Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:00

Poppy-Z-Brite-Soul-Kitchen-01.gif





 

 

 

 

Poppy Z. BRITE
Soul Kitchen
Titre original
Soul Kitchen (2006)
Traduction
de Morgane Saysana
Au diable Vauvert, 2013







 

 

 

 

 

 

 

Soul Kitchen est le dernier opus d’une trilogie dont les deux premiers tomes sont Alcool et La Belle Rouge. Il peut toutefois être lu indépendamment des précédents. Soul Kitchen est un roman culinaire auquel se mêlent des histoires de meurtres et de mafia, sur fond de Louisiane et de découverte de ses habitants.



L’auteur 

Poppy Z. Brite est une auteure américaine de la Nouvelle-Orléans. Elle commence sa carrière par des nouvelles et des romans d’horreur et de fantastique. Les deux caractéristiques essentielles de son écriture sont la présence d’hommes homosexuels comme personnages principaux et la description crue d’actes sexuels, ainsi qu’une certaine froideur dans le récit d’actes choquants. C’est au début des années 2000 qu’elle commence à écrire des romans culinaires.



Résumé

Soul Kitchen est l’histoire de Rickey et G-man, partenaires à la vie comme au travail, deux chefs à succès qui semblent attirer les ennuis. L’histoire se déroule à la Nouvelle-Orléans, lieu où le monde culinaire est en continuel bouillonnement, en particulier dans le restaurant Alcool dirigé par les deux chefs. Leur restaurant est un des plus prisés de la Nouvelle-Orléans mais les choses se compliquent pour eux dans ce roman, d’une part avec l’arrivée de Milford Goodman, un brillant chef dont la carrière avait été suspendue en raison d’une accusation, à tort, du meurtre de sa patronne, à qui Rickey donne une nouvelle chance. Mais également à cause d’un nouveau projet dans lequel Rickey se lance, en entraînant Milford. Le projet est de créer un nouveau  restaurant qui va les amener à travailler avec deux riches mafieux de la Nouvelle-Orléans, dont un se révélera être lié au passé de Milford.

En parallèle, Rickey connaît lui-même des difficultés autant dans son restaurant que dans sa vie privée. Le roman suit donc l’histoire de plusieurs chefs et leur façon de gérer leurs différents ennuis.



Thèmes abordés

– La cuisine : c’est avant tout un roman dit culinaire. L’auteure aborde le côté technique de la cuisine avec des passages de description de conception des plats en s’inspirant de l’original menu du restaurant Alcool, dont le principe est de remanier des recettes en y intégrant une dose d’alcool. Exemples : le gratin de crevette Vermouth, ou bien un filet de veau à la sauce écrevisse-cognac, sans oublier le melon charentaise imbibé d’une sauce à la Saubbuca, liqueur au goût de dragibus.

Le roman étudie également le côté gustatif de la cuisine, notamment avec la scène de dégustation dans le restaurant de cuisine moléculaire, assez étonnante, même si la description des plats amène à douter de leur comestibilité.

 

« Voici notre assortiment chinois à la cajun, expliqua le serveur. Vous y verrez des pousses de quenouilles, des éclats d’écorce et de cyprès et de la poudre de filet. Il n’y a rien à manger à proprement parler : il s’agit juste de créer l’atmosphère et d’émoustiller vos sucs digestifs grâce aux arômes. »

 

Ou encore :

 

«…quand un autre plat arriva : trois minuscules ramequins contenant chacun deux cubes de gelée, perchés sur un bocal où deux combattants du Siam nageaient en rond, amorphes. Muni d’un vaporisateur, le serveur aspergea les cubes d’une substance aux relents de poissonnaille. »

 

Avec ce roman on voit tout le côté créatif qui entoure le monde de la cuisine, la création des menus et des plats.

Mais c’est surtout une plongée dans l’atmosphère d’un restaurant, dans l’ambiance d’une cuisine, cela montre comment se comportent les cuisiniers entre eux et surtout la hiérarchie inhérente à ce métier.

C’est donc une présentation du monde culinaire sous différentes aspects.


– La Nouvelle-Orléans : le roman offre un panorama de la ville. C’est une description de la ville elle-même, de son abondance de restaurants, mais également les alentours, les bayous, les côtes de la Louisiane, le village de Shell Beach par exemple. C’est aussi une présentation du mode de vie en Louisiane ; l’auteur dresse un portrait assez caricatural des habitants et des paysans des bayous, des familles du ghetto de la Nouvelle-Orléans, des cuisiniers de la ville et des mafieux. C’est une présentation assez riche, avec une grande diversité de personnages.



Mon avis

J’ai été un peu déçue par ce roman, dont l’écriture est très banale et plutôt fade, genre roman de gare. De plus, ce roman culinaire, comme il est catégorisé, même s’il prend effectivement la cuisine comme toile de fond, ne fait en fait que survoler le sujet. Il est évidement présent dans tout le roman, mais n’est qu’une excuse pour en aborder d’autres. J’attendais plus de précision. J’ai trouvé que l’oeuvre manquait d’intensité ; on n’est pas transporté, ou alléché par les descriptions, elles ne sont pas suffisamment suggestives pour que l’on imagine les plats. Je trouve donc que le terme roman culinaire est inapproprié.

Quant à la description de la Nouvelle-Orléans et de ses habitants, elle est très cliché et caricaturale.

Les deux thèmes qui ressortent le plus dans le roman sont effacés par l’histoire elle-même, les magouilles des mafieux, les histoires de meurtres. C’est un roman qui se lit vite, mais qui est superficiel.


Perrine, 2ème année édition-librairie 2012-2013

 

poppy z brite le corps exquis Article de Julie sur Le Corps exquis

 

 

 


Partager cet article

commentaires

Recherche

Archives