Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 07:00

Pierre-Guyotat-Coma-01.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Guyotat
Coma
Mercure de France
« collection Traits et portraits », 2006
Folio, 2007.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Guyotat est né le 9 Janvier 1940 à Bourg-Argental dans la Loire. Il est élevé dans un milieu très croyant, ce qui marquera profondément son œuvre. Pour plus d'informations: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Guyotat
 

 
Coma ou l'expression de la dépression


« Ce récit qui suit, je le porte en moi depuis que, sortant, au Printemps 1982, d'une crise qui m'avait amené au bord de la mort, je me contraignais à reparler en mon nom personnel ». (Coma, p.11)

 

Coma raconte l'épisode de dépression de l'auteur au cours de l'année 1982. Il y raconte notamment son hospitalisation et parsème le texte de souvenirs. Il évoque tour à tour son amour de jeunesse, la guerre d'Algérie, le succès de ses premières œuvres, le contexte familial dans lequel il a grandi.

Cette œuvre permet de comprendre l'univers créatif de Guyotat avec de nombreuses illustrations qui l'ont marqué étant enfant. L'auteur fait partager ainsi ses tourments et ses interrogations, ce qui a fait de lui l'auteur qu'il est devenu. Il reste évidemment marqué par son enfance, les événements de la guerre d'Algérie et garde toujours un rapport assez violent au corps humain.

Le langage cru de Guyotat peut le rapprocher parfois du Body-Art, mouvement d'art contemporain qui place au centre des préoccupations des corps souvent meurtris et contraints avec un but cathartique.

Le langage de l'auteur est assez organique, toujours à l'indicatif présent, le rythme est souvent ternaire, marqué, rythmé, comme si le corps souffrant s'exprimait tout entier.

Il fait partie de ces auteurs qui ne pouvant expliquer tous les actes de l'humain les narre le plus simplement possible afin d'expliquer en partie les êtres qu'ils sont devenus.

 

 

La reconstruction, thématique contemporaine

Comme souvent, les œuvres de Guyotat laissent une grande part à l'autobiographique. La tentative de reconstruction de l'auteur face à la dépression s'effectue grâce aux souvenirs, à l'expression peu à peu retrouvé du « je », préoccupation ancrée dans la vie littéraire contemporaine. Ce livre offre notamment une vision fragmentaire, parsemée de souvenirs et de moments d'hospitalisation.

Cette tentative de restitution est un trait particulier de l'écriture contemporaine, à savoir la quête de soi, la reconstruction d'un univers perdu.

Coma permet de comprendre la naissance d'une crise existentielle, d'une crise artistique et permet à l'auteur de remonter aux origines de son moi.

Cet ouvrage est le plus accessible mais également le plus poignant de l'auteur en comparaison aux texte plus sulfureux comme Eden, Eden, Eden, ou Tombeau pour cinq cent mille soldats. Coma est par ailleurs avec Formation une tentative de plus pour l'auteur de dresser un bilan de sa vie à la fois personnelle et artistique.
 
Le temps et le rythme sont des notions omniprésentes chez Guyotat, son écriture apparaît souvent comme un flot continu de mots et les souvenirs apparaissent toujours marquants, chaque moment du quotidien renvoyant presque instantanément à un souvenir du passé.
 
Pierre Guyotat s'inscrit donc dans des préoccupations très actuelles de reconstitution et de reconstruction du passé comme beaucoup d'auteurs contemporains, à l'instar de Pierre Michon.

 

Avis personnel
 
J'ai aimé la façon d'écrire de Pierre Guyotat, pleine d'une poésie sombre. Ce livre suit une progression jusqu'à la « guérison » de l'auteur, remontant progressivement la pente. On peut voir dans cette crise existentielle l'avènement d'une nouvelle œuvre, prise de conscience d'un renouveau artistique pour l'auteur.

Bien que Pierre Guyotat soit considéré comme un auteur difficile d'accès, Coma ainsi que Formation permettent de comprendre la construction de l'univers créatif de l'auteur.
 
On comprend rapidement que l'auteur ne cherche pas à choquer sans raison, son écriture sulfureuse est le fruit d'un travail sur soi, d'une réflexion sur la transgression dans la littérature, d'une expression naturelle.

 Réputé pour être un écrivain illisible, Coma reste pourtant l'expression touchante d'une crise personnelle, faisant prendre conscience de la fragilité de l'être humain mais rappelle également la force de l'écriture qui maintient en vie dans les moments les plus sombres.

 chereau-coma.jpg

Pour aller plus loin
 
À l'occasion du Festival d'Avignon 2011, le comédien et metteur en scène Patrice Chéreau a réalisé une lecture de Coma donnant ainsi vie à l'univers de Pierre Guyotat, lui qui voulait que « le créateur disparaisse au profit de la créature ». (Coma, p.77).
 
Pierre Guyotat a également donné une série d'entretiens dans l'émission « Hors-champs » de France Culture où il revient sur son parcours et son œuvre en général : http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-pierre-guyotat-l-insoumis-15-2010-12-27.html
 
 
 
Citations

« Après une fête politique, où la poussière et les slogans renforcent ma détresse, la décision est prise de me faire interner » (p. 34).
 
« Le temps du livre est le temps de l'évolution » (p. 77)
 
« Mais l’œuvre est là, sous mes doigts, des voix qu’il faut que je libère de mes entrailles, je veux surseoir au départ » (p. 31).
 
« Ce que je vis naguère que sur quelques heures, quelques journées, au désert, dans le ménage, la dépression s'installe en moi, coupe tous mes gestes de mon centre : seuls le travail, la langue, la composition des figures, des lieux, l'accentuation de chaque voix ce qu'elle fait, cela seul me maintient à proximité d'un monde qui pour moi n'existe plus que pour les cinq sens des autres » (p. 32-33).
 
« Le temps du livre est le temps de l'évolution » (p. 77).

 « Après la clinique, c'est l'entrée dans la dépression douce, la guérison lente : la récompense de cette traversée de la mort, c'est, au lieu du palais enchanté que l'on croit avoir gagné à la sueur de son sang mort, un monde désenchanté, sans relief ni couleur notables, des regards ternes qui ne vous voient plus, des voix toujours adressées à d'autres que vous qui revenez de trop loin, une obligation quotidienne à survivre, un cœur qui ne fait passer que du sang, et du sang qui ne chauffe plus » (p. 221)

 

 

 
Maëlle Sirieix, AS Bib. 2012/2013

 

 

Pierre GUYOTAT sur LITTEXPRESS

 

Pierre Guyotat Coma

 

 

 

 

 

 Article de Lucas sur Coma.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Guyotat Formation

 

 

 

 

 Article de Claire sur Formation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives