Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 07:00

Pierre-Wazem-Mars-aller-retour.gif





 

 

 

 

 

 

 

Pierre WAZEM
Mars aller retour
Futuropolis, 2012
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre-Wazem-Mars-aller-retour-image-02.jpgNé le 16 juillet à Genève, Pierre Wazem est un dessinateur et scénariste suisse de bande dessinée. Il a suivi les cours de l'école des Arts décoratifs de Genève. Il collabore régulièrement avec le quotidien genevois Le Temps en tant qu’illustrateur, et est notamment connu pour son album Bretagne, aux éditions Humanoïdes associés, grâce auquel lui a été décerné le prix Töpffer pour la bande dessinée genevoise en 1998. En 2005 il remporte le Prix International de la Ville de Genève pour Les Scorpions du désert – le chemin de fièvre (tome 4) aux éditions Casterman, série initiée par Hugo Pratt. En 2012, après plusieurs années sans avoir publié d’album en solo, se contentant de collaborations, il revient avec Mars aller retour, « une sorte d’autobiographie mélancolique autocritique auto-apitoyée, autoflagellante», dont il est à la fois le dessinateur, le scénariste, le coloriste et le héros…




Pierre Wazem est un dessinateur dans une mauvaise passe. Il court les femmes et l’argent au lieu de prendre soin de sa femme et de ses deux petites filles. Le travail lui manque, les commandes se font rares, les factures en retard et les loyers impayés. Il a beaucoup de temps de libre; seulement, au lieu de l’occuper à bon escient à dessiner ou créer des bandes dessinées, il glande. Ses problèmes le rendent apathique et l’apathie nuit à sa créativité. Il est à court d’inspiration, le quotidien l’étouffe, le découragement et la déprime le gagnent, l’alcool est une échappatoire.Pierre-Wazem-Mars-aller-retour-image-03.jpg
 
C’est un hérisson blessé à dossard qui le mènera vers la sortie de ce cercle vicieux. Ce dernier le conduira vers la planète Mars. Là-bas, désenglué de sa routine terrestre, il pense profiter du calme désertique du lieu pour se remettre à la bande dessinée. Mais rien ne se passe comme prévu : croyant les fuir, il se retrouve confronté à ses problèmes, ceux-là même qui l’empêchaient d’avancer sur Terre…
 
Une bonne occasion pour lui d’affronter une fois pour toutes soucis, non-dits, démons et fantômes, et de retrouver l’inspiration…



Analyse de l’œuvre

Le récit
Pierre-Wazem-Mars-aller-retour-image-04.jpg

Mars aller retour est un album personnel, une autobiographie romancée : Pierre Wazem y met en scène une partie de sa vie, un passage à vide marqué par les difficultés de la création. Cette mise en abyme est traitée sur uPierre-Wazem-Mars-aller-retour-image-05.jpgn ton plutôt sombre, le héros, ou plutôt antihéros oscillant entre déprime et solitude. Il y dessine un quotidien routinier et désenchanté, qui se verra transfiguré par l’apparition de la science fiction.


 

 

Précisons que l’humour est omniprésent au sein de l’œuvre, grâce à la grande dose d’autodérision et de lucidité dont le dessinateur sait faire preuve face à sa vie et ses erreurs, à quelques anecdotes et aventures cocasses voire surréalistes qui y sont racontées ainsi que grâce aux nombreux clins d’œil à sa vie réelle que lui permet le procédé de mise en abyme.
Pierre-Wazem-Mars-aller-retour-pl00.jpg© Futuropolis

 

 

L’illustration

Les formes des vignettes sont variées, Wazem alterne principalement formes carrées et rectangulaires, qui dynamisent le récit, tandis que les enchaînements de vignettes de même forme et taille organisent les scènes qui s’étirent en longueur. On note aussi la présence de nombreuses cases étirées en largueur, faisant la part belle aux paysages martiens et sylvestres, lieux importants dans l’intrigue. Une attention particulière est accordée aux paysages ; ceux-ci sont soignés et font même l’objet de collages pour les scènes astronomiques, ce qui a le mérite de contrebalancer le style grossier des décors.  Les vignettes sont délimitées par des contours irréguliers, dont le style enfantin participe à la touche humoristique de la bande dessinée et modère sa tonalité mélancolique. De même, le trait plus minimaliste que réaliste utilisé pour dessiner les personnages et l’écriture manuscrite dans les phylactères dédramatisent les thèmes abordés. Côté couleurs, elles sont là pour servir le récit : les teintes sombres (gris, marron, noir) dominent dans les planches, elles traduisent l’humeur morose du protagoniste-narrateur-dessinateur. Néanmoins, des couleurs vives font leur apparition dans les dernières planches de l’album, le bleu azur de la planète terre et le jaune soleil de l’aurore illustrant la tranquillité d’esprit retrouvée de l’artiste.



Mon avis

Je suis tombée plutôt par hasard sur Mars aller retour, charmée par la peinture de sa première de couverture. J’ai apprécié l’univers que j’y ai découvert, sa poésie et mélancolie, ainsi que la dérision dont fait preuve le dessinateur anti-héros face à sa propre vie, même lorsque que celle-ci n’est pas au beau-fixe.


Maëva, AS édlib 2012-2013


Liens
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Wazem
http://www.futuropolis.fr/fiche_auteur.php?id_contrib=70959
http://users.skynet.be/fralica/refer/theorie/theocom/lecture/lirimage/bdlex.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by Maëva - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives