’auteur réussit à aborder ce thème des deux points de vue possible : celui de la personne sur le point de se suicider, et celui de la personne confrontée au suicide d’un être cher, suicide qu’elle ne comprend pas.

– La nostalgie. Ici, les deux personnages semblent également se répondre. En effet, Laura est hantée par sa vie passée, par son mariage qui fut heureux et qui est aujourd’hui brisé, et par l’amour de ses fils, aujourd’hui partis vivre leurs vies d’adultes. C’est de cette nostalgie, de ce manque que naît sa volonté de se suicider. Elle veut mettre fin à cette vie de solitude à laquelle elle n’arrive pas à s’adapter. Samuel, quant à lui, est hanté par la mort de son fils, puisque chaque souvenir, chaque trace de Paul dans son appartement lui provoque un choc qui l’enfonce dans ses souvenirs et dans la nostalgie de la vie avec son fils. Il revit chaque moment, en se demandant comment il aurait pu ou dû agir pour éviter la mort de son fils. Il analyse chaque comportement, chaque silence de Paul, pendant lesquels il aurait dû lui parler, et qui l’aurait aidé à le comprendre et à empêcher son suicide.

– L’amour. Évidemment, comme dans chaque roman de Philippe Besson, la vie des personnages est guidée par l’amour qu’ils portent à une personne, ou à plusieurs. Ainsi, Laura est détruite par le désintérêt dont ses fils font preuve, alors qu’elle se rappelle avoir sacrifié sa vie pour les élever et pour les rendre heureux. Samuel est lui détruit par la mort de son fils qu’il aimait tant, malgré le peu de temps qu’ils passaient ensemble. Les deux personnages regrettent la distance qui s’est installée entre eux et leurs enfants, et qui a poussé une des deux parties au suicide, que ce soit par manque de communication ou par manque d’amour et d’intérêt. Les deux personnages sont également unis par l’échec de leurs mariages, qu’ils regrettent tous les deux.



 
Ce roman aborde donc plusieurs thèmes, dont celui qui traverse toute l’œuvre de Philippe Besson : la psychologie humaine. Comme toujours, nous rencontrons des personnages qui se trouvent à un tournant de leur vie, et qui sont donc dans une démarche d’introspection que l’auteur nous expose. Ces deux personnages sont dans une journée de leur vie pendant laquelle leur fragilité est exacerbée, où toutes les questions qu’ils se posent les mèneront à des décisions majeures.


Morgane, AS bib.-méd.

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives