Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 07:00

Spectacle présenté au TNT du 6 au 15 décembre 2011.
Mes-pas-captent-le-vent.jpg
Metteur en scène : Jean-Marie Boucaret
Assistante à la mise en scène et dramaturge : Marie Duret-Pujol
Auteur : Philippe Rousseau
Musique : Manu Deligne

 

 

 

Philippe Rousseau est auteur, comédien, metteur en scène, directeur de la Compagnie Les Taupes Secrètes et professionnel associé de l’Université de Bordeaux 3.


Philippe-Rousseau-Passeport-pour-une-Russie.gif
« Entre carnet et récit de voyage, Mes pas captent le vent présente le périple initiatique d’un homme en Russie, de Moscou au lac Baïkal. La découverte du monde conduit le personnage à la re-connaissance de lui-même. L’invitation au voyage mêle la densité du récit et la vivacité du carnet pour devenir œuvre théâtrale. De Rimbaud à Bashung, l’auteur se place dans une filiation à de nombreux poètes. »

 

Cette pièce, jouée en décembre au TNT de Bordeaux est en fait la traduction scénique du livre de Philippe Rousseau, Passeport pour une Russie, publié aux  éditions Elytis :

« Visas De Moscou au lac Baïkal en passant par Irkoutsk, en avion, en « mâche route », en transsibérien, en bus, en métro ou à pied, Mes pas captent le vent conte le voyage initiatique d'un homme en Russie. Entre vide, vertige et contemplation, le narrateur hésite, doute, rencontre, reçoit. Il marche. Que cherche-t-il ? Quels sont ses manques ? Où ses pas le mèneront-ils ? Jehanne ? Esprit et corps grands ouverts, il avance... »

 

Dans ce spectacle hypnotique, point de décor. Pas de superflu. Juste lui, Philippe Rousseau et un guitariste, Manu Deligne. Les piliers et la froideur de la salle du TNT, nous les oublions dès les premiers mots. Une meringue, la neige, la douceur et la découverte.

Il n’y a rien et pourtant on voit, on sent, on est transporté.

Philippe Rousseau grâce à ses mots, à ses vers et à la présence de son corps nous fait voyager en Russie. On le rejoint sur le lac Baïkal lorsqu’il s’est perdu. On sourit des découvertes qu’il fait, de son cheminement à travers ce pays si différent du nôtre.

Le Transsibérien nous semble familier, on sent l’homme qui pue et le froid mordant nous surprend.

La guitare et la voix ne font qu’un, on regarde partout même s’il n’y a rien. On retient sa respiration puis on relâche la tension.

Le texte de Philippe Rousseau est beau, poétique, d’une grande qualité et parsemé de références à Blaise Cendrars.

Il me semble qu’avoir lu le livre (richement illustré des photos de l’auteur) avant de voir la pièce aide à voir les choses et les lieux. Sur le moment, la pièce ne m’a pas vraiment marquée, elle m’a menée vers ces contrées inconnues. C’est après que j’ai pris conscience de ce qui s’était passé, de cette sensibilité et de cette force que Philippe Rousseau avait transmises à son public.


Julie, AS Éd.-Lib.


Vidéo des répétitions du spectacle
 http://www.tsaa.fr/spip.php?article127

 

 

Rencontre avec Philippe Rousseau dans le cadre d'une présentation de la collection « Passeport pour » des Éditions Élytis.

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Julie - dans théâtre
commenter cet article

commentaires

Rousseau 15/08/2012 13:38

Bonjour, découvre un peu par hasard votre critique sur votre blog. Heureux de vous avoir lu. merci. Philippe

Recherche

Archives